Texte 780, année 1632, 31 mai, le marquis de Châteauneuf à Richelieu

Charles de L’Aubespine, marquis de Châteauneuf, à Richelieu, Paris, vers le 31 mai 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 805, f° 222-223. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 244.

De Paris, ce lundi au soir

Aussitôt que j’ai reçu votre mémoire, j’envoyai quérir les intendants [Claude de Bullion et le maréchal d’Effiat] qui ont fait le contenu au mémoire ci-joint. Ainsi le Roi aura dedans le douze du mois, à Châlons, une partie de ce qu’il désire, et le reste suivra après. S’il faut quelque nombre d’outils davantage, vous le manderez, s’il vous plait. Un chacun est ici en attente des desseins de Monsieur [le duc d’Orléans] et de son passage en Luxembourg. Les uns disent qu’il est à Nancy, d’autres qu’il passe avec Gonzalès en Allemagne. La femme de La Ferté-Imbault [née Catherine Blanche de Choiseul-Praslin] est en cette ville, logée chez [Roger de Choiseul-] Praslin, son frère. Les gens de son mari vont et viennent. Il en a été pris un ce matin, qui lui avait apporté les lettres de son mari, qui venait pour débaucher des gens. J’estime qu’il est à propos que le Roi commande à M. le Comte [de Soissons] de lui faire faire commandement de sortir Paris, et se retirer en Berry, même lui faire conduire par quatre de ses gardes, comme aussi de commander aux officiers de Paris de faire exacte recherche contre les gens de Monsieur et de la Reine mère, qui vont et viennent à Paris.

M. de La Vrillière ne m’a point envoyé la lettre pour le marquis de <…>. Je le fais faire par M. de La Ville-aux-Clercs. M. Bouthillier a semblablement oublié de m’envoyer la lettre de Berruyer. Je partirai, si Dieu plait, vendredi avec MM. les intendants qui porteront si peu d’argent qu’ils en pourront ramasser, l’épargne étant fort dénuée, car les prêts des troupes ont été mis entre les mains du trésorier de l’extraordinaire [François Leconte]1. Auparavant, je ferai contenter l’ambassadeur de Hollande [Gaspar (ou Gaspard) van Vosbergen] et Bouy le Machi, l’un pour le paiement des derniers cinq cent mille francs que nous avions reculés jusqu’à ce que les États fussent en campagne. 

M. de Bullion se porte mieux, mais je doute qu’il puisse partir si tôt. Le lieutenant général de l’amirauté de Provence [Henri de Séguiran] me vient de porter le mémoire ci-joint pour savoir comme il a à se gouverner. Je lui ai dit qu’il vous allât trouver. Je ferai mettre dedans La Gazette ce que vous me mandez qu’a traité Saint-Étienne avec le roi de Suède, que j’estime très avantageux pour les affaires du Roi dedans la réputation.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Dans la France de Louis XIII, l’entretien des troupes est un problème crucial, aussi bien pour son financement que pour l’approvisionnement en pain de munition. Si l’ordinaire des guerres ne doit faire face qu’à une augmentation limitée de ses dépenses, celles de l’extraordinaire des guerres atteignent en revanche vingt millions de livres à la veille de la guerre et passent à trente-trois millions dès 1635. Servien est en conflit constant avec le surintendant des finances, le maréchal d’Effiat d’abord, puis Claude de Bullion et Claude Bouthillier. Chaque province reçoit un commis de l’ordinaire des guerres et deux trésoriers provinciaux alternatifs de l’extraordinaire. Durant le quartier d’hiver, le soldat doit s’entretenir sur sa solde ; en campagne, il reçoit des vivres moyennant une retenue. La solde est établie selon le système des « montres », « devenues des unités de compte, versées à l’avance par prêt dont l’intervalle varia » – André Corvisier – dir. -, Histoire militaire de la France…, t.1, Paris, Presses Universitaires de France, 1992, p. 344 -. Il est normalement prévu dix montres par an, mais il n’y en a plus que huit à partir de 1634. Lorsque les retards de paiement deviennent trop importants, il n’est pas rare que les généraux ou leurs lieutenants avancent les soldes sur leurs deniers personnels, afin d’éviter les désertions. Certains d’entre eux connaissent de graves difficultés financières et s’endettent de manière irrémédiable. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (12 avril 2024). Texte 780, année 1632, 31 mai, le marquis de Châteauneuf à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w7b4


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.