Texte 761, année 1632, 22 mai, le maréchal d’Effiat à Richelieu

Antoine Coëffier de Ruzé, marquis d’Effiat, à Richelieu, Metz, 22 mai 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 10, f° 293-294. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 223-225.

Monseigneur,

L’incommodité de n’avoir point reçu de chiffre ni du Roi ni de vous, comme je vous ai écrit, et la crainte que j’ai que ce courrier ne trouvât quelque mauvaise rencontre, fait que je vous supplie de vous ressouvenir de l’homme qui parla à vous à Montmirail, que j’ai fort entretenu en ce lieu et réchauffé en son devoir, donnant toujours des avis qu’il dit être tous vrais, et ce qu’il fera d’autant de meilleur cœur à cette heure que je l’ai assuré que cela vous était agréable, ayant douté qu’il fût ainsi, vous ayant envoyé sept ou huit mémoires qu’il a tous adressés à M. Desroches, et s’il n’en a eu aucune réponse disant que c’était se mettre en péril pour rien1. Sur quoi, je l’ai assuré qu’il fallait infailliblement que ce qu’il avait écrit ne fût pas tombé en vos mains, et qu’il le devait ainsi juger si on en avait découvert quelque chose, et que de ce qui vous était confié, il n’en arrivait jamais faute, dont il a été très satisfait et m’a dit qu’il avait eu ordre de celui qui donnait les avis de me parler librement et m’a montré là-dessus deux lettres qu’il venait de recevoir très importantes, dont je l’ai prié de tirer l’extrait et d’en cacher ce qu’il y a de plus important sous le chiffre qu’il m’a assuré avoir avec vous. Ce qu’il est allé à l’instant faire en son logis et m’a rapporté la lettre toute cachetée que je vous envoie, ce qui m’empêchera de vous importuner d’une redite, me contentant de vous assurer de ce qui s’est passé entre lui et moi pour servir d’excuse à ce qui pourrait être échappé de ce qu’il a écrit. 

Pour ce qui est des autres affaires, je vous dirai, Monseigneur, que j’ai reçu une lettre de M. de Lorraine fort civile. Il a témoigné au baron de Chamblay qu’il me désirait voir après le retour de M. de Ville. M. de Guron m’a dit qu’il croyait que cela serait très à-propos, et qu’il vous en écrit. J’ai pensé néanmoins ne le devoir pas faire s’il n’était en résolution de donner un entier contentement au Roi, ce qui est à espérer, s’il désarme, les propositions qu’il a faites à M. de Guron étant un acheminement, à cela que je ne répète pas, ledit sieur de Guron m’ayant assuré vous les avoir écrites. C’est pourquoi je n’ai rien qu’à attendre les ordres qu’il vous plaira nous donner là-dessus, et cependant nous allons notre chemin et pour le tenir en état, je lui ai répondu, avec toutes sortes de civilités, et ai dit à ces Messieurs de l’assurer que je me porterais où ils jugeraient à propos, afin d’essayer de lui lever les ombrages que tout le monde dit que mon arrivée lui a donnés, et changer par ce moyen sa crainte en espérance et ses mauvaises volontés en bonnes. Tous les avis que l’on nous donne, et même celui que vous recevrez par ce billet, nous montrant bien qu’il flotte si fort, que l’on ne sait à quel port il doit arriver, et si c’est au nôtre, il en faut donner l’honneur à votre bonne conduite.

La compagnie du Terrail a pris un homme qui allait trouver le gouverneur de Thionville [Jean de Wiltz], pour lui demander passage pour deux compagnies, qui ont été levées à la Franche-Comté par la commission de l’Infante [Isabelle Claire Eugénie de Habsbourg], ainsi que porte la lettre que cet homme avait sur lui, à qui M. de Lorraine a donné passage et étapes si proche de nos quartiers qu’il nous eut été aisé de les tailler en pièces. Il m’a semblé que nous ne le devions pas faire puisque c’était troupes d’Espagne qui n’étaient point dans nos terres. C’est pourquoi j’ai envoyé l’homme au gouverneur de Thionville, lui faisant compliment si d’aventure nous en avions encore besoin pour l’affaire de La Saludie, dont nous commençons à en être en peine, n’en ayant aucune nouvelle.

Nous ne laissons de faire avancer nos troupes, en sorte que j’espère que nous ferons lundi notre revue générale à Courcelles2 pour nous rendre mardi ou mercredi XXVIe de ce mois pour le plus tard à Saint-Avold. Et si nous n’en avons point encore, nous continuerons de marcher jusqu’à Cerbery [sic]3, en attendant, afin d’être en état de prendre le passage en toutes façons. Pour les autres nouvelles, j’envoie des relations à M. [Claude] Bouthillier de ce que j’en ai appris des espions que j’ai envoyés, tant dans les troupes de Monsieur [le duc d’Orléans] que d’Espagne et Lorraine, et autres avis qui nous sont venus de Strasbourg. J’ai fait établir les étapes à Verdun, Fresnes [-en-Woëvre], Malatour [Mars-La-Tour] et Metz pour les régiments nouveaux qui doivent venir en cette armée dont Courcelles est le premier, M. de Vaubecourt les recevant à Verdun, et M. de Feuquières à Metz, pour éviter autant qu’il se pourra les plaintes que peut faire M. de Lorraine. Quant à notre armée, je crois qu’elle n’en donnera point le sujet, étant résolu, tant pour éviter les désordres que pour sa sûreté, de la faire camper. Je m’en vais demain passer à Vic [-sur-Seille] et à Marsal, pour voir si toutes choses sont en l’état qu’il faut pour le service du Roi ce que je désire bien fort et que le mien soit aussi agréable que je me sens obligé de vous le rendre, étant comme je dois être, Monseigneur, votre très humble, très obéissant, très obligé et très fidèle serviteur, 

d’Effiat

À Metz, ce XXII de mai 1632

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Voir à ce sujet le courrier que le maréchal d’Effiat adresse à Richelieu cinq jours plus tard, évoquant deux billets reçus de « Mudore » depuis Montmirail, dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau – éd. -, La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 241, translation publiée en ligne, texte 777. []
  2. Aujourd’hui Courcelles-Chaussy. []
  3. Aujourd’hui Chémery-lès-Faulquemont. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (31 mars 2024). Texte 761, année 1632, 22 mai, le maréchal d’Effiat à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w4zb


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.