Texte 811, année 1632, 13 juin, le maréchal d’Effiat à Richelieu

Antoine Coëffier de Ruzé, marquis d’Effiat, à Richelieu, Château-Voué, 13 juin 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 10, f° 402-403. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 260-261.

Monseigneur,

La dépêche de Sabathier vous aura amplement éclairci. Je crois qu’il est arrivé à bon port. Néanmoins, à toutes fins, j’ai baillé le double des trois dernières dépêches que j’ai faites au sieur de Miraumont. La lettre du Roi qu’il porte, et ce que nous lui avons dit, est tout ce que nous avons fait et pouvons faire. Nous avons envoyé le maréchal des logis de M. de Bussy aux troupes de Monsieur [le duc d’Orléans]. Et M. de Feuquières y est allé aussi de son chef pour mieux savoir son dessein. Il est constant que Gonzalès est retourné à Trèves et que les troupes de Monsieur sont à <…>, croyant que vous allez attaquer Clermont [-en-Argonne], que le roi de Suède prospère toujours, et que le comte d’Emden a été battu, que nous avons fait tout ce qui était à désirer pour le chancelier Oxisternes [Oxenstern], dont nous attendons des nouvelles de jour à autres.

Saint-Ou n’est pas encore de retour de Nancy. Je l’attends ce soir et le renverrai demain pour demander le passage de Pont-à-Mousson, suivant le traité de M. de Lorraine. Je ne pense pas qu’il le refuse, croyant que nous le pouvons forcer, car il voudra esquiver le crime et nous, sans nous engager à rien, marcherons toujours dans notre chemin, assurant de ce lieu-là, attendant les commandements du Roi que nous recevrons, s’il vous plaît, le plus promptement qu’il se pourra. 

J’ai cru devoir faire mettre de plus dans la lettre du Roi les deux avis que nous avons eus, l’un qui a été donné à M. de Saint-Fargeu, et l’autre qui vient de <…> de Montmirail1, afin que le Roi voie les fortunes que son service vous fait courre à tout moment, et y mettre aussi mon petit sentiment de lui. Ce qui m’a semblé devoir être fait dans l’occasion présente de Monsieur, afin que, s’il est trouvé bon, l’exécution n’en fût pas sur vos épaules qui sont chargées de la haine de tout bien que vous n’ayez autre objet que le service du maître et la grandeur de l’État. Ce qui m’a fait croire qu’il est raisonnable qu’étant de ceux qui ressentent tant d’effet de vos grâces le doive marcher tout d’une pièce en l’exécution de bonnes intentions. C’est pourquoi je m’offre volontiers à faute d’autres pour mener ce petit corps volant, et oserais m’assurer que j’en rendrais bon compte si ce dessein s’accorde au service du maître et à votre contentement, n’y songeant pas autrement puisque je ne passionne rien plus que de faire paraître en quelque signalée occasion que je suis, Monseigneur, votre très humble, très obéissant, très obligé et fidèle serviteur, 

d’Effiat

À Château-Voué, le 13e juin 1632

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Voir les textes 761 et 777. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (1 mai 2024). Texte 811, année 1632, 13 juin, le maréchal d’Effiat à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/10sit


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.