Texte 750, année 1634, liste d’officiers du duc d’Orléans

Liste des officiers du duc d’Orléans, 1634.

Copie conservée au Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 811, f° 210-211. 

Le document a été établi par Louis Testu, chevalier du guet. Il est à rapprocher du procès-verbal de comparution d’Antoine Morel, sieur de Berneuil, gentilhomme de chambre de Monsieur, signé de Louis Testu, en date 9 juillet 16341. Il permet de compléter la liste des commensaux établie pour 1627 par Eugène Griselle2. Il  pourrait aussi compléter une liste donnée pour l’année 1648 par Jean Pinson de La Martinière3. Il est par ailleurs accompagné d’une note du duc d’Orléans destinée au Roi, dont la translation est proposée en ligne, texte 754.

1. Le sieur de Berneuil, que je dis être gentilhomme de la chambre de Monsieur, qui avait cinq cents écus de pension de lui. Il dit y avoir un an qu’il n’a été à Bruxelles, ni qu’il n’y veut point retourner du tout, ains au contraire servir le Roi s’il en trouve occasion, supplie très humblement Sa Majesté de lui accorder un brevet.

2. Le sieur de La Martinière, ordinaire de Monsieur, dit aussi y avoir dix mois qu’il n’a été à Bruxelles, ni qu’il n’y veut point retourner, supplie aussi très humblement Sa Majesté de lui accorder un brevet4.

3. Le sieur Delfin qui dit n’avoir point été auprès de Monsieur il y a plus de deux ans, ni qu’il n’y veut point retourner, supplie aussi très humblement Sa Majesté lui accorder un brevet.

4. Le chevalier Bragelonne dit aussi y avoir plus d’un an qu’il n’a été à Bruxelles, supplie aussi Sa Majesté de lui accorder un brevet.

5. Le sieur Dauphin, écuyer de Monsieur, dit aussi qu’il y a six mois qu’il est revenu de Bruxelles, et qu’il a affaire en cette ville, supplie aussi très humblement Sa Majesté de lui accorder un brevet pour deux mois pour faire ses affaires ou bien un pour toujours, promettant de n’y plus retourner.

6. Le sieur Angenou [Angenoust], qui se dit payeur des gardes de Monsieur, qui, néanmoins, n’a point été à Bruxelles depuis l’an 1632, ni qu’il n’y veut point retourner, supplie aussi Sa Majesté très humblement de lui accordé un brevet.

7. Le nommé Guichar [Clément Guichard, seigneur de Rambourg], archer des gardes de Monsieur, dit aussi y avoir un an qui n’a pas été à Bruxelles, supplie aussi Sa Majesté très humblement lui accorder brevet.

8. Le nommé le sieur de Maistre [Jean Le Maistre], fils du médecin de Monsieur [Rodolphe Le Maistre], dit qu’il y a un an et demi qui n’a pas été à Bruxelles, et qu’il n’y veut pas retourner, supplie aussi très humblement Sa Majesté de lui accorder un brevet.

9. Le nommé Christophe Le Febvre, écuyer de cuisine du commun, dit qu’il n’a pas été à Bruxelles depuis deux ans, ni qu’il n’y veut plus retourner, supplie aussi très humblement Sa Majesté de lui accordé un brevet.

10. Le nommé André Fournié, chef de la chansonnerie [sic, “échansonnerie”] de Monsieur, dit qu’il n’a point été à Bruxelles depuis deux ans, ni qu’il n’y veut plus retourner, supplie aussi très humblement Sa Majesté de lui accorder un brevet.

11. Le nommé Étienne Brizard, aide de fruterie [sic, fruiterie ?] de Monsieur, n’a point été du tout à Bruxelles, et dit qu’il n’y veut point aller non plus, supplie aussi très humblement Sa Majesté de lui accorder un brevet.

12. Le sieur de Lachie, que je dis être écuyer de Monsieur, et l’avoir quitté quand il partit de Blois pour s’en retourner en Flandre, au sortir de Béziers, et dit qu’il n’a plus intention de le retourner servir, supplie aussi très humblement de lui donner un brevet pour demeurer et faire ses affaires.

13. Les nommés Vassal père et fils, dont l’un se dit être huissier et l’autre valet de chambre, qui néanmoins n’ont point servir [sic] depuis un an et demi, et n’ont point envie de retourner, supplie aussi Sa Majesté très humblement de leur accorder un brevet.

14. Le nommé Jean de Baury, tailleur de Monsieur, dit n’avoir point été à Bruxelles depuis que Monsieur est hors du royaume, et s’il n’y veut point aller, supplie très humblement Sa Majesté de lui accorder un brevet.

15. Le nommé Julien de Vallière, chef de paneterie, a dit n’avoir point servi Monsieur depuis le voyage de Béziers, et qu’il ne le veut point aller servir tant qu’il sera hors du royaume, supplie aussi très humblement Sa Majesté lui donner un brevet.

16. Le sieur de Lestant-Compaing, capitaine du château de Limours, lequel n’a sorti hors du château, n’a point été à Bruxelles et n’y veut point aller, lequel a obtenu divers brevets, supplie aussi très humblement Sa Majesté de lui en accordé un.

17. Le nommé Bernard Barrang, tailleur ordinaire de Monsieur, a dit n’avoir point été à Bruxelles et n’y veut point aller, supplie aussi très humblement Sa Majesté de lui accorder un brevet.

18. Le nommé Pierre La Martinière qui a eu ci-devant [charge de] capitaine des mulets de Monsieur, dit n’avoir point été à Bruxelles et n’y veut point aller, supplie aussi Sa Majesté lui vouloir accorder un brevet.

19. Le nommé Antoine Cahoult, capitaine du charroi de Monsieur, dit n’avoir point été à Bruxelles il y a dix-huit mois et n’y veut point retourner, supplie aussi très humblement Sa Majesté lui accordé un brevet.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Translation publiée en ligne, texte 749. []
  2. Eugène Griselle – pub. -, Maisons de la Grande Mademoiselle et de Gaston d’Orléans, son père, Paris, éditions de documents d’Histoire, 1912. []
  3. Jean Pinson de La Martinière, Estats des officiers domestiques et commensaux des Maisons du Roy, de la reine régente, de Mgr le duc d’Orléans, de Madame, de Mademoiselle et de Mgr le prince de Condé, ensemble un extraict des privilèges et exemptions accordez aux officiers domestiques des Maisons royales depuis l’an 1288 jusqu’en l’an 1648, Paris, 1649. L’ouvrage est cité par Vivien Richard, « La chambre du roi aux XVIIe et XVIIIe siècles : une institution et ses officiers au service quotidien de la majesté », Bibliothèque de l’École des Chartes, tome 170, n° 1, 2012, p. 103-130, voir p. 110 note 34, article disponible en ligne, consulté le 21/03/2024. Le catalogue de la Bibliothèque nationale de France mentionne également Les Privilèges anciens et nouveaux des officiers domestiques et commençaux de la maison du Roy, de la Royne régente, de Mgr le duc d’Orléans, de Mademoiselle, de Mgr le prince de Condé et autres, reveu, corrigé, augmenté… par La Martinière, paru à Paris, chez P. Rocolet, en 1645. []
  4. La référence au sieur de La Martinière illustre la difficulté à identifier de manière indubitable certaines occurrences nominatives. Il pourrait s’agir ici, outre Jean Pinson de La Martinière évoqué plus haut, de Louis de Bermen, seigneur de La Martinière, ou de Jean Bruneau, seigneur de La Martinière, oncle d’Henri de Beringhen. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (6 mars 2024). Texte 750, année 1634, liste d’officiers du duc d’Orléans. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vys9


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.