France (Gaston Jean-Baptiste de, duc d’Orléans)

Gaston Jean-Baptiste de France (1608-1660), duc d’Orléans, dit « Monsieur », est frère cadet de Louis XIII. À la mort de Nicolas de France (1607-1611), il devient l’héritier présomptif du royaume et reçoit le titre de duc d’Anjou. Bien que cultivé et amateur d’art, Monsieur se révèle très tôt inconstant et influençable. Il passe toute sa vie en rébellion d’abord contre Richelieu, puis contre Mazarin. Mais ses hésitations le conduisent systématiquement à l’échec. Réduit à l’impuissance, il assiste à l’emprisonnement de son précepteur, le maréchal d’Ornano, puis aux exécutions de Chalais, du duc de Montmorency et du marquis de Cinq-Mars. 

En 1626, à la suite de l’affaire de l’aversion au mariage, puis du complot de Chalais, il est contraint d’épouser Marie de Bourbon, duchesse de Montpensier. Il reçoit alors en apanage les duchés d’Orléans et de Chartres, ainsi que le comté de Blois. De l’union contractée avec la plus riche héritière du royaume, naît, en 1627, une fille, future Grande Mademoiselle. Marie de Bourbon-Montpensier ne survit cependant pas aux couches. La question du mariage de Monsieur retrouve toute son acuité. En 1629, le duc d’Orléans prend la fuite et trouve refuge en Lorraine, mécontent du peu de responsabilité qui lui a été confié lors de la campagne d’Italie, jaloux du prestige royal acquis lors de la paix d’Alès, et vexé de n’avoir pu épouser, comme il le souhaitait, Marie-Louise de Gonzague, fille du duc Charles de Gonzague, appelé à la succession de Mantoue. Rentré en France à la fin de l’année, il repart dès 1631, à la suite de la journée des Dupes, et choisit à nouveau la cour de Nancy pour exil. Il y épouse secrètement la sœur cadette du duc Charles IV de Lorraine, la princesse Marguerite, en janvier 1632, puis gagne les Pays-Bas espagnols dans le but d’y réunir des troupes et entrer en armes dans le royaume de son frère. Allié au duc de Montmorency, il échoue cependant à la bataille de Castelnaudary, le 1er septembre 1632, au cours de laquelle le gouverneur du Languedoc, blessé, est fait prisonnier. Monsieur doit faire amende honorable, mais renoue dès la fin de l’année avec les intrigues et l’exil. Il regagne cependant la France à l’automne 1634. En février 1635, son favori, Antoine de Laage de Puylaurens, est arrêté et emprisonné. Denis-Louis-Martial Avenel précise que La Gazette ne rend pas compte de toutes les visites rendues par le frère du Roi au cardinal-ministre en 1635, et n’en signale qu’une seule au cours du premier trimestre, celle du 15 février1

En 1638, la naissance du Dauphin, futur Louis XIV, lui fait perdre autant son importance qu’une grande partie du crédit politique et financier dont il disposait, sa première épouse ayant prévu de léguer sa fortune à leur fille. En 1642, sa participation à la conjuration de Cinq-Mars est, encore une fois, vouée à l’échec. Si, à la mort de Louis XIII, il obtient la charge de lieutenant général du royaume, Anne d’Autriche et Mazarin, par d’habiles manœuvres, parviennent à lui retirer tout pouvoir réel et à s’emparer de la régence. En 1644, Monsieur mène une campagne militaire victorieuse contre les Espagnols et s’empare même de Gravelines en juillet. Il n’en participe pas moins à la Fronde des princes et Mazarin doit l’assigner à résidence, à Blois, en 1652. C’est là qu’il finit ses jours, huit ans plus tard. 

Voir Jean-Marie Constant, Gaston d’Orléans, prince de la liberté, Paris, Perrin, 2013 ;

Pierre Gatulle, Gaston d’Orléans, entre mécénat et impatience du pouvoir, Seyssel, Champ Vallon, 2012. 

Textes 1, 4, 19, 25, 29, 83, 105, 126, 133, 148, 154, 155, 156, 157, 159, 162, 173, 175180, 184, 185, 192, 193, 196, 204, 209, 212, 217, 226, 235, 236, 237, 244, 245, 247, 248, 274, 296, 310, 313, 318, 320, 324, 332, 333, 351, 358, 371, 376, 379, 381, 386, 388, 389, 390, 391, 413, 425, 426, 427, 428, 429, 430, 431, 432, 441, 480, 486, 523, 525, 526, 535, 543, 548, 551, 555, 556, 563, 568, 578, 579, 581, 588, 593, 595, 596, 601, 608, 619, 621, 622, 624, 628, 629, 638, 646, 651, 673, 677, 681, 688, 690, 692, 696, 703, 717, 720, 721, 723, 725, 730, 731, 737, 738, 739, 749, 750, 751, 754, 759, 761, 764, 770, 772, 780, 781, 782, 794, 795, 798, 800, 801, 802, 803, 804, 811, 814, 815, 818, 820, 831, 832, 836, 837, 838, 840, 845, 846, 849, 850, 851, 852, 854, 856, 857



Citer ce billet
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (2022, 13 mars). France (Gaston Jean-Baptiste de, duc d’Orléans). Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tphc

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, t. IV, p. 655, note 1. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.