Texte 739, année 1632, 19 mai, le marquis de Châteauneuf à Richelieu

Charles de L’Aubespine, marquis de Châteauneuf, à Richelieu, Paris, 19 mai 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 802, f° 61-64. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 216-218.

De Serre doit partir demain matin et se rendre à Calais dedans quatre jours. Je lui ai fait donner six cents écus sur sa pension. M. de Châtillon s’en va aussi en son gouvernement. Il a fallu payer deux mois à ses gardes dont il aura besoin. Nous avons force avis de gens que l’on dits qui vont et viennent ès provinces de Poitou, Saintonge, Touraine, Le Mans, Blaisois et Anjou, et pays de Beauce. Mais à tout cela, je ne vois rien de certain. Je tiens les avis qu’il vous plaît me mander plus considérables, particulièrement ceux qui parlent d’entreprises sur des places de Picardie et Champagne. C’est tout ce que j’estime qui est à craindre, car sans place, je ne pense pas qu’ils s’osent mettre en campagne, ou du moins qu’ils puissent durer longtemps, si l’Espagnol ne se découvre ouvertement, ce que j’ai toujours peine à croire. Et quand il le fera, le Roi en tirera avantage s’il en veut user en l’état que sont leurs affaires en Flandre, où les peuples auront peine à approuver que pour la considération de Monsieur [le duc d’Orléans] ou de la Reine mère, ils aient rompu avec la France, lorsqu’ils ont assez à faire à se défendre du côté d’Hollande et de l’Allemagne.

Ville est parti d’ici ce matin à cinq heures et m’a envoyé M. de Bréval me faire un compliment, lequel sieur de Bréval m’a dit comme de lui-même, que ledit de Ville avait charges, et par écrit, d’assurer le Roi de la part de son maître [le duc Charles IV de Lorraine] qu’il était tout prêt de joindre ses forces avec celles du Roi pour aller en Allemagne, s’il continuait en ce dessein suivant le traité, sinon que le Roi désirât qu’il désarmât, que semblablement il était tout prêt, et d’obliger ceux de ses sujets qui avaient l’envie d’entrer au service du Roi, si le Roi le désirait, sinon se retirer en leurs maisons, sans pouvoir aller servir un autre prince sans son congé, que pour les Français qui étaient à son service, il suppliait le Roi de leur pardonner s’ils avaient quitté son armée et s’étaient engagés à son service sans permission, qu’il ne se trouvait empêché que pour les Liégeois, sur lesquels il n’avait point de pouvoir, qu’il suppliait le Roi de lui permettre de tenir jusques à deux mille hommes de pied et trois cents chevaux, tous ses voisins étant armés. Je crains que ces levées, quelques petites qu’elles soient, donnent toujours de la jalousie. C’est pourquoi j’estime qu’il doit désarmer entièrement, quand le Roi se devrait obliger plus particulièrement de le protéger et défendre contre tous, même lui entretenir quelques troupes sur ses frontières à cet effet, ce qui est assez facile au Roi, et autant de décharge pour M. de Lorraine et pour ses sujets. Mais outre cela, j’estime que ne pouvez prendre confiance ni certitude avec M. de Lorraine, si vous ne l’obligez à venir trouver le Roi, chose qu’il ne peut refuser pour faire cesser toutes les méfiances passées et s’assurer de lui pour le reste de cet été, car jusque-là, il suffit. Il demande encore que pour satisfaire à son honneur, le Roi trouve bon qu’il envoie ses troupes qu’il a maintenant, ou partie, à M. l’électeur de Cologne [Ferdinand de Wittelsbach], c’est-à-dire au service de l’Empereur. Ledit sieur de Bréval m’a fort prié que ce qu’il m’a dit fût secret, mais je doute qu’il lui ait confié son secret.

Il se fait ici des assemblées de MM. les prélats contre les moines qui s’assemblent aussi de leur côté, tantôt en un couvent, tantôt en un autre. J’ai fait savoir aux agents du clergé que MM. les prélats ne se devaient point assembler en cette ville sans permission du Roi, et que je me souvenais que le Roi leur avait envoyé une fois M. le garde des sceaux de Marillac leur défendre ces assemblées sans son su et permission, que les agents étaient établis pour pourvoir aux affaires ordinaires, que, s’il en survenait d’extraordinaires, les agents avaient accoutumé de s’adresser aux principaux ministres, et leur faire entendre qu’ils avaient besoin de communiquer quelque affaire aux prélats qui se trouvaient à la suite, et suppliaient le Roi de le trouver bon, auquel cas, s’il jugeait le devoir faire, il leur permettait. Lesdits agents l’ont fait entendre aux évêques, qui m’ont envoyé M. de Boulogne [Victor Bouthillier] se plaignant un petit [peu] de cette rencontre, et me priant de trouver bon qu’ils s’assemblassent pour un désordre qui est arrivé entre M. d’Orléans [Nicolas de Netz] et des religieux qui se sont portés <…>, appelant à Rome de son ordonnance. Je leur ai dit que j’en avertirai le Roi, et que cependant ils pouvaient s’assembler, mais qu’ils en usassent avec retenue, autrement tous les ordres du royaume prétendraient la même liberté, et les prélats, même des autres provinces, prétendraient avoir autant de droit de s’assembler en une autre ville métropolitaine, comme eux à Paris, qui serait de périlleuse conséquence. Je crains avec tout cela que le parlement s’en mêle, qui n’aurait pas trop de tort. J’ai pensé vous en avertir afin que, si de-delà, ils écrivent au Roi, vous sachiez qu’ils ne se peuvent assembler sans permission du Roi, quelque usurpation qu’ils en aient faite par le passé, laquelle a toujours été blâmée des rois.

Il s’est fait quelques écrits sur la mort de [Louis de] Marillac. Les imprimeurs sont arrêtés. L’on les fera châtier s’ils se trouvent chargés. Il y a le fait de ces tapisseries de ceux de la religion à quoi je pourvoirai, en sorte qu’il n’y arrivera point de scandale, et si le Roi les ôtera de leur prétendue possession. M. de Bullion est malade, mais j’espère que ce ne sera rien. Il était nécessaire que je demeurasse ici quelques jours pour contenter le public et faire cesser les plaintes de tant de misérables qui nous suivent, qui certes m’ont accablé, et pensé m’aller reposer à Montrouge, attendant le retour du Roi vers Châlons, que j’estime le plus assuré lieu pour pourvoir à tout.

De Paris, ce 19 mai 1632

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (1 février 2024). Texte 739, année 1632, 19 mai, le marquis de Châteauneuf à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vqki


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.