Texte 804, année 1632, 8 juin, le comte de Vaubecourt à Richelieu

Le comte de Vaubecourt à Richelieu, Verdun, 8 juin 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 804, f° 181. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 254.

Monseigneur

Je viens de recevoir les commandements du Roi et les vôtres du sixième de ce mois, par lesquels vous me commandez de retenir tous les régiments nouveaux qui doivent passer, au lieu des quatre qui m’étaient ordonnés. Vous aurez vu par la réponse que j’ai fait à M. de La Vrillière que c’était mon sentiment. Ce porteur m’a trouvé faisant faire revue au régiment de Lambertye1, qui est très beau et bien commandé. J’ai enfin pris langue de celui de La Boulaye, que j’ai envoyé quérir diligemment, afin qu’il se puisse rendre ce soir ici et que je le mette en sûreté. Il est si désobéissant que je ne me puis rien promettre de lui, car il ne tient ordre ni route2.

Vous aurez su, par le courrier que j’ai dépêché cette nuit à M. Le Bouthillier, comme Monsieur [le duc d’Orléans] est au Pont-à-Mousson, dès aujourd’hui à dix heures. Il a près de deux mille chevaux avec lui et cinq mille hommes de pied, et y a encore de l’infanterie derrière et quelque cavalerie. J’ai toujours bien dit que M. de Lorraine tromperait le Roi. Je suis marri d’avoir été si bon prophète. Et sur l’avis que l’on me vient de donner de bonne part, qu’il y a entreprise sur Vitry, que M. de Changy, qui en est voisin d’une lieue, doit faire exécuter, j’ai aussitôt dépêché au régiment de Saint-Hilaire3, qui est six lieues au-delà, pour se loger à Marlot [sic, Merlaut ?], qui n’est qu’à une lieue dudit Vitry, avec commandement aux habitants de se donner sur leur garde, et de se servir dudit régiment en lui donnant entrée dans leur ville à la moindre alarme qu’ils auront, et crois que ce serait encore mieux fait de le faire entrer dans la ville et d’envoyer diligemment un commandement du Roi pour cela.

J’ai retenu le valet de pied de Sa Majesté, que M. de La Vrillière m’a dépêché, pour avoir moyen de vous mander plus de certaines nouvelles, parce que j’ai des hommes aux champs qui reviendront à ce soir ou cette nuit pour m’en apporter des véritables, et vous supplie, Monseigneur, de croire que j’exécuterai soigneusement et fidèlement toutes les choses que le Roi et vous m’ordonnerez, et celles même que je verrai être du service de Sa Majesté. Je me réjouis bien fort de ce que l’on m’envoie de la cavalerie. Si j’en eusse eu une compagnie, j’eusse taillé en pièce Besme deux fois depuis huit jours. Vous avez toute sorte de pouvoir et de puissance sur moi et sur mes volontés. Je suis et serai toute ma vie, Monseigneur, votre très humble, très fidèle et très obéissant serviteur, 

de Nettancourt Vaubecourt

À Verdun, ce 8e Juin 1632

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. En référence à Gabriel de Lambertye, baron de Montbrun. []
  2. La correspondance de Richelieu évoque « le capitaine de La Boullaye », qui sert au régiment de Navarre en 1635 : voir la revue des troupes envoyées en Lorraine, du 23 juillet 1635, Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 25, f° 312-314. Le même document signale, au même régiment, parmi les enseignes, le nom de La Boullaye. Or le « capitaine » de La Boullaye est également cité par la Gazette du 17 août 1635, parmi les officiers absents de l’armée du maréchal de La Force, alors que le Roi s’attache à la lutte contre les indisciplines et les désertions :  voir Marie-Catherine Vignal Souleyreau – éd. -, “La raison de guerre” : correspondance du cardinal de Richelieu, année 1635, Paris, éditions L’Harmattan, 2016, p. 359. Pour 1632, La Boulaye est aussi évoqué comme présent à Toul en juin, voir le texte 155. La mention pourrait se rapporter à Maximilien Eschalart, marquis de La Boulaye. On note par ailleurs, dans l’entourage direct du Roi Hugues de La Boulaye, l’un de ses mousquetaires. []
  3. Voir le texte 141. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (29 avril 2024). Texte 804, année 1632, 8 juin, le comte de Vaubecourt à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/xv8c


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.