Texte 800, année 1635, vers le 22 juin, Guy d’Elbène au comte de Chavigny

Guy d’Elbène à Léon Bouthillier, comte de Chavigny, vers le 22 juin 1635.

Ministère des Affaires étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 814, f° 201. Original autographe, dont le bas est coupé. Le 22 juin, Guy d’Elbène adresse deux autres courriers au comte de Chavigny, tous deux également conservés au Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 814, f° 200 et f° 202.

Voir les translations publiées en ligne, textes 801 et 802.

Monsieur,

Je vous ai écrit pour Monsieur de Langeron comme je ferai pour tous ceux qui me prieront de vous écrire sur l’assurance qu’ils veulent être vos serviteurs et sur l’assurance que j’ai que si vous ne jugez pas à propos de rendre office, que vous trouverez moins mauvais que je vous en prie qu’autre, et que vous me refuserez avec moins de de contrainte que s’ils vous en faisaient écrire par Monsieur [le duc d’Orléans]. Monsieur de La Rivière est arrivé qui a fort entretenu Son Altesse. Je ne sais de quoi, car je n’ai pas vu Son Altesse depuis [qu’] il vient au Lude. Nous verrons si Son Altesse changera ou diminuera de la bonne humeur en laquelle Monsieur Goulas1 vous dira qu’il l’a trouvé en arrivant.

Pour toutes choses, d’une chose ai-je à vous avertir qui est qu’il faut que l’on lui <…> de Monsieur de Puylaurens, car je l’ai trouvé échauffé sur cette affaire touchant sa maladie, non pas qu’il y ait soupçonné du mal mais du peu d’assistance qu’il recevait. Je n’en ai pas fait semblant, mais mon opinion est que Savés [sic], en arrivant, lui en a parlé ou que la lettre que l’on lui donna dernièrement en cachette était de cela. Savés est celui qui prétend la charge de Courbanton. J’eusse écrit tout cela à mon frère d’Agen [Barthélemy d’Elbène] afin que vous n’eussiez pas la peine de lire toute cette lettre et qu’il vous rendit compte de tout, mais Monsieur de La Rivière m’a dit qu’il s’en allait chez mon père [Pierre d’Elbène]. Je lui écris mais en tout cas vous serez, par celle-ci, informé des nouvelles d’ici et que Son Altesse est résolue à son retour d’aller à Fontainebleau voir le Roi et passera par Paris pour voir Son Éminence s’il est encore à Ruel. 

L’on lui a encore parlé d’autres choses mais vous me dispenserez de les commettre à cette lettre joint que tout cela n’a fait aucune impression sur son esprit et qu’il est en parfaitement bonne assiette et meilleure que vous ne l’avez jamais vu et à mon avis il y persistera pourvu que tout le monde y contribue. Je fais des vœux pour cela. Je crois que vous ne doutez pas de la passion que j’ai pour cela et moins de celle que j’ai que vous me fassiez l’honneur de me croire, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur,

D’Elbène

<…>

Je vous supplie très humblement m’excuser si je vous donne la peine d’envoyer cette lettre à mon frère, mais je l’ai fait afin que si la curiosité de savoir ce que je lui écris vous tenait et qu’il ne fut près à Paris, vous la puissiez ouvrir avec facilité et après l’envoyer retournée au Temple.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. En référence à Nicolas Goulas, qui accompagne le duc d’Orléans, à partir de Blois, dans son périple le long de la Loire dès la fin avril 1635, ou à Léonard Goulard, qui rejoint Monsieur avec l’abbé de La Rivière et le comte de Chavigny à Montsoreau au début du mois de mai. Voir Georges Dethan, La vie de Gaston d’Orléans, Paris, éditions de Fallois, 1992, p. 138-139. Il est à noter que le frère de Léonard Goulas, Claude Goulas, fait, lui aussi, partie de la Maison de Monsieur, telle qu’elle est décrite par Eugène Griselle pour l’année 1627, voir Eugène Griselle – pub. -, Maisons de la Grande Mademoiselle et de Gaston d’Orléans, son père, Paris, éditions de documents d’Histoire, 1912, p. 12. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (23 avril 2024). Texte 800, année 1635, vers le 22 juin, Guy d’Elbène au comte de Chavigny. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w9en


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.