Texte 737, année 1632, 15 mai, le marquis de Châteauneuf à Richelieu

Charles de L’Aubespine, marquis de Châteauneuf, à Richelieu, Paris, 15 mai 1632.

Texte indexé en collaboration de Monsieur Charles-Henri de Sommyèvre

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 802, f° 180-181. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 215.

Vous aurez vu la dépêche de Languedoc que vous a portée M. de La Vrillière, et [il vous] aura dit la seule difficulté que s’y rencontre, qui ne va que à retarder la levée des deniers du Roi pour six semaines, sur quoi vous ferez résoudre, s’il vous plaît, la volonté du Roi.

Pour l’affaire de Bordeaux, il ne se peut faire qu’en présence du Roi, étant question de la perte de plus de deux cent mille livres de rente par <…>. Pour celles de Bretagne, il ne s’est fait aucune [sic] arrêt au syndic qui peut concerner le public. Mais il veut, sous la créance qu’il a que l’on a besoin de lui pour faire rentrer ce qu’il propose, extorquer du conseil sous le nom du public sur les intérêts des particuliers. Je fais difficulté jusqu’ici de donner une commission à Lessongère pour la conséquence et le préjudice que cela fait au revenu du Roi et à votre autorité. Toutefois, [André] Céberet me l’ayant commandé de votre part, je la lui donnerai pour cette fois.

L’affaire de Waille [Alexandre d’Halluin, seigneur de Wailly] est tout instruite. Les deux témoins [Ludovic de Beaujeu et Jacques du Brouillard] ont déposé, lui ont été confrontés, lui ont soutenu, lui le dénie. Le procès est en état. La preuve y est de son dessein et de sa mauvaise volonté, mais que Monsieur [le duc d’Orléans] le contremanda et lui dit qu’il n’était pas temps, qu’il sursît. J’en ai conféré avec le rapporteur : il sera difficile d’assoir jugement de mort, cela ira aux galères. S’il vous plaît que l’on ne juge, il le faut envoyer à la chambre de l’Arsenal. 

Il court ici un bruit que la Reine mère est tombée malade de mardi dernier. Si j’en apprends plus de certitude, je le vous manderai. Je travaille depuis le matin jusqu’au soir pour amasser de l’argent et assurer les affaires pour six mois, et ne puis partir que sur la fin de la semaine. 

De Paris, ce 15 mai 1632

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (29 janvier 2024). Texte 737, année 1632, 15 mai, le marquis de Châteauneuf à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/voxw


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.