Texte 738, année 1632, 18 mai, le maréchal d’Effiat à Richelieu

Antoine Coëffier de Ruzé, marquis d’Effiat, à Richelieu, Verdun, 18 mai 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de la Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 10, f° 284-285. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 216.

Monseigneur,

Vous apprendrez par celle du Roi que nous n’avons pas perdu un moment de temps, ayant, dès le soir de mon arrivée, fait disposer les choses pour partir dès le lendemain si le logement de l’armée l’eut pu permettre. J’ai, en passant, considéré Clermont [Clermont-en-Argonne] fort commodément et fait entrer dans le château Lagarde et Ferrier, et, l’après-dînée, M. d’Arpajon y est allé avec Descoutures, habillé en valet, qui ont été partout et, au retour, ont fait un plan fort véritable que je vous envoie, et sont tous demeurer d’accord que l’entreprise de Descoutures ne peut avoir effet. Et tout ce qui se peut faire, c’est de se saisir des dehors en cas que M. de Lorraine oblige le Roi à l’attaquer bientôt. Et devant qu’ils aient fortifié toutes les avenues, j’essaierai de jeter des gens dans la place. 

J’ai envoyé des espions dans les troupes de Monsieur [le duc d’Orléans], et du roi d’Espagne, et des Impériaux, et ainsi nous serons avertis de tous à point nommé. Nous ne perdrons aucun temps en ce qui sera de nos ordres, et de faire connaître partout que je suis comme je dois être, Monseigneur, votre très humble, très obéissant, très fidèle et très obligé serviteur, 

d’Effiat

J’ai fort réjoui M. de Vaubecourt quand je l’ai assuré de vos bonnes grâces. Il promet merveilles. J’essaye de lui conserver cette bonne volonté. Mais si vous daigner lui témoigner par un billet que je vous ai assuré de son service et que vous en faites état, cela fera beaucoup. Je n’oserais vous en importuner, [si ce] n’était qu’il peut parfaitement bien servir et de lui-même m’a parlé de Laimont, son beau-frère, que l’on dit être gouverneur de Clermont. Monseigneur, j’avais prié M. Bouthillier, comme j’étais à Lagrange, de vous supplier de m’envoyer un chiffre. Cependant, je n’en ai point reçu. Je suis obligé de vous dire que M. le vicomte d’Arpajon s’efforce de bien servir et qu’il est fort votre serviteur pour M. des Noyers. Je ne vous en mande rien car vous savez très bien ce qu’il est.

À Verdun, ce XVIII mai 1632.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (31 janvier 2024). Texte 738, année 1632, 18 mai, le maréchal d’Effiat à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vq83


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.