Texte 846, année 1632, 29 juin, Monsieur de La Grange à Richelieu

Monsieur de La Grange à Richelieu, Roanne, 29 juin 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 804, f°220. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 296-297.

Monseigneur,

Dans le passage des troupes de M. le duc d’Orléans en Bourgogne, je mis promptement ordre aux villes frontières pour les empêcher de surprise. Et comme j’en avisais qu’il était autour de Dijon, je m’en allai pour les animer à bien servir le Roi, et les trouvai en assez mauvais état, que si lesdites troupes eussent eu pétards et échelles avec quelques mousquetaires à cheval et l’attaque avec résolution, ils l’eussent sans doute, Monseigneur, emporté. 

J’en sortis le même jour pour avoir trouvé une dépêche entre les mains de MM. de La Berchère et Varennes, où l’on leur donnait tout pouvoir de commander dans la province, et ne parlait non plus de moi comme si j’eusse grandement dessein. Cela ne m’empêcha pas, Monseigneur, comme je vis lesdites troupes tourner tête du côté de Beaune et Chalon, de m’en aller en diligence à Mâcon assurer ce peuple, où M. l’abbé de Coursan et moi nous sommes rencontrés.

Et sur l’avis que nous eûmes qu’ils allaient à Cluny, nous y allâmes en diligence et fîmes venir les sept compagnies de Vaubecourt pour empêcher leur dessein. Ce qui les obligea de prendre um autre <brisée>, et de là nous sommes allés à Lourdon remettre ladite place, Monseigneur, entre les mains de M. de Bougnie [sic, M. de Bouligneux], qui l’a mise en se mettre mieux qu’elle n’était et qu’elle ne se démolisse [sic]. Et sur des bruits de quelque autre troupe de M. le duc d’Orléans, nous sommes allés à Tournus, Roanne et allons passer à Mâcon et à Belleville avec la compagnie de M. de Brolie [de Brouilly ?] que nous menons avec nous et ferons ce que nous pourrons pour les prendre. L’on tient, Monseigneur, que le comte [de] Moret et plusieurs autres seigneurs y sont, c’est tout que je vous puis écrire et que je suis, Monseigneur, votre très humble, très obéissant et du tout obligé serviteur, 

Lagrange

Ce 29 juin 1632, à Roanne partant pour Belleville

Monseigneur, MM. de Bolesnieux [Bouligneux] et comte <…> sont avec nous, et leurs amis, et ferons tout se <…> se pourra, pour les avoir, ayant déjà écrit à M. d’Habincourt de prendre garde à tous les ports et les <…> en Dombes, où, si j’en puis apprendre des nouvelles, je les irai chercher avec ces messieurs.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (1 juin 2024). Texte 846, année 1632, 29 juin, Monsieur de La Grange à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rqs


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.