Texte 764, année 1632, 24 mai, Guron à Richelieu

Jean de Rechignevoisin, seigneur de Guron, à Richelieu, Nancy, 24 mai 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 9, f° 237-238. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 227-230.

Monseigneur,

Une heure après le partement [départ] de M. de Ville, il m’est tombé miraculeusement une dépêche en main venue de Flandres et, comme je l’aie eu, je le dirai un jour à Votre Éminence et à qui elle s’adressait, qui est personne de la liste considérable. Elle porte que Monsieur [le duc d’Orléans] est prêt de se mettre en campagne, et y eut été sans quelque nouvelle qui survint qui l’arrêta il y a trois semaines. On dit que c’était le retardement des desseins sur des places desquelles on nomme Metz, et aucunes de Picardie, Langres, et dans des provinces éloignées, que les Espagnols lui ont donné cent cinquante mille écus et l’assistent de trente cornettes de cavalerie. Don Gonçalès [don Gonzalès de Cordoue] est parti pour le Palatinat, et a laissé cinq cents chevaux à M. d’Elbeuf, qu’on dit être à Arlon, pour joindre aux troupes de Monsieur qui sont là aux environs. Monsieur s’est repatrié [sic] avec la Reine mieux que jamais, par le moyen de M. de Puylaurens, qui a fait une nouvelle confédération avec elle, et mille serments de ne se séparer jamais qu’ils ne vous eussent ruiné. Moyennant quoi, elle lui fait de grandes promesses, pour gages desquelles elle a vidé la voute de ses pierreries pour être employées à cette guerre qu’ils voudraient qualifier par l’honneur de leurs serments du titre « sacrée » comme celle de Philippe de Macédoine. 

Il y a eu réconciliation d’amitié entre le même sieur de Puylaurens et le marquis de La Vieuville, lequel enfin a prêté trente mille écus. Depuis quelques jours, la Reine mère s’est plus déclarée qu’elle n’avait fait il y a longtemps en excès de paroles de vengeance contre Votre Éminence, qui a fait conjecturer de ce temps-là que la résolution a été prise de donner l’assistance qu’il y a si longtemps qui a été attendue. Ils avaient ordonné cependant que partie des troupes du comte d’Emden tourneront visage pour assister M. de Lorraine, si on l’attaquait.

M. de Ville sans va fort intentionné sans doute, mais pour son maître. Je ne m’y fie point du tout, car on ne trouve nulle vérité en parole du monde qu’il dise, et laisse toujours un sens double à tout ce qu’il dit. Et quelquefois que la colère l’emporte, on voit toujours quelque chose qui montre le fonds du cœur, et le souvenir de Marsal le prit à toute heure vivement. Cela me fait soupçonner tout ce qu’il fait, surtout de ce que quand il parle de ce voyage, M. de Ville c’est avec une grande soumission. On publie qu’il a donné charge de ne rien demander et d’accorder tout ce qui sera raisonnable. Joint à cela qu’il n’y a que six jours qu’il me dit tout le contraire de ce qui est maintenant en état du côté de la Flandre, que Monsieur était désespéré du secours d’hommes et d’argent, qu’il était mal satisfait de tout le monde, et qu’il ne songeait qu’à l’amour de la fille de Carlo Colonna, chose que je sais qu’il disait contre son sentiment et connaissance, vu qu’il est très bien averti de ce côté-là, y ayant continuels messages qui vont et viennent de là ici et d’ici là. Et quelque fois quand je lui dis, il me le nie, même de Molimes, qui est le porte-secret. Il me les déguisa par mille discours qui concluaient qu’il l’avait vu, qu’il ne l’avait pas vu, qu’il s’était caché quand il arriva, que ses gens lui dirent où il était caché, qu’il le vit sans le voir, tellement que tous ses déguisements me le font soupçonner plus que jamais. 

Je suis très bien averti qu’il a été bien content d’avoir eu sujet de prolonger sa déclaration par les articles de M. de Ville, lesquels j’ai envoyés à Votre Éminence, parce qu’il attend de voir quel progrès auront ces commencements en Picardie, étant bien résolu de ne se hâter pas. Mais s’il voit tant soit peu d’heur1 dans les premiers progrès, il faut s’assurer qu’il en sera. C’est pourquoi il ne veut point séparer ses troupes, qui, sans doute, croient toutes trouver Monsieur hors les Lorrains, si elles étaient licenciées, et si elles demeurent avec lui sous le prétexte de les passer en Allemagne, qui est l’expédiant le plus plausible. Je le tiens aussi dangereux que les autres, parce qu’il sait bien qu’on n’y saurait passer, et ne dit de là que pour donner dans les yeux, afin qu’il lui serve de moyen pour conserver ses troupes ensemble, les conduisant vers les frontières d’Allemagne, où il les entretiendra sous prétexte de chercher et d’attendre la commodité du passage pour voir ce que le temps produira. Et s’il le voit favorable, assurez-vous, quoi qu’il dise à présent, qu’il jouera le jeu des autres. Et ce qu’il a proposé Clermont [-en-Argonne] si aisément, n’est que pour endormir, car c’est chose qu’il ne fera jamais que par force et avec quels sentiments il reçut l’article qui touchait la nouvelle sûreté, avec quels jurements, et qu’il fallait autant périr tout d’un coup que de se voir prendre pièce à pièce ses États comme on voulait faire.

Je supplie très humblement Votre Éminence qu’elle me fasse tant de grâce que Ville, ni qui que ce soit hors ceux qui le doivent, ne sachent ces choses, parce que depuis que M. de Ville a écrit, et dit les particuliers avis que je vous donne, on a fort pris garde à moi qui me voit, et qui me parle. Et c’est chose que dans les heures particulières du prince, il a souvent dit avec étonnement pour savoir qui me donnait les avis. J’ai continué de voir sa cour souvent et tout le monde pour lui ôter la vue de dessus, ceux de qui je puis apprendre quelque chose. Du fonds de Metz, je ne le puis comprendre dans le menu, mais qu’il n’y ait eu projet et discours en cette matière, il n’en faut point douter, car Jonvilliers est venu en cette ville plusieurs fois. Il est favori de son maître et huguenot, qui le pourrait tenir. Il dirait force choses. 

Je remarquai le soin qu’était devenue la citadelle, quand on sut le changement dans la ville, les excuses qu’on faisait de celui qu’on soupçonnait, et les accusations qu’on faisait déjà contre Votre Éminence, disant que c’était invention controuvée, afin de le chasser pour prendre son gouvernement. Cela se disait avec un accent qui présupposait quelque chose de bien particulier.

On a encore remarqué, depuis le dernier retour de Moulimes, une grande joie dans l’esprit des dames qui ont appris les résolutions prises et les prêtes d’exécuter. On est dans cette opinion qu’on a forcé le Roi de partir du lieu de ses plaisirs, qui ne voulait venir de-deçà, ni moins en Picardie, où vous seul le menez contre son frère, et contre son gré, tous les autres voulant l’accommodement hors vous seul, qui fait espérer que Monsieur comparaissant, la plupart de l’armée se jettera de son côté, comme n’allant pas contre le Roi, mais contre votre personne, et que nul n’oserait tirer l’épée contre les troupes où sera Monsieur. Dans ces fantaisies, ils ont fondé partie de leurs espérances.

M. de Lorraine fait le piteux, il y a trois jours, de l’embrasement de Munich et de toute la Bavière. Ses plus confidents disent que cela n’est point, et qu’il se sert de ce discours pour éblouir le monde, et faire semblant qu’il vise en ce pays-là pour tirer ailleurs. Il fait faire une livrée à ces gens, toute contraire à celle qu’il avait accoutumée de porter. Il dit que c’est pour se déguiser quand il ira en Allemagne, comme si l’habit de ses gens pouvaient cacher sa personne. On croit que c’est pour toute autre chose, et que c’est sa couleur de guerre dans laquelle on craint fort qu’il se veut engager.

Hier il m’avait dit qu’il n’irait point à Plombières que après le retour de M. de Ville. À cette heure on me vient dire qu’il s’y en va demain, de sorte que, en ses paroles et actions, il n’y a certitude du monde. Il court la plus grande partie de la nuit par les rues pour ne pouvoir dormir. Il est incertain des lieux où il couche et où il dore. Il s’est retiré chez un peintre, petit logis étroit d’où il était sorti et y est rentré. Il part la nuit, s’en va à dix lieues, courre le cerf et revient le lendemain. De sorte que dans toutes les inquiétudes, il y a bien de la peine à pouvoir rien établir de solide, n’ayant ni conseil ni personne qui puisse rien sur lui, fors son père, sa tante de Remiremont, et sa sœur, quand ils appèrent [sic] tous à sa fantaisie. Le reste est confus et étonne sans créance ni même sans savoir ce qu’ils doivent devenir. Il cherche argent de tous côtés. Il fortifie ses places, et les munit de fortes garnisons, tout de même comme s’il était en guerre ouverte, ou qu’il l’espérât en peu de temps. Parmi une humeur si diverse et incertaine, Votre Éminence verra ce qu’il faut faire et comment il faut vivre, n’ayant point d’espérance si on fait la guerre qui ait quelque prospérité qu’on se puisse assurer de lui.

Hier, un de ses colonels et meilleurs hommes, nommé d’Offlance, arriva de Spire le cinquième jour. Les Espagnols se sont emparez de cette place en deux jours, qui a fait (disait-il) retourner le roi de Suède à Mayence, car en poste voyant les grands préparatifs dans le Palatinat, ne se fiant pas à celui qui y commandait en son absence, nommé Breisfeld, ayant laissé faire ce que Don Philippe de Silva a entrepris, n’ayant rien fait que battre de l’aile depuis la défaite des cinq cents chevaux du comte d’Emden. [Le marquis Henri de] Haraucourt est toujours à Colmar, sans s’éloigner du Rhin au-deçà, qui est bien signe qu’on a quelque dessein de ses troupes, comme de celles de Mérode vers le Liège. Le voyage de Don Gonçalès était d’autant plus nécessaire que le comte d’Emden et Don Philippe étaient en très mauvaise intelligence.

Je crois qu’on aura pourvu au <…> où, sans doute, si on entre en Picardie ou dans le pays messin, ils feront une descente. J’ai déjà écrit à Votre Éminence que Marans est fort dégarni. Nous sommes tantôt à la moitié de l’année, ayant toujours payé à mes dépens la garnison, et fait faire la fortification sans remboursement. Je vous supplie très humblement de penser si pour la fin de cette année, il ne faudrait point croître la garnison. La dépense n’en serait pas grande, vu l’importance du lieu. Richardière fera ce que le Roi lui commandera. Il n’y a plus à retarder puisqu’on va publier que ce n’est qu’à vous et aux vôtres à qui on en veut.

Je viens de recevoir une lettre de Poitou, où on mande le désespoir du peuple pour ces trois régiments qui y ont été dressés. Ils m’ont fait la faveur de rompre et briser de mes métairies et rançonner mes paysans. Je crois que si on ne leur en a demandé conte, le terme n’en sera pas long, bien marri si je n’y ai su mettre ordre à temps.

Le Coigneux, dans les réconciliations ci-dessus représentées, demeure sacrifié à la haine de tous. On croit, si le Roi est fort en Picardie, que le premier effort de toutes ses troupes sera peut-être à Marsal et Moyenvic, pour gratifier à l’Empereur que je sens intéressé en cette affaire. Pour la première place, il y a bien un homme fidèle dedans, mais je ne sais s’il pourrait bien soutenir une grande affaire sur les bras. Il a reçu quelque nombre d’hommes en sa place enfin, en ayant fait force difficultés auparavant.

Je n’ai plus de gens, vous ayant envoyé tous ceux que j’ai, lesquels il vous plaira de me renvoyer et recommander. Ce que j’aurai à faire sans qu’il soit plus de besoin d’interprétation vers un homme qui n’a but en sa tête que la finesse, et lequel il faut serrer de près pour le faire déclarer promptement, s’il est besoin, ou le tenir en longueur et douceur si le temps des affaires le requiert. 

J’avertis M. de Feuquières, à Metz, de ce mouvement soudain, afin qu’il avertisse le reste, et qu’il soit sur ses gardes comme je crois que est par tous les endroits où on doit craindre, il ne faut que garder le premier choc, car s’ils ne rencontrent les premiers succès favorables, leur feu sera de peu de durée, et si de-deçà ils y comparaissent, il faut commencer à faire voir qu’on ne respecte personne. On prétend dans une des finesses assurer ses places et son pays dans ces commencements en cas qu’ils soient douteux et s’il y a de la prospérité la suivre.

M. de Bellegarde, voyant les Espagnols en ce point, soupire, et désire plutôt mourir que de les voir prospérer, quoiqu’il en pût tirer avantage en son particulier. Il appréhende qu’il y ait des places concertées avec eux. 

Aucuns ont toujours opinion de Sedan. C’est ce qui m’a obligé à cette dépêche, vous suppliant très humblement croire que ce n’est point étape de balle mais bien de la vraie et solide boutique d’où la vérité peut puiser. Attendant l’honneur de vos commandements, je supplie très humblement Votre Éminence de me croire, Monseigneur, votre très humble et très obéissant serviteur, 

Guron

Nancy ce vendredi à minuit, 24 mai 1632

Ils font courir mille méchantes nouvelles partout pour les antiennes [sic]. Je ne puis pas demeurer court, pour les nouvelles, nous sommes moins savants. Ils disent ici et en Flandre que Chastelet a été mis en la Bastille pour n’avoir voulu donner sa voie à la mort de Marillac. Il serait à propos, ce me semble, que ceux qui sont dans les Étrangers aient de quoi défendre ce qu’on aime. Ce qu’il vous plaira ordonner partout où sont vos serviteurs.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Bonne ou mauvaise fortune, hasard. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (2 avril 2024). Texte 764, année 1632, 24 mai, Guron à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5gg


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.