Texte 831, année 1632, 20 juin, le marquis de Châteauneuf à Richelieu

Charles de L’Aubespine, marquis de Châteauneuf, à Richelieu, Marson, 20 juin 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 805, f° 232-233. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 283.

M. de Châteauneuf

Sur l’avis de M. du Dorat, j’ai donné ordre au chevalier du guet [Louis Testu] d’arrêter un homme de Chanteloup [le père Chanteloube], comme il a fait. Je vous envoie son interrogatoire, et la lettre dont il s’est trouvé chargé, que vous me renverrez, s’il vous plait, avec ledit interrogatoire. J’estime qu’il faut décréter contre la dame <de Villeray>, renvoyer le procès à la chambre de l’Arsenal pour être fait et parfait, tant au prisonnier qu’à ladite dame, qui est une alliée ou amie de M. Bouthillier1.

J’ai envoyé à Reims pour faire cuire cette nuit cent mille pains, et autant à Sainte-Menehould. Si le Roi s’arrête au siège de Clermont [-en-Argonne], comme c’est le bruit, il ne manquera point de pain de munition, car nous avons des blés à Châlons, qu’il faut débiter avant la récolte. Dedans le mémoire des régiments que m’a envoyé M. le maréchal de Chamber [sic, Schomberg], il ne parle de celui de Courcelles et La Bihertie [Lambertye], qui n’ont pas encore parti, ce me semble.

Le chevalier du guet m’envoie la copie d’une lettre du Roi pour mettre en liberté un nommé Bousan, secrétaire du Cogneux [Jacques Le Coigneux], qui fut pris, il y a 8 mois, allant trouver son maître. Il est retourné à Paris. Je ne sais si le Roi l’a su, ou vous, mais c’est contre ce qui s’est pratiqué et contre les ordonnances du Roi, et la moindre chose qu’il devait espérer est d’être banni du royaume, non pas remis dedans Paris, où il peut faire impunément ce qu’il lui plaira, outre que cela retient les juges, et à Paris et dedans les provinces, de procéder contre les gens de la suite de Monsieur [le duc d’Orléans], qui vont et viennent, quand ils voient que le Roi même ne fait pas exécuter ses ordonnances.

Le prévôt général de Normandie m’est venu trouver, et donner avis qu’il se faisait des assemblées en Normandie, dedans les forêts, de gens qui n’étaient que deux heures ensemble, et que, par soupçon, un nommé Buat, et le baron de Ronnes fils [sic], étaient les auteurs, qui étaient revenus d’auprès de Monsieur il y a trois mois. Je lui ai donné commission pour les arrêter et les mener au château de Caen. S’il plait au Roi de l’agréer, il est bon que M. de La Vrillière écrive au gouvernement du château de recevoir et garder les prisonniers qui lui seront mis ès mains par le prévôt de Normandie, sans les nommer, afin qu’ils ne soient avertis.

S’il vous plait de me mander si j’arrêterai le pain de munition pour Sainte-Menehould, car étant pour un lieu certain il sera à meilleur marché de beaucoup, et j’y enverrai un de MM. les intendants devant, comme aussi quel ordre se donnera pour faire marcher l’équipage de l’artillerie qui doit être mise à Châlons, et si y faut prendre canon, ou à Sainte-Menehould.

À Marson, ce mercredi, à midi

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Voir le courrier du lieutenant civil Michel Moreau à Richelieu, vers le 22 juin 1632, transcription publiée en ligne, texte 839 ; ceux de Claude de Bullion et de Louis Testu à Richelieu, du 29 juin, textes 180 et 844 ; et le courrier que Louis Testu adresse à Richelieu le 2 juillet, translation publiée en ligne, texte 851. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (17 mai 2024). Texte 831, année 1632, 20 juin, le marquis de Châteauneuf à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11olf


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.