Texte 772, année 1632, 27 mai, Guron à Richelieu

Jean de Rechignevoisin, seigneur de Guron, à Richelieu, 27 mai 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de la Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 9, f° 264-265. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 236-241.

Monseigneur,

Afin que Votre Éminence voie que je suis obéissant à tout ce que vous commandez sans aucune considération, je suis parti de Nancy pour m’acheminer en l’armée mercredi 26 de ce mois, n’ayant reçu votre dépêche du 20 que le lundi précédant, et une d’Amiens, du 16, auxquelles je répondrai par cette-ci. Je suis venu en une maison de M. le duc [de Lorraine], où j’ai séjourné aujourd’hui, que j’ai employé à savoir où était l’armée, qui arriva hier à Saint-Avold, et en part demain pour aller à Sarrebruck, où je me rendrai si je puis, ou au moins samedi matin. Cette subite résolution de partir, ayant su M. de Ville arrivé à Abbeville, les a fort étonnés ici et mis en grandes inquiétudes, croyant que c’était un signe évident qu’on les voulait attaquer, à quoi, quelle mine qu’ils eussent faite, ils étaient assez mal préparés. Ils m’ont parlé, père, fils et sœur1, d’une façon tout autre qu’ils n’avaient pas fait jusqu’ici, car j’avais toujours douté de leurs intentions, ayant tous les jours quelque nouveau changement, ou équivoquant [sic] discours de M. de Lorraine, qui m’a parlé, ce me semble plus ouvertement que de coutume, comme vous le verrez par la lettre qu’il en écrit au Roi et à Votre Éminence, lesquelles je vous envoie, comme aussi celles de M. le cardinal [Nicolas-François de Lorraine] qui se montre plein de sincérité et d’affection envers l’un et l’autre.

Monsieur [sic, le duc de Lorraine] désire demeurer dans les termes portés par M. de Ville, et les exécuter promptement, surtout si on lui veut permettre d’aller secourir M. de Bavière, passer par Brissac [Brisach], gagner le lac de Constance et le Tyrol, pour s’éloigner des troupes de Monsieur [le duc d’Orléans]  ne pouvant désarmer et assurer de ses troupes Liégeois et de ceux du Luxembourg. Il dit que les lois qu’il recevra, il les exécutera ponctuellement, assurant bien que son peuple, de toute condition, ne veut point la guerre avec la France, et que si elle y était, je ne sais pas comme il serait à la longue de ce côté-là.

Pour Clermont [-en-Argonne] , il m’a dit derechef qu’il était tout prêt d’en traiter, et même que s’il eut pu s’aboucher avec M. le maréchal d’Effiat, il eut entré en matière, et c’est ce que je lui allais proposer, mais désormais il faut remettre cette conférence. Il a dit qu’il prendrait du revenu, en échange qu’il voulait avoir en même droits que Clermont, et avoir en deniers récompense des dépenses qu’il y avait faites. Cela est matière importante à traiter quand vous en aurez donné des ordres plus précis. Dans les discours de l’utilité de cette place, je lui repartais quelque fois que, dans un trouble, le passage du Pont-à-Mousson serait plus facile en y faisant une citadelle, qui accommoderait mieux le Roi que Clermont, et ne lui coûterait pas beaucoup et incommoderait fort Nancy. Cela ne lui plaisait pas de l’entendre, mais pourtant la chose est fort véritable, d’autant plus que la garnison dans Commercy tient tout le pays des environs en merveilleuse suggestion, étant une chaîne dans tout le bailliage de Saint-Mihiel, qui le tient fort oppressé.

Je n’avais point ouï depuis plus d’un mois tant de paroles pour témoigner désirer un accommodement avec Monsieur. Cela m’a fait conjecturer que, ce que quelques personnes de considération m’avaient dit pouvoir être véritable, à savoir que les Espagnols l’ont trompé, ne lui ayant tenu leurs promesses, et ne le faisant espérer que sur des incertitudes qui le mécontentent fort, et que tant d’allées et venues secrètes des gens de Monsieur à Nancy n’étaient que pour empêcher M. de Lorraine de s’accommoder, ou au moins de ne s’accommoder pas sans lui, n’ayant monté à cheval que pour sortir de Bruxelles, où il s’ennuyait fort, et faire un traité moins honteux, après avoir vu des troupes plus tôt que s’il eut demeuré toujours sans faire aucune montre de valeur.

Autres disent qu’après tant de conseils tenus à Bruxelles, tant de serments de ne se séparer jamais, se mettre à cheval sans rien faire, que cela serait trop à la honte des Espagnols, qui lui donneront par quelque voie indirecte des troupes pour quelque temps, espérant qu’avant qu’ils en aient besoin ailleurs, le Pape ou d’autres auront fait son accord, de quoi ils prétendront la gloire puisque devant qu’ils s’en soient mêlés, il ne se sera pas fait.

Il est à Trèves pour attendre là le comte d’Emden, et se servir des Allemands qu’il a pour rebrousser chemin, bien que la plupart de ses desseins en France sont fort éventés par le bon soin vigilance et bonne conduite du Roi et de son bon Conseil.

Il y en a qui disent aussi, et ne sont pas des moindres, que son dessein est de passer avec Don Gonçalès [Gonzalès de Cordoue], avec ses forces, dans le Palatinat, pour aimer mieux aller là faire l’aventurier que de demeurer toujours oisif. Et c’est un discours de la princesse de Phalsbourg, laquelle encore qu’elle ait été fort piquée d’un discours que lui a fait M. de Ville, témoigne toutefois vouloir fort n’être point en vos mauvaises grâces, vous reconnaissant très puissant ami et ennemi. Elle a recherché depuis quatre jours toute sorte de moyens pour me faire parler, s’il était possible, que vous fussiez inexorable à souffrir qu’on parlât de l’accommodement de Monsieur, et, si M. de Lorraine ne pourrait point être reçu, d’en parler, et qu’il s’assurait d’être bon garant de l’événement, et que jusqu’à ce que les sûretés fussent bien établies, il ne demanderait point Marsal. 

Je répondais en termes généraux que je croyais que le Roi ferait toujours ce qui serait de raison, que j’estimais toutefois l’affaire être empirée à cause de cette protection publique des Espagnols qui font grand-bruit de peu de chose, et que, d’ailleurs, il fallait éviter que les propositions de M. de Lorraine ne fussent prises pour évasions, à présent qu’on voyait l’effet de ce que je lui ai toujours dit que je savais assurément qu’il ne contenterait jamais le Roi qu’il n’eût vu Monsieur en campagne, et qu’à présent qu’il y était, au lieu de satisfaire à ce qu’il devait de changer la question, cela serait fort suspect d’un homme de qui les procédures ont été fort douteuses depuis quelque temps. 

M. le cardinal [de Lorraine] m’a fait part des desseins qu’il aurait de servir en cela pour y entrer comme une personne toute à vous. Je lui dis que je n’avois nulle charge ni connaissance de la volonté du Roi, que si l’était [sic] tel comme il disait, et je le croyait envers Votre Éminence, il devait mettre toute considération en arrière, hors celle qui était d’une vraie et sincère amitié, que s’il avait quelque chose à produire qu’on eût faire voir, il pouvait prendre sur ce votre avis, sans s’ingérer et s’introduire autrement, puisqu’il se publiait si ouvertement attaché dans les intérêts et volontés du Roi et dans votre amitié.

On croit qu’il pourrait bien y avoir combat assez proche du chemin de l’armée sur le siège de Sarrebruck, fait par les Suédois, pour empêcher le chemin de Don Gonçalès sur le passage de Trèves à Kaiserlautern, où il se détournait à cause de Kreuznach. Il a passé, m’a-t-on-dit, la Moselle et la Sarre et est aux Deux-Ponts, prenant par là son chemin vers Spire ou Worms, que peut-être il voudrait emporter, avant que le Brisefeld eût achevé son entreprise, pour laquelle exécuter plus facilement, Weimar avec une armée volante venait au-devant de Don Gonçalès, car on assure qu’il est à Trèves.

La Moterie [Claude de Lannoy, comte de La Motterie], gouverneur de Maastricht, avait demandé passage pour les Espagnols à passer de Thionville par la Lorraine pour aller au Palatinat. Ce chemin était assez extraordinaire et soupçonneux. Je crois que l’arrivée de M. d’Effiat avec l’armée a changé beaucoup de desseins, et fait croire qu’il ne se faut pas engager trop légèrement, vu les forces présentes et la disposition du Roi à marcher facilement où le besoin le requiert.

Le roi de Suède a fait grands progrès en Bavière, comme je l’ai vu par une lettre de la duchesse [née Élisabeth de Lorraine], plus affligée de la mort de Tilly que de ses malheurs. Elle est à Salzbourg, sur les confins du Tyrol, et son mari [le duc Maximilien Ier de Bavière] à Ratisbonne, sauvée par son armée des mains du roi de Suède, qui avançait fort ses affaires par cette prise. [Le duc de] Friedland est faible, au moins paraît-il rien encore de lui. [Gottfried Heinrich zu] Pappenheim a la charge du comte de Tilly. Je vis ces jours passés un homme, envoyé de la part du duc de Bavière à Cologne, qui était au combat d’Ingolstadt, où le cheval du roi de Suède fut tué d’un coup de canon après l’attaque du fort du Don, d’où il fut bien repoussé, mais non pas avec la perte dont on avait fait courre bruit, car on ne parle que de cinq cents hommes tués au plus2.

Reste maintenant à répondre au chef que Votre Éminence mande que j’ai à dire que j’ai eu les avis sur le fait de Metz. Monseigneur, sur cette affaire-là, je dirai ingénument que je me trouve fort malheureux de ce que d’une chose qui a été si publique à Nancy, et parmi force personnes qui je crois en ont parlé, il a fallu que pour avoir eu trop de passion pour le service du Roi, j’ai été nommé publiquement dans l’armée dans Metz, et par toute la France pour m’acquérir une haine mortelle de personnes puissantes, et auxquelles je n’avais jamais pensé de faire offense, et en autre matière que cette-ci, je ne l’aurais jamais fait. À cette condition, il n’y aura pas presse de donner des avis en telles matières, puisque le fruit qui en procède est si périlleux. Ce que j’ai à dire pour ma justification, c’est que j’ai M. de Bellegarde pour témoin, qui est leur parent et ami, mais qui se crut cette affaire si certaine, à son très grand regret, comme il me l’a témoigné plusieurs fois, qu’à moins de la dissipation qu’il a jugée devoir advenir en telles rencontres, il n’avait voulu se hasarder à me presser de faire aller M. le cardinal de La Valette à Metz, voyez tout le discours de cette affaire.

Après que <Verderonne>, cousin de M. de Puylaurens, eut été caché à Nancy le jour qu’il partit le matin, Mme la princesse de Phalsbourg partit l’après-dînée, sans qu’on sût qu’elle dût partir, et comme c’était chose assez extraordinaire de la voir en voyage en un temps qui semblait ne le requérir pas, chacun crut que M. de Puylaurens s’était approché en quelque lieu pour conférer avec elle sur les affaires de Monsieur [le duc d’Orléans]

Le lendemain qu’elle fut arrivée, un certain personnage, qui est des confidents de la princesse Claude, comme elle me l’avait assuré, et qui me parlait quelque fois de ses petites plaintes pour m’engager à demander en son nom votre protection, me vint dire si je savais ce que c’était de cette vue qu’avait fait Mme la princesse de Phalsbourg de M. de La Valette, je lui dis que je croyais que c’était un autre. À quoi il m’assura qu’il savait bien ce qu’il disait, et que j’y prisse garde, si je voulais, et que Metz était en péril. 

Sur les onze heures, on m’apporta un billet, où on m’assurait que les mécontentements contre Votre Éminence avaient tellement outré M. de La Valette qu’il s’était résolu de se venger du Parlement, des provisions des charges données dans son gouvernement, et du logement de l’armée sans son ordre, que pour se faire il voulait se joindre à Monsieur, le recevoir dans Metz, sur l’assurance qu’on lui donnait d’épouser la princesse, et on me priait de renvoyer le billet, et se souvenir de l’écriture, pour vous en faire souvenir un jour qu’il rapporterait le billet devant vous. Le jour étant venu, je me rencontrai avec soin de bonne heure avec M. de Bellegarde, dans une église où d’abord lui parlant de la rencontre de Puylaurens comme feignant le croire, il me dit qu’il me voulait envoyer Sufferte, pour me dire qu’il était au désespoir qu’on nommait un autre, qu’il faudrait qui eût perdu le sens, et qu’il voudrait plutôt être mort que si cela était, et qu’il voudrait avoir donné de son sang, et que M. le cardinal de La Valette fût en lieu où il le pût voir dans la journée. Cela n’aboutit à nulle conclusion pour lors, sinon que je me séparai avec de grandes angoisses, ne sachant ce que je devais faire, voyant bien clairement le péril à écrire ou à ne le faire pas. 

Toute l’après-dînée, je fus visité de plusieurs personnes confidentes qui me parlèrent de cette affaire comme de chose sans remède, qui était au regret des plus sensés, parce qu’ils voyaient bien que d’une telle action, ils n’en pouvaient recevoir que de grands malheurs et nul profit. Sur les huit heures du soir, M. de Bellegarde me fait prier de le voir dans une place devant mon logis, où je le vis tout fondu avec un visage si changé et si plein d’ennui que je ne vis jamais un pareil sentiment. Il me dit qu’il voudrait être mort, et qu’il s’était mille fois repenti qu’il ne m’avait fait dépêcher dès le matin qu’il avait connu par les discours de Son Altesse et de sa sœur, qu’ils ne tenaient pas cette affaire douteuse mais certaine et assurée, et que cela était si public qu’il fallait qu’ils fussent tous les plus imprudents du monde, ou qu’ils crussent la chose assurée, et qu’au nom de Dieu je fisse en sorte qu’à toute diligence M. le cardinal de La Valette vint trouver son frère, et qu’il craignait qu’il n’y serait pas à temps, qu’il aimait tant le Roi, l’État et eux, qu’il voudrait plutôt mourir que si cette affaire était sans remède, vu les maux qui s’en ensuivirent et la mauvaiseté de ceux qui y travaillaient, et que j’avisasse bien à me hâter d’écrire, de peur que cela ne me fût imputé à un reproche préjudiciable à mon honneur, qu’il savait bien ma peine et pouvais aussi juger de la sienne, vu qu’il savait bien que je n’ignorais pas ce qu’il était à cette maison.

Arrivant à mon logis, je trouvai un homme d’assez bonne façon qui me dit qu’il avait un billet à me donner, qui portait que sans une grâce de Dieu et grande diligence, on ne saurait empêcher la perte de Metz, que je lui renvoie son billet afin qu’il me le puisse représenter un jour devant le Roi, et devant vous, pour marque de sa fidélité envers le Roi, et pour m’accuser de négligence ou connivence si je manque aux remèdes possibles. Il n’y a sorte de promesses que je n’aie faites à cet homme pour savoir le nom de l’auteur, ce que je ne pus obtenir. Je le fis suivre et comme il ne s’aperçut, il retourna à mon logis m’en faire plainte et ne le voulus presser davantage. J’ai soupçonné que le mouvement de cet avis vint de Bruxelles, mais je ne le sais assurément.

Après cela, ayant temporisé deux nuits et un jour à me résoudre, j’ai cru y avoir le remède présent pour l’importance de l’affaire, de laquelle, deux jours après, tout le monde parlait ouvertement, et cela M. de Chamblay le sait, et tous les amis confidents qu’il a ici, et M. de Scythie

Si j’ai tort d’avoir écrit sur tels fondements, et si j’ai mérité la haine des offensés, et de nommer tous ceux qui m’en ont parlé comme ayant besoin de garant, j’en suis très marri. Le zèle et l’affection au service du Roi m’ont fermé les yeux, avec les mauvaises intentions de ceux avec qui je traitais, jointes à plusieurs autres menées. Je supporterai avec patience tous les évènements d’une si puissante haine.

Pour avoir dit que le nommé Jonvilliers avait été ici vu plusieurs fois, et que le nommé dans la lettre de Votre Éminence l’avait dit, après avoir oui parler de Metz, et de conclure de là qu’il semble que tout mon avis même de cet homme de fort peu de sens, il me semble sous le respect que je dois à Votre Éminence que la conclusion ne serait pas reçue en logique, car je n’ai ouï parler de cela que depuis mes lettres écrites.

Des confidents de M. de Bourbonne avaient voulu dépêcher son petit gentilhomme pour aller trouver Votre Éminence sur ce sujet, qui remit le voyage parce que <…> jours auparavant, je l’avais envoyé à MM. de Feuquières et des Noyers, et on lui dit sur ce qu’il s’excusa de ne vouloir aller sans m’en parler, qu’il ferait tort à M. de Bourbonne, qui devait plus qu’aucun autre recevoir le gré de cet avis si important et commun.

M. de Scythie s’est étonné de ce qu’une nièce qu’il a assez belle ici en ces temps-là reçut douze ou quinze lettres de M. de La Valette par des personnes déguisées, ce qu’elle n’avait point accoutumé auparavant. Si on disait que mon avis serait fondé là-dessus, ce serait à tort car ce sont choses qu’on a sues depuis. On a dit que ce Jonville, que je ne connais point, y est venu plusieurs fois, un autre nommé Haumont aussi aux environs, un chanoine nommé Le Royer. Je n’ai pas vu telles choses qui se sont dites avoir été pour des amours. 

De cela, je n’en ai nulle connaissance, sinon qu’il s’est dit depuis le bruit qui en a été commun. Et l’enquête que fit Mme la princesse de Phalsbourg en quel état [est] la citadelle, tout cela ne fait point raison. Du premier avis, ce sont discours postérieurs que je n’allègue pour rien conclure, sinon comme histoire et discours qui se sont tenus dans les compagnies, comme aussi le courrier qui maudissait la découverte de cette entreprise comme dit un Français qui l’a entendu.

Voilà ce que j’ai à dire sur ce sujet, je m’en vais en Allemagne sans aucune commodité du monde, mais je dirais à Votre Éminence que je ne me soucie d’y mourir, puisque j’ai été si malheureux qu’en pensant bien faire. Je vois que j’ai offensé des gens qui ne me le pardonneront pas, sans avoir eu aucun dessein que le service du Roi, sans quoi je ne me fusse pas hâter d’offenser des personnes avec lesquelles j’avais toujours vécu en amitié et respect. J’ai laissé ma famille assez peu fournie de commodités, pour avoir employé ce que j’ai pour les avances des fortifications à réparer pour Marans, et pour avoir entretenu de mes appointements, ayant emprunté force argent du seigneur Lopez, et à Nancy pour me mettre en équipage pour l’armée. Votre Éminence y pourvoira par sa bonté s’il lui plaît et me fera cet honneur d’écrire aux généraux de l’armée en ma faveur, pour au moins qu’ils me traitent avec quelque honneur, en me faisant du conseil de guerre, comme j’ai été plusieurs fois avec quelque appointement comme M. de Schomberg sait que j’ai eu aux deux blocus de La Rochelle. Cela me fera subsister et m’obligera de demeurer à jamais, Monseigneur, votre très humble et très obéissant serviteur, 

Guron

À <…>, le 27 mai 1632

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Respectivement François de Lorraine-Vaudémont, le duc Charles IV de Lorraine et Henriette de Lorraine, princesse de Phalsbourg. []
  2. En référence au siège d’Ingolstadt entrepris à la fin du mois d’avril 1632, par Gustave-Adolphe de Suède, au cours duquel, le 30, son cheval est blessé d’un coup de canon. Le roi de Suède préfère abandonner le siège. Ce même 30 avril dans les rangs impériaux, le comte de Tilly trouve la mort. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (8 avril 2024). Texte 772, année 1632, 27 mai, Guron à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w6nl


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.