Texte 751, année 1635, 4 mars, Louis Testu au comte de Chavigny

Mémoire de Louis Testu destiné à Léon Bouthillier, comte de Chavigny, 4 mars 1635.

Ministère des Affaires étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 813, f° 107-108. Original autographe. Pour le classement : « Mémoire donné par le chevalier du guet, touchant de mauvais desseins des sieurs Coudray-Montpensier et Vieuxpont contre la personne du Roi ».

Le document élaboré par le chevalier du guet est à rapprocher d’une déclaration de Jean de Loubert, seigneur de Nantilly, datée du 5 mars1. Il est également indissociable d’un mémoire concernant M. de Vieuxpont et M. de Nantilly, rédigé vers la même date2.

Du IIIIme jour de mars 1635

J’ai vu ce soir le sieur de Besançon [Charles de Besançon de Bazoches] avec lequel j’ai conféré longtemps, auquel j’ai fait entendre le commandement que vous m’avez apporté de la part de Monseigneur [le cardinal de Richelieu], et lui ai fait réitérer tous les discours qu’il m’avait tenus, lesquels il m’a confirmé et dit qu’il se ressouvient que quand Brantigny [Philippe de Brion, seigneur de Brantigny] lui dit ce qu’il avait oui dire au Coudray-Montpensier et à Vieuxpont sur le dessein de l’attentat de la personne du Roi qu’il y avait un troisième qui avait le dos tourné, et qu’il croyait que c’était Saint-Quentin ou Senantes l’aîné et qu’il ne pouvait encore me nommer aucun témoin du dessein de tous ces gens-là, ni de ceux qui y ont trempé jusqu’à ce qu’il eût nouvelle de Bruxelles, où il avait écrit pour cet effet, ainsi comme il m’a promis dès quand nous en parlâmes, et qu’il croyait même qu’il y en avait en France, et espérait qu’il en trouverait quelques-uns et que dès qu’il avait réponse qu’il me viendrait trouver. Je lui ai dit toutes les choses que j’ai cru être nécessaire pour l’induire à cela.

Une présomption qui peut faire croire ce que Besançon dit du pernicieux dessein du Coudray-Montpensier et de Vieuxpont est vrai, c’est que depuis qu’il est entré en France, il a été à Nevers à ce qu’on dit par un valet de M. de <Romain>, qui est à Monsieur [le duc d’Orléans]. Il me souvient qu’en ce temps-là l’on disait l’avoir été jusqu’à Vienne. Je sais certainement que Monsieur de Saint-Quentin et Senantes sont les amis particuliers dudit Vieuxpont, et de plus longtemps que Nantilly, et qu’ils servent tous ses desseins, et de plus l’on m’a dit que ledit Saint-Quentin est complice de Senantes pour la fausse-monnaie.

Le sieur de Mailly3, qui a sa maison devers Dorlan [sic, Doullens], m’est venu trouver et m’a fait voir une lettre écrite du XVIIIme février dernier, par laquelle on lui mande que Vieuxpont, revenant d’Artois et passé en ce temps-là en ce pays-là qui a dit <…> ici, disant que la paix était faite et ne point chez le sieur de Longueval [Emmanuel de La Biche, seigneur de Cerfontaine] où il a souvent fait sa retraite parce qu’il n’y était pas et dit que ledit Vieuxpont était déguisé, ne le pouvant pas reconnaître parce que c’était rasé toute la barbe est très mal crotté, et proposait, pourvu qu’il ait un homme affidé avec lui quand il sera au pays, de faire prendre ledit Vieuxpont s’il retourne sur la frontière, lequel a une maîtresse à ce que j’ai ouï dire à Arras, ce qu’il me fait croire que le sieur de Mailly dit vrai et que Vieuxpont a passé là, c’est que Besançon depuis trois jours qu’on l’avait assuré que ledit Vieuxpont était en ces quartiers <et> qui me le figure en la forme que l’autre le dit.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Original autographe, d’une écriture phonétique difficile, résumé en marge pour le classement, et conservé au Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatique, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 813, f° 109-110. Il a été publié par Denis-Louis-Martial Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, t. IV, p. 701-702. La mention marginale est la suivante : « Nantilly a donné <500> pistoles à Vieuxpont de la part du Coudray, qui ont été acquittés par le trésorier de Monsieur. Le Coudray promet à Vieuxpont mille écus de pension. Puilorans [Antoine de Laage, seigneur de Puylaurens] a envoyé 500 pistoles à Vieuxpont. Vieuxpont peste contre le Roi et le cardinal et souhaite la mort du Roi. Vieuxpont a été trouver Puilorans en plusieurs endroits. <Vieuxpont vend la Fargis>. » []
  2. Original non-signé, de lecture difficile, conservé au Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 813, f° 111. []
  3. Il s’agit de René II  de Mailly, ou de son fils René III de Mailly. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (11 mars 2024). Texte 751, année 1635, 4 mars, Louis Testu au comte de Chavigny. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vzvd


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.