Texte 759, année 1632, 20 mai, Guron à Richelieu

Jean de Rechignevoisin, seigneur de Guron, à Richelieu, Metz, 20 mai 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 9, f° 255-256. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 222.

Monseigneur,

Obéissant à Messeigneurs le maréchal de La Force et d’Effiat, je me suis rendu à Metz pour leur faire part de l’état des affaires du lieu d’où je partais. Ce que j’ai fait, et ne leur ai pu dire rien qui les pût résoudre, parce que cela dépend de ce que vous nous enverrez par M. de Ville. Je ne vois que gens de Monsieur [le duc d’Orléans] à Nancy, le baron de Sirey, qui est un de ses maîtres de camp de cavalerie, y arriva dimanche dernier. D’autres vont à Bruxelles. Tout ce commerce fait voir les intelligences qui continuent toujours, mais qui, peut-être, n’auront pas grand effet par le contrepoison qu’apportera Monseigneur le maréchal d’Effiat, dont l’arrivée a donné de grands ombrages, croyant – comme ils disent – que le Roi ne l’a pas envoyé sans grand mystère qui leur donne des inquiétudes, desquelles ils ne se sont pas cachés de moi.

L’affaire de Clermont [-en-Argonne] serait la seule pierre de touche, à mon avis, pour étreindre le nœud de la sûreté, laquelle chose si elle se traitait, l’approche de M. le maréchal sera fort utile pour l’avancer et peut-être son entrevue serait-elle nécessaire en la conclusion. Je m’en revais demain, où je trouverai des nouvelles de Votre Éminence, comme on m’a assuré aujourd’hui avoir vu un courrier qui arrivait à Nancy. 

J’ai appris à Metz la grande haine que je me suis acquise de M. de La Valette. Ce m’est bien au malheur d’avoir des ennemis si puissants que j’ai acquis par force, car je n’ai point écrit à Votre Éminence que je n’aie plus de <…> avis, quand que résoudre ma dépêche, et qu’elle n’ait été de lieux si considérables que j’ai eu raison d’en prendre sujet de vous avertir de qu’on disait avec tout le respect possible. Votre Éminence aura vu déjà les dépêches précédentes où je lui ai parlé amplement de cette affaire. J’ajoute qu’il y a un homme qui dira avoir vu un courrier gentilhomme, qui allait de la Comté à Bruxelles, qui maudissait le malheur de cette entreprise découverte. Celui qui l’a ouï le déposera. C’est pourquoi je n’ai point trop de tort, vu ce que je dois au Roi et à vous, de qui je serai jusqu’à la mort, Monseigneur, votre très humble et très obéissant serviteur, 

Guron

À Mets, ce 20 mai 1632

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (29 mars 2024). Texte 759, année 1632, 20 mai, Guron à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w4ry


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.