Texte 840, année 1632, 24 juin, Claude de Bullion à Richelieu

Claude de Bullion à Richelieu, Paris, 24 juin 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 802, f° 233-234. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 290-291.

Monseigneur,

Je vous ai écrit du jour d’hier par la voix de M. Bouthillier afin de vous supplier de me départir vos commandements, n’ayant volonté que la vôtre, et ne manquerai d’obéir ponctuellement à ce qu’il vous plaira m’ordonner, Dieu m’ayant, par sa sainte grâce, donné ma première santé.

Maintenant, je vous dirai que j’ai reçu la lettre qu’il vous a plu m’écrire, laquelle m’a été rendue le jour d’hier, laquelle m’a comblé de joie, y ayant appris la bonne santé du Roi et la vôtre, dont j’étais en peine par divers bruits qui ont couru. Je loue Dieu de tout mon cœur de ce qu’il vous a délivré de cette grosse pierre qui vous donnait de l’incommodité. C’était sans doute ce qui vous causait le mal dont vous vous plaigniez à Metz1.

Je ne vous saurais assez remercier, Monseigneur, de la grâce et faveur extraordinaire qu’il vous plaît me faire par votre lettre du XVII, en me donnant part de l’état où sont à présent les affaires. Je ne manquerai de voir le monde, et leur ferai connaître, Dieu aidant, que ni Monsieur [le duc d’Orléans], ni les Espagnols, ni M. de Lorraine ne feront pas grand mal, et que tous leurs effets s’évanouiront, Dieu aidant, en fumée. Ceux qui jugent avec la moindre raison des affaires reconnaissent que le voyage de Monsieur n’est entrepris que pour détourner le Roi des desseins qu’il a contre M. de Lorraine, n’y ayant apparence que du côté de Dauphiné, Languedoc ou Guyenne, il [ne] trouve aucune ressource, et déjà le bruit court que Monsieur s’en retourne dans la Franche-Comté, et qu’il n’a point encore quitté le duché de Bourgogne. Dans peu de temps, on pourra mieux juger de cette affaire. Quoi que ce soit, je ne vois pas qu’il [ne] puisse rien faire ni entreprendre qui soit de considération.

Pour le regard de M. de Lorraine, il mérite le châtiment que le Roi lui prépare, et notamment la réunion du duché de Bar, duquel si on se peut assurer par quelque place, ou par fort qu’on construise, ce serait un grand avantage au Roi et au royaume de remettre une telle pièce à la couronne, qui n’a pu être aliénée par Charles IX et Henri III que pour le temps de leur règne, le Parlement n’ayant jamais enregistré un si pernicieux contrat, et ces deux rois ayant été au parlement eux-mêmes pour le faire publier en leur présence. Je n’appréhende que la longueur d’un siège pour les places de Lorraine, pour les raisons que savez mieux que personne2. Il est vrai que faisant choix d’un bon chef, on pourra, Dieu aidant, en venir à bout. Et par ce moyen le Roi et vous, Monseigneur, serez beaucoup plus libres pour pourvoir sur toutes occurrences qui peuvent arriver. Les affaires d’Allemagne et celles des Espagnols, en l’état qu’elles sont, donnent un très grand avantage à Sa Majesté contre M. de Lorraine.

Je crains abuser de votre patience. Je serais déjà parti pour vous aller trouver, afin de continuer près de votre personne ma très humble servitude, mais j’ai en appréhension de faillir, ayant cru que peut-être sur les occasions présentes, vous me pourriez commander quelque chose de-deçà avant mon partement3. J’attendrai donc l’honneur de vos commandements pour faire tout ce qu’il vous plaira m’ordonner. Je vous supplie très humblement me continuer toujours l’honneur de vos bonnes grâces. Je prie Dieu qu’il vous conserve en santé longue et heureuse vie. Je désire vivre et mourir, Monseigneur, votre très humble, très obéissant et très obligé serviteur, 

Bullion

De Paris, ce XXIIII juin

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Le calcul, ou lithiase, dont souffrait Richelieu annonce la survenue, le 2 novembre suivant, du « mal de Bordeaux », qui débute par une vive douleur lombaire, voir à ce sujet Fabien Zagnoli, Histoire pathologique du cardinal de Richelieu, thèse pour le doctorat d’État en médecine, soutenue le 27 juin 1984, à l’université de Bordeaux II, p. 115-121. []
  2. Le signataire craint d’une part les conditions climatiques automnales et hivernales, mais aussi les difficultés d’approvisionnement et de rétribution des troupes. []
  3. I.e. départ []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (22 mai 2024). Texte 840, année 1632, 24 juin, Claude de Bullion à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11p4i


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.