Texte 798, année 1635, 25 mai, René Augier à Balthazar Gerbier d’Ouvilly

René Augier à Balthazar Gerbier d’Ouvilly, 25 mai 1635.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 814, f° 92-93. Il s’agit d’une copie en partie chiffrée, où figure la mention « Auger à Gerbier, 25 mai 1635 ». Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), “La raison de guerre” : correspondance du cardinal de Richelieu, année 1635, Paris, éditions L’Harmattan, 2016, p. 250-253. 

Monsieur,

Le Roi est à Château-Thierry, auquel lieu Sa Majesté fait état de se baigner durant 10 ou 12 jours. 94 a écrit qu’elle est entièrement quitte des quatre légers accès de fièvre qu’elle a eu depuis quinze jours. 91 est aussi audit Château-Thierry, empêchée à essuyer ses larmes depuis que Sadite Majesté dit en sa présence que désormais ses armes ne se joindraient plus aux Hollandaises par voie auxiliaire mais commune. Monsieur le Cardinal a écrit ici à Messieurs le garde des Sceaux [Pierre Séguier] et Bullion de faire un tour à Château-Thierry où ils s’acheminèrent mercredi dernier ayant laissé en cette ville le gros du Conseil où ils ont promis d’être de retour en peu de jours. Ledit sieur de Bullion réjouira Sadite Majesté par la présentation de l’état des finances qu’il a dressé pour le maintien de la guerre. Lundi dernier vinrent nouvelles à Sadite Majesté que Messieurs les maréchaux de Châtillon et de Brézé ont joint l’armée de Messieurs les États près de Maastricht et que les deux armées font ensemble cinquante mille hommes de pied et dix mille chevaux, suivies de soixante canons outre les coulevrines et autres petites pièces. Lesdits maréchaux ont fait raser en chemin faisant le château d’Orchimont qui servait de retraite aux picoreurs1. Il y a longtemps que par prévoyance l’on avait fait couler par Mézières sur la rivière de Meuse quantité de blés au Liège.

Le sieur Breton, roi des armes, s’étant trouvé indisposé par les chemins, n’a pas fait le voyage à Bruxelles, pour lequel on l’avait mandé de cette cour, non plus qu’un hérault que Sadite Majesté avait désigné, car ledit hérault témoignant n’avoir pas assez d’assurance pour tel message, Sadite Majesté lui fit ôter sa cote d’armes qu’elle fit vêtir à un de ses officiers, lequel elle chargea de porter à l’Infant-cardinal les paroles aux termes que vous verrez en la Gazette extraordinaire2.

Avis sont venus en cette cour que Gallas a envoyé au duc Charles de Loraine quatre mille chevaux et deux mille hommes de pied des troupes d’Isolani par le pont de Brisach, que ledit duc a eu quelque dessein de faire surprendre Sélestat, et que ses troupes s’avancent comme pour aller joindre celle du prince Thomas en Luxembourg. 

Là-dessus, l’on a pris forte résolution de s’y opposer et d’empêcher cette jonction par diversion et autrement à cet effet Monsieur de Feuquières s’est lié dit-on avec deux mille cinq cents chevaux et quelque infanterie au maréchal de La Force, près duquel est M. le cardinal de La Valette, et l’on fait avancer M. du Hallier vers Chaumont avec des belles troupes, lesquelles feront penser à la conservation de la Franche-Comté. Les levées pour Sadite Majesté continuent toujours, non seulement au-dedans de ce royaume mais aussi au dehors, le colonel Rantzau a touché cent deux mille livres pour 3000 hommes de pied et 500 chevaux qu’il s’est chargé de faire en Allemagne. Monsieur le duc de Chaulnes commande quelque 4000 hommes de pied et 500 chevaux en Picardie, où l’on a enrôlé tous les hommes non mariez propres à porter les armes depuis 20 jusques à 50 ans avec ordre de se tenir prêts contre les événements. L’on se promet de faire par là à un besoin un corps de 14 à 15 mille hommes. 

Pareil ordre a été donné aux autres provinces, en Guyenne, Languedoc, Provence et Dauphiné. Nous croyons le maréchal de Créqui à présent à Pignerol. 

Monsieur [le duc d’Orléans] est attendu en cette ville et cour en peu de jours. Le père Joseph est ici depuis quelques jours. Monsieur le cardinal a désapprouvé l’ordre qu’avait donné Monsieur Bouthillier pour faire arrêter les lettres à Péronne et a [-t-] on continué l’envoi d’icelles. Le secrétaire d’Espagne [Fabian de Contreras] est allé en cour pour se présenter et voir s’il pourra obtenir la liberté du comte Salazar toujours détenu chez le chevalier du guet, et celle du courrier extraordinaire d’Espagne encore arrêté avec ses lettres et paquets chez Monsieur de Nouveau

Il y a eu grande émotion par le peuple à Bordeaux où l’on a fait des rages tué et déchiré un archer et les pièces jetées en la rivière, le premier président [Antoine d’Aguesseau] contraint de se sauver et poursuivi. Il en est encore arrivé une autre à Sézanne-en-Brie où un officier de Sa Majesté et autres ont été tués. L’on verra de quelle façon seront reçus après cela tant de nouveau édits que Monsieur le comte de Soissons fit vérifier ici la semaine passée. L’on dit ici une défaite par le maréchal de Châtillon en laquelle le prince Thomas serait demeuré avec 1500 des siens, sur cela j’attends le Boiteux3. Nous n’avons rien reçu de vous cette semaine.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. La place d’Orchimont, aux Pays-Bas espagnols, auj. Belgique, commune de Vresse-sur-Semois, est tombée aux mains des Français, commandés par le maréchal de Châtillon, le 11 mai et est en effet livrée au pillage []
  2. La déclaration de guerre est porté par Jean Gratiollet de Daubas, écuyer, héraut d’armes de France au titre d’Alençon. Concernant le récit de la guerre de Trente Ans proposé par Théophraste Renaudot, voir Hélène Duccini, « La guerre de Trente ans en France : discours et représentations », Le Temps des médias, 2005/1, n° 4, p. 137-150. []
  3. Référence à la bataille d’Avein, qui s’est déroulée trois jours plus tôt. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (21 avril 2024). Texte 798, année 1635, 25 mai, René Augier à Balthazar Gerbier d’Ouvilly. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w94z


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.