Texte 837, année 1632, 21 juin, le marquis de Bourbonne à Richelieu

Le marquis de Bourbonne à Richelieu, Chaumont, 21 juin 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 804, f° 209-210. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 287-288.

Le 18 juin 1632, Louis XIII a franchi la Meuse et fait halte à Vaubecourt, en terre barroise. Il a fait attaquer à Rouvrois-sur-Meuse, près de Saint-Mihiel, un régiment de la cavalerie ducale, commandé par Charles de Lenoncourt de Serres. Les contingents français ont massacré les Lorrains. La nouvelle de la défaite a été apportée à Charles IV à Nancy par un capitaine du régiment de Lenoncourt, le marquis de Blainville. Deux jours plus tard, le roi de France arrive à Bar-le-Duc. Ce 21, après l’ultimatum d’usage, Louis XIII entre dans la ville, dont il prend possession. Il laisse dans la place Jean du Tillet. Les fonctions qui lui sont dévolues sont celle d’« intendant de justice en notre ville de Bar et pais barrois pour y rendre la justice, destituer et instituer les officiers, revoir le serment de fidélité des habitants »1. Ce même 21, Richelieu et le Roi écrivent tous deux à Charles IV leur regret de l’intervention militaire, qui seule, peut obliger le duc de Lorraine à satisfaire à ses obligations2. Charles IV n’a pas les moyens de s’opposer aux forces françaises. Par l’intermédiaire de l’Infante, il a averti Don Gonzalès de Cordoue de la marche concentrique des troupes françaises vers le cœur de ses États. Mais le général espagnol se dérobe : il a trop à faire avec les ennemis de l’Espagne et ne peut qu’inciter Charles IV à se soumettre. Le duc se tourne vers Wallenstein, sans plus de succès. Ni Wallenstein, ni Mérode à Coblence, ni Montecucolli en Haute-Alsace, ne disposent de contingents suffisants. Louis XIII tient les passages de la Meuse et de la Moselle et menace désormais Nancy. 

Monseigneur,

Depuis que je vous ai envoyé La Brosse, je ne vous ai voulu envoyer personne inutilement, et que je n’aie vu ce que feraient les troupes de Monsieur [le duc d’Orléans], qui est bien étonné de n’être suivi. Je crois que le dessein de M. de Lorraine était de faire diversion.

Je vous dirai, Monseigneur, que Monsieur est toujours autour de Dijon, qui fait prendre des prisonniers, et ses troupes font mils désordres, de sorte qu’il fait extrêmement crier le peuple. On m’a dit qu’il a pris M. Turc [sic, Jean Turquant] en revenant de Lyon, mais je ne vous en assure pas. J’ai mis ordre que, s’il revient, que l’on vienne ici en toute diligence pour vous en donner avis.

Pendant le séjour que j’ai fait ici, j’ai voulu me rendre savant de l’état en quoi est La Mothe. J’ai appris que personne n’y envoie plus, que l’on a cessé depuis jeudi le travail, et qu’il n’y a que la vieille garnison qui est de deux cents hommes. Il en faut plus de deux mille pour garder la ville et les dehors, qui ont revêtu de cinq pieds de muraille sans fossé. Il y est demeuré cent chevaux, qui sont dans les villages voisins, lesquels, avec cents autres qui s’en sont retournés, avaient amené les princesses de Lorraine [Les princesse Nicole et Claude de Lorraine, la princesse Marguerite de Lorraine, duchesse d’Orléans]. Il n’est demeuré que la princesse de Phalsbourg à Nancy, de sorte, Monseigneur, que si vous jugiez à propos d’attaquer ceste place, il me semble que l’effroi s’y mettrait bientôt. Le Roi en pourrait tirer de grands avantages pour son armée. Le pays est fort bon, et proche du Bassigny, qui a grande quantité de blés, et le charroi en serait fort aisé à cause qu’il y a une levée qui va jusqu’à Metz depuis Dijon.

Si je voyais quelque chose en ce pays où il y eut du hasard pour le service du Roi, je vous supplierais de m’y laisser, mais les villes et les places étant assurées et ne pouvant pas répondre de la campagne en l’état que je suis, je vous supplie très humblement, Monseigneur, de me permettre de vous aller trouver pour demeurer auprès de vous. Peut-être y serai-je plus utile au service du Roi et au vôtre, n’ayant point d’autre dessein que de vous témoigner que je suis, Monseigneur, votre très humble et très obéissant et très obligé serviteur, 

Bourbonne

De Chaumont, ce 21me juin 1632

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Aimé Champollion-Figeac (éd.), Mémoires de Mathieu Molé, Paris, chez Jules Renouard, 1855-1857, 4 volumes, tome 2, p. 155. []
  2. Les deux courriers sont conservés au Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 9, f° 278 et 279. La lettre de Richelieu a été publiée par Denis-Louis-Martial Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, t. IV, p. 311. La translation de celle de Louis XIII est consultable en ligne, texte 169. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (22 mai 2024). Texte 837, année 1632, 21 juin, le marquis de Bourbonne à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11p4f


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.