Texte 770, année 1632, 26 mai, le maréchal d’Effiat à Richelieu

Antoine Coëffier de Ruzé, marquis d’Effiat, à Richelieu, Saint-Avold, 26 mai 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 10, f° 306-307. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 234-235.

Monseigneur,

Je craindrais que mes lettres ne vous fussent importunes, si je ne savais que vous n’avez point de si agréable divertissement que d’apprendre ce qui se passe d’important pour le service du Roi dans ses armées, et si je ne me ressouvenais que vous m’avez commandé de vous tenir promptement averti de tout ce qui se faisait, pour à quoi satisfaire et ne perdre aucune occasion, je vous dirai, quant à nous, avis assuré que Monsieur [le duc d’Orléans] est à Trèves, le trompette que M. de Feuquières y avait envoyé, l’ayant vu.

Pour en être mieux informé, nous renvoyons le trompette en notre nom, tant à Don Gonsalve [don Gonzalès de Cordoue] qu’au commissaire général de l’Empereur [le général Wolf Rudolf von Ossa], et pour connaître au vrai l’état de leurs forces et redemander un bourgeois de Metz et un autre de Troyes, qui se trouvent retenus prisonniers parmi eux, leur ayant, pour cet effet, écrit une lettre, dont nous envoyons copie à M. [Claude] Bouthillier, par laquelle vous verrez l’état de cette affaire, et cependant, pour ne perdre aucun temps, j’ai fait écrire une lettre par M. de La Saludie à M. de Charnacé, avec le chiffre qu’il lui a donné, dont M. Bouthillier vous fera voir la teneur, et fais faire notre pain à Sarrebruck, où partie de l’armée passera demain la Seine [sic]. Nous ferons encore deux logis avancés au-delà et ainsi nous nous trouverons à sept ou huit heures de chemin d’Oxenstern. J’ai aussi donné charge à La Saludie de proposer comme de lui-même à l’archevêque de Trèves [Philippe-Christophe von Sötern] ce que je vous ai mandé par le mémoire que je vous envoyai hier, sans nous engager, afin d’être libres à faire ce que vous trouverez bon pour le service du Roi, et que si vous approuvez la proposition que je vous ai faite, le temps de la négociation fut gagné. Vous nous ferez donc, s’il vous plaît, savoir vos volontés sur le tout, me croyant plus que personne du monde, Monseigneur, votre très humble, très obéissant et très obligé serviteur, 

d’Effiat

À Saint-Avold, le 26e mai 1632

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (5 avril 2024). Texte 770, année 1632, 26 mai, le maréchal d’Effiat à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w6bn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.