Texte 794, année 1632, 7 juin, Claude Bouthillier à Richelieu

Claude Bouthillier à Richelieu, La Fère, 7 juin 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 802, f° 221. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 251-253.

À La Fère, ce lundi 7 juin 1632

Monseigneur,

J’ai attendu que j’eusse vu le Roi ce matin pour commencer ce mot par l’assurance de sa santé. Sa Majesté se porte aujourd’hui fort bien, grâce à Dieu, nonobstant son indisposition d’hier, qu’un lavement avait commencé de soulager, hier, à neuf heures du soir que je partis de sa chambre, un grand vomissement qui suivit acheva. Et je vous puis assurer qu’à présent Sa Majesté a aussi bon visage qu’elle l’avait hier très mauvais. Elle a résolu de séjourner demain à Laon pour vous revoir, dont elle a très grand désir. Je ne doute point que vous n’y veniez demain de bonne heure, car il n’y a que cinq petites lieues d’ici, où ce gentilhomme m’a dit que vous veniez aujourd’hui coucher. M. le Premier [Claude Rouvroy de Saint-Simon] m’a dit que le Roi a jeté des choses étranges par ce vomissement. Je n’y étais plus quand il le prit. Assurément, il se comporte très bien.

Il n’y a qu’onze lieues de Laon à Reims. Sa Majesté fait état de partir après-demain de Laon, de bon matin, et d’aller coucher à Reims pour y faire son bonjour jeudi. Ainsi, elle ne perdra point de temps, et vous aura dorénavant jusques à Sainte-Menehould, car le séjour de Reims vous donnera du relâche. Il est vrai que le soin qu’a eu le Roi de vous en cette petite indisposition (je l’appelle petite pour n’avoir pas été, grâce à Dieu, longue) a été très grand. Je ne l’estimerais pas s’il n’avait été d’affection véritable, et non de conduite. Vous seriez étonné de l’appréhension que le Roi avait de votre indisposition, et de l’aise qu’il a eu quand il a été assuré que vous vous portiez mieux.

J’ai vu Monsieur et Madame de Chevreuse. Ils sont différents en leurs sentiments par le fait de M. le duc de Lorraine, car il estime qu’il est en fort mauvaise assiette, disant qu’il ne sait faire ni la guerre ni la paix, qu’encore que Son Altesse l’ait désobligé, il ne laisse de souhaiter que son affaire s’accommode, mais que si elle se passe au pis, il ne considère que le service du Roi, pour lequel il exposera sa vie contre qui que ce soit. Il m’a parlé le plus sagement du monde, le plus à propos, et je vous jure que si un homme qui n’aurait point été plongé toute sa vie dans les délices avait tenu souvent de tels discours, il aurait été pris pour un oracle. Elle ne dit pas de même, tenant Son Altesse en meilleur état que l’on ne pense, toutes ses places fortes étant munies pour deux ans. Ce qu’elle assure sur sa vie, à y mettre plus d’hommes qu’il n’y en peut tenir. Elle a dit que le duc François se renferme dans Nancy, que l’on met les princesses1 dans La Mothe, qui est inaccessible, que le jeune Couvonges défendra Stenay avec 2500 hommes. Elle m’a nommé encore une autre place aussi forte que La Mothe et Stenay, il ne me souvient du nom. Pour Clermont [-en-Argonne], elle avoue que deux mois en peuvent faire la raison. Mais elle dit que c’est une place fort meurtrière. Elle parle avec tout cela, ce me semble, avec très bonne intention, ajoutant qu’elle ne dirait pas toutes ces choses, n’était qu’on les verra dans dix ou douze jours, c’est-à-dire ce qui s’en peut avoir d’abord. Elle a disposé de toute la Lorraine, excepté de Son Altesse, de sorte que je ne vous puis dire ce qu’elle deviendra. Mais je m’imagine qu’elle tiendra la campagne, et se joindra avec Monsieur [le duc d’Orléans], car selon ce que j’apprends d’elle, Son Altesse croit qu’elle aura beaucoup plus d’honneur à laisser prendre ses places avec le temps (reconnaissant que toutes places qui ne peuvent être secourues comme les siennes, doivent être prises), que de les donner volontairement. Le temps pour les prendre, à son compte, doit être un peu long.

À propos de ce que vous dites qu’il importe que Ville voie le Roi en très bonne santé, cette princesse m’a remarqué fort bien en passant, que hier, le Roi ayant arrêté à Han [Han-devant-Pierrepont ], où il vit la Reine, était « pâle comme mon collet ». C’est son même mot, et cela est très vrai. Je vous dis encore une fois, et vous le jure sur mon honneur, qu’elle me semble parler de très bonne intention. Je quitte ce discours pour vous dire que je crois n’avoir point mal réussi en mon antithèse. La réponse a été que la seconde partie est si obligeante qu’elle efface ce qu’il y a de piquant en la première. Je suis inviolablement, Monseigneur, votre très humble, très obéissant, très fidèle et très obligé serviteur,

Bouthillier

J’oubliais de vous dire ce que vous verrez que le Roi vous a voulu écrire de sa main durant son indisposition même. Croyant que je ne me trouverais pas assez tôt à son levé, il l’avait donnée à M. le Premier, qui me l’a mise en main sur ce lieu, où je suis rendu au réveil du Roi, qui à ce compte vous avait écrit dès hier au soir. En autre sujet, je me dispenserais de circonstances. Ce gentilhomme arriva et vit le Roi dès hier à dix heures du soir.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Les princesses Nicole et Claude de Lorraine, et la princesse Marguerite de Lorraine. Henriette de Lorraine, princesse de Phalsbourg, reste à Nancy, voir le courrier que marquis de Bourbonne adresse à Richelieu, de Chaumont, le 21 juin 1632, Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 804, f° 209-210, le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau – éd. -, La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 287-288, translation publiée en ligne, texte 837. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (19 avril 2024). Texte 794, année 1632, 7 juin, Claude Bouthillier à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w8ts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.