Texte 815, année 1632, 16 juin, le maréchal d’Effiat à Richelieu

Antoine Coëffier de Ruzé, marquis d’Effiat, à Richelieu, Pont-à-Mousson, 16 juin 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 10, f° 421-427. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 266-273.

Monseigneur,

Vous aurez vu par la lettre du Roi comme cette journée était donnée à la visite que M. de Lorraine avait désirée, qui s’est passée avec toute sorte de civilité. Et de là, nous sommes entrés en une conférence, qui a duré trois bonnes heures, en ayant employé pour le moins les deux tiers à me réciter ses malheurs, et les déplaisirs qu’il avait soufferts depuis six ans en çà, commençant par la citadelle de Verdun et puis par les jugements qui avaient été donnés au rapport de M. Le Bret, et le déplaisir qu’il reçut à Paris, au voyage qu’il y fit il y a deux ou trois ans, me disant que tout cela n’était qu’avant-coureurs de la mauvaise volonté que l’on avait pour lui, et de la résolution qui était prise de faire périr sa Maison ;

– que l’on ne s’était point souvenu cet hiver de l’assurance que l’on lui avait faite donner par M. du Dorat de le soutenir envers tous, lui courant sus au contraire et lui arrachant Marsal d’entre les mains, qu’il ne donnait que pour sûreté de la liaison qu’il voulait faire avec Sa Majesté dans les desseins d’Allemagne, pour laquelle il s’était préparé et mis en grande dépense, tant il avait peur de laisser son devoir en arrérages, qu’il ne demandait rien de toutes ces dépenses-là, puisque Sa Majesté ne continuait pas ses desseins, mais qu’il croyait bien que puisque Marsal n’était que la caution de sa liaison avec Sa Majesté pour le dessein d’Allemagne, n’y en ayant plus, il lui devait être rendu ;

– qu’au lieu de cela, on lui en demandait d’autres, et bien qu’il n’eût plus que quatre places, on lui en demandait deux ; 

– que c’était le dépouiller de son État par une manière très honteuse ; 

– qu’il devait tant au Roi que si son honneur lui permettait, il ne laisserait pas de s’y résoudre, mais que n’ayant intérêt en ce monde que celui-là, il ne le pouvait quitter et qu’ayant une si mauvaise santé, il n’avait pas grand besoin de toutes ces forteresses, ne pensant avoir six mois de vie ;

– que de la perdre défendant son honneur, il la croyait bien employée ;

– qu’il n’avait point d’enfants, que sa femme [Nicole de Lorraine] avait assez de dévotion pour finir dans un cloître ;

– que M. le duc François avait tant d’âge qu’il n’avait plus guère à vivre ; 

– et que son frère [Nicolas-François de Lorraine] étant ecclésiastique, était pourvu. 

De sorte qu’aucun de sa maison ne lui faisait peur, et n’avait rien à plaindre quand tout périrait, pourvu que ce fût l’épée à la main, usant, outre cela, d’infinité d’autres discours et plaintes de semblable nature, comme de la perte de son oncle le duc de Bavière, que l’on abandonnait sans vouloir même permettre qu’il le secourût.

À quoi, je lui ai répondu, le plus doucement qu’il m’a été possible, que tout cela n’était que des fleurs, mais que je lui ferai voir des fruits de fort mauvais goût, pouvant dire qu’il avait apporté plus de traverses aux desseins du Roi qu’homme du monde, arrêtant par les menées et cabales dont il s’était mêlé le cours de nos affaires, nous portant la division jusque dans nos entrailles.

Sur quoi, il s’est éclaté de rire, disant que je ferais plus que Monsieur [le duc d’Orléans] mouche, si je lui pouvais prouver cela. Ce qui m’a obligé de le supplier de me dire quel sujet il avait eu d’épouser l’amitié d’Angleterre au préjudice de celle du Roi ; si Montaigu ne lui rendait point compte de toutes les trames qu’il menait avec M. de Savoie ; s’il n’avait point réveillé les intérêts de l’Empire pour nous venir troubler dans l’évêché de Metz et fortifier Moyenvic ; s’il n’était point cause que Monsieur ait perdu le respect avec le Roi et porté les affaires à l’extrémité où elles sont, puisqu’il était certain qu’auparavant qu’il vînt à Nancy, il n’avait point de brouillerie le jour qui ne s’accommodât le soir, la plus grande escapade qu’il avait fait jusqu’alors ayant été celle qui l’arrêta tout court à Dombes, au lieu de passer les monts, dont il avait si grande honte que, le Roi revenant de Languedoc, il esquiva la rencontre de Sa Majesté, s’en venant roder par la Champagne, et à la fin il fût revenu à Paris, et l’affaire n’avait pas été plus loin si M. de Lorraine ne l’eut attiré à Nancy, lui faisant rempart de tout son État, et le rendant, par ce moyen, capable de cette humeur de ne plus revenir à la cour que par des traités avec le Roi ; que cela était si contraire au sentiment de Sa Majesté qu’elle ne s’y pouvait résoudre, et que je lui jurais (comme d’une chose qui était de ma connaissance) que vous avez été aux grosses paroles avec Sa Majesté plus de trois fois pour la porter à l’accommodement, le Roi disant toujours que cela s’appelait un traité, qui donnerait des ânes à la guerre, et que Monsieur y prendrait tel goût qu’il voyait bien qu’il faudrait bientôt recommencer, vous insistant au contraire et disant que Monsieur ne le ferait pas, que Sa Majesté le mettrait dans son tort et que quand bien cela serait, elle gagnerait toujours le temps d’un couple d’années qu’il lui fallait pour achever les affaires d’Italie, qui n’étaient lors que commencées et qui périraient si l’on s’attachait ailleurs, ce que le Roi ne pouvait goûter disant qu’il était libre, qu’il avait le loisir de faire voir son autorité, et de donner dès lors sur les doigts bien serrés à M. de Lorraine, se trouvant après la guerre de Languedoc une armée de quarante mille hommes et de trois ou quatre mille chevaux, dont on licencia une grande partie pour n’avoir point d’occupation, et, nonobstant tout cela, que vous avez obtenu de Sa Majesté que l’affaire se terminerait par la douceur, que la reine mère est témoin de ce que je dis, si elle daigne s’en ressouvenir, et si, au bout du compte que vous vous trouviez aussi mal dans l’esprit de Monsieur que de coutume sans en pouvoir alléguer aucune raison tant Monsieur était persuadé de ceux qui étaient auprès de lui, qui lui voulaient faire faire nouveaux traités, que c’était le chemin de venir à bout de ses entreprises, et Nancy le lieu de sûreté de tout cela, et si que vous n’aviez laissé de persuader au Roi qu’il fallait maintenir M. de Lorraine, lui disant qu’il était meilleur de l’avoir pour voisin que le roi de Suède, essayant par là de le réconcilier très bien avec Sa Majesté et faisant un traité solennel pour ce regard, qu’il avait cautionné de la consignation de Marsal, qu’au partir de là, il ne s’était non plus tenu aux traités, que s’il n’y en eut point eu, continuant ouvertement les menées de tous côtés, armant sans en donner compte, fortifiant les places qui regardaient la France et non les autres, faisant débaucher les soldats du Roi, faisant faire des feux de joie de sa maladie, fulminant publiquement contre lui et son Conseil, et qu’au reste, il trouvait qu’on avait tort de s’en plaindre, puisqu’au lieu de donner de la satisfaction, il voulait que l’on rendît Marsal présentement bien qu’il se fût lié de ne le pouvoir prétendre de trois ans. 

Bref, que toutes ces brouilleries-là divertissaient le Roi de maintenir non seulement la religion catholique mais de protéger le duc de Bavière et toute la Ligue catholique, car sans toutes ces choses le Roi aurait aujourd’hui en Allemagne une armée de trente-cinq ou quarante mille hommes, et de plus de quatre ou cinq mille chevaux, qui ferait que Sa Majesté aurait bonne part au butin de l’Allemagne (s’il en voulait faire) et contraindrait le roi de Suède d’accepter la neutralité, et qu’au lieu de cela, nous ne pouvions agir que par simples prières qui ne se trouvent pas considérées, n’étant pas appuyées de l’autorité du Roi, qui n’a point d’armée en ce pays-là, que s’il lui plaisait de repasser toutes ces choses, il se trouverait plus coupable qu’il ne pensait et que le Roi ne lui demandait pas des places pour le dépouiller mais pour se l’assurer, étant constant qu’il ne désire Stenay que pour le séparer d’avec les Espagnols, et Clermont [-en-Argonne] comme un petit château qui embarrasse le chemin qui va de la Champagne aux [Trois]-Évêchés. 

Après beaucoup de contestations, il m’a dit que, peut-être, il se pourrait accommoder de Clermont, mais qu’il ne se pouvait résoudre à Stenay, et qu’il me conjurait de lui aider à faire que Sa Majesté se contentât de Clermont, faisant au surplus, pour ses gens de guerre, tout ce qu’il plairait au Roi, dont je me suis excusé, le priant de me pardonner si je ne me pouvais mêler de cela, que je n’avais charge de nulle négociation, mais bien de l’armée du Roi avec M. le maréchal de La Force

Sur quoi, me répliquant qu’il voyait bien que les choses allaient à l’extrémité, il m’a donné sujet de lui dire que cela n’était que parce qu’il voulait. 

À quoi, il m’a réparti que le jugeais encore mieux que lui puisque je refusais de m’en mêler. 

Enfin, je lui ai dit que je n’esquivais point cet honneur-là, qu’au contraire, je souhaiterais y pouvoir être utile, mais que je voyais les choses en un point qu’on n’en pouvait rien retrancher sans les rompre. 

Là-dessus, il m’a dit qu’il donnerait les deux places si on lui voulait rendre Marsal. 

À quoi je lui ai réparti que Marsal était un dépôt qui serait restitué dans son temps, et que cela n’avait rien de commun. 

Sur ce il s’est écrié, disant si le Roi voulait avoir son bien.

Je lui ai répondu que je ne le croyais pas là-dessus. 

Il m’a dit : et quoi donc ?

Puisque vous voulez (dites) savoir mon sentiment, je vous dirai comme votre serviteur et non point en qualité de général d’armée, ayant charge du Roi, que je pense que, si Votre Altesse est bien conseillée, elle ne disputera rien avec le Roi pour l’autorité et qu’aussi le Roi ne doit pas regarder à vous pour le profit. 

Sur ce il m’a répondu qu’il croyait que le Roi ne parlait que d’un dépôt, 

Et moi (dites) d’un échange perpétuel. 

Sur quoi, il a un peu pensé enfin. 

Il m’a demandé <…> que l’on lui donnerait. 

Je lui ai dit que je ne le pouvais dire, ne sachant pas la volonté du Roi. 

Là-dessus s’écriant de nouveau, il a dit qu’il voyait bien qu’il en fallait venir à une extrémité. 

À quoi, j’ai répondu que je le pensais, s’il n’avait plus de bonne volonté à l’avenir pour Sa Majesté, qu’il n’avait eu par le passé. 

Sur quoi, il m’a juré qu’il ne passionnait rien tant que de ravoir les bonnes grâces du Roi, et les vôtres, et m’a conjuré de lui aider. 

À quoi j’ai dit que je le servirai volontiers, et qu’il m’en donnât les moyens, que s’il avait mauvaise volonté, il faisait fort bien de disputer, mais que s’il l’avait bonne, il fallait prendre une voie contraire, et que je m’assurais que le moyen de trouver son compte était de se remettre entièrement entre les mains du Roi et de vous. 

En suite de cela, nous avons eu mille discours de Monsieur, de son passage, et de son amitié. 

Enfin, le tout s’est terminé, qu’il vous en voulait croire, et qu’il désirait, auparavant que de se résoudre, de parler encore une fois avec le duc François et son conseil.

Et comme je l’ai pressé et lui ai dit que c’était perdre temps inutilement, qu’il savait bien ce que l’on lui demandait et ce qu’il voulait donner, qu’il en avait parlé plus de trois fois, que cela dépendrait de lui et qu’il me pouvait, dès lors, dire son intention.

Il m’a avoué qu’il en avait parlé plusieurs fois, et m’a juré en même temps qu’il n’avait pu se résoudre à prendre accommodement que pour Clermont, et m’a voulu là-dessus faire croire que je l’avais tant pressé qu’il se résolvait de donner contentement au Roi et que dans demain, il m’en manderait des nouvelles. 

Je lui ai demandé si ce ne serait pas par le sieur de Ville, lui disant en riant que je croyais que, si cette affaire avait à s’achever, ce devait être par son moyen, pour recouvrer sa réputation auprès du Roi. 

Il m’a dit qu’oui et qu’il savait bien qu’il l’appelait le trompeur. 

Ce qui m’a obligé de lui nommer, c’est que le duc de Bellegarde m’a fait dire qu’il était bien intentionné, et que tenant bon, nous aurions notre compte, et en ayant dit un mot audit sieur de Ville, il m’en a fait un grand compliment à l’adieu. 

Et en partant, Son Altesse m’a dit que si les affaires se pouvaient accommoder, c’était à condition que je prendrais la peine de faire entendre moi-même ses intentions au Roi et à vous. 

Je lui ai dit que j’en prendrais volontiers le soin, et que pour cet effet, je dépêcherai, dès ce soir, un courrier pour en avoir la permission, sans laquelle je n’oserais quitter l’armée. 

Ce n’est pas que j’aie cru qu’il y eût grande difficulté, puisque, du soir au matin, je puis être auprès de vous, et que j’en serai extrêmement aise tant pour avoir l’honneur de vous voir, que pour ce que j’ai reconnu tout plain de chose que je crois qu’il [est] importun que je vous dise moi-même, si les affaires s’accommodent comme j’espère que vous en aurez contentement. 

J’ose dire que vous ferez un grand effet pour les affaires du Roi que d’ajouter celle-ci, car vous verrez par une lettre que La Saludie nous a écrit, que j’envoie à M. Bouthillier, que Mérode s’est saisi de Coblence, que tout le peuple est révolté contre l’archevêque [Philippe-Christophe von Sötern], qu’ils sont en nécessité, et que l’on parle que Pappenheim prend cette route pour l’assiéger. Ce qui me fait croire que l’on sera forcé de tourner la tête bientôt de ce côté-là, où l’on courrait fortune de perdre cette grande place qui est si importante. 

D’un autre côté vous verrez, par une lettre que M. de Feuquières nous a écrit, que Monsieur va à Dijon. Ce qu’il nous a confirmé lui-même à cette heure qu’il vient d’arriver, et m’a encore aujourd’hui été assuré, par Souffertes, qui m’a juré qu’il était certain que Monsieur était aujourd’hui bien près de Dijon, se vantant toujours  de ses intelligences de Guyenne et Languedoc, et des vignerons de Bourgogne, et bien que toute cela ne sera rien avec l’aide de Dieu, si est-ce qu’il est bon d’être libre pour y remédier, me semblant qu’il serait très difficile de songer à cela, à l’Allemagne, et à faire de grands sièges tout à la fois. Ce que j’ose écrire à vous seul, sachant que vous me pardonnerez la liberté que je prends de vous dire mon sentiment des choses dont je ne connais que les moindres parties, à vous qui savez parfaitement le tout. Et si j’ose croire que vous ne le trouverez pas mauvais, étant un geai de la plus loyale affection qui ait jamais « té dédiée à votre service, étant comme je suis obligé d’être jusqu’au tombeau, Monseigneur, votre très humble, très obéissant, très obligé et fidèle serviteur, 

d’Effiat

Au Pont-à-Mousson, le XVIe juin 1632, à quatre heures après minuit

Monseigneur, je crois qu’il est nécessaire que je reçoive, s’il se peut, dans vendredi matin, vos commandements, et ce que le Roi veut que nous devenions au partir d’ici, et ce que nous laisserons en ce lieu, en un mot, les principales raisons de mon voyage est que M. de Lorraine m’a dit qu’il passionne fort votre bienveillance, qu’il s’en fiait à la parole que j’en aurait reçue de vous, et que je lui en donnerais de votre part, et m’a fait sentir qu’il en voulait des grands avantages de cette affaire. Et je crois qu’il faut battre le fer pendant qu’il est chaud, et continuer la contenance que vous avez parfaitement commandée de ne songer qu’à lui, préférablement à toutes choses. Néanmoins, je ne bougerais que le magister ne l’ordonne.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (5 mai 2024). Texte 815, année 1632, 16 juin, le maréchal d’Effiat à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/10sy9


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.