Texte 801, année 1635, 22 juin, Guy d’Elbène au comte de Chavigny

Guy d’Elbène à Léon Bouthillier, comte de Chavigny, 22 juin 1635.

Ministère des Affaires étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 814, f° 200. Original autographe. Pour le classement : « M. d’Elbène à M. Bouthillier ». Le 22 juin, Guy d’Elbène adresse deux autres courriers au comte de Chavigny, tous deux également conservés au Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 814, f° 201 et f° 202.

Voir les textes 800 et 802.

Monsieur,

Son Altesse [le duc d’Orléans] m’a commandé depuis vous avoir écrit de vous donner avis qu’il n’ira point à la cour qu’il ne vous ait entretenu et que je le vous mandasse afin que vous veniez le quérir. Il n’attend que vous pour prendre sa résolution sur ce voyage, lequel il fera avec gaieté à mon avis. Au moins l’ai-je vu jusqu’à aujourd’hui dans ce dessein. Il part demain pour aller coucher à Maillé, où sa galère le meut. De là, son carrosse le mènera au Lude. J’espère faire ce voyage avec lui quoique j’eusse souhaité m’en exempter à cause des débauches et autres embarras. Mais vous savez mon obéissance et que vous suis trop obligé pour manquer à pas un de vos commandements. Ce n’est pas pour vous faire valoir le service que je peux y rendre, car je vous assure que Son Altesse connait si parfaitement l’affection avec laquelle vous le servez et a tant de marques de l’amitié que Son Éminence a pour lui que l’on fait fort bien sa cour auprès de lui de lui témoigner que l’on est votre serviteur et dans les intérêts de Son Éminence, et vous n’avez de besoin d’aucune assistance pour le persuader sur cela, pourvu que son esprit ne soit point altéré par de méchants conseils, ce que je crois presque impossible. Vous êtes trop habile pour le permettre. Je vous conjure de me continuer l’honneur de vos bonnes grâces et la qualité de, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur,

D’Elbène

Ce 22 juin au soir 1635

Santerre arriva hier.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (24 avril 2024). Texte 801, année 1635, 22 juin, Guy d’Elbène au comte de Chavigny. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w9kz


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.