Texte 849, année 1632, 1er juillet, Claude de Bullion à Richelieu

Claude de Bullion à Richelieu, Paris, 1er juillet 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 802, f° 252. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 298-300.

Le document s’inscrit dans le contexte de la signature, le 26 juin, du traité de Liverdun imposé par le roi de France au duc de Lorraine. Il y est d’abord stipulé que Charles IV « observera religieusement à l’avenir les cinq premiers articles du traité de Vic qui reprennent nouvelle force en vertu du présent, sans plus s’en déporter en façon quelconque et ne laissera passer dans ses États aucunes troupes de gens de guerre qui aient dessein contre le Roi ou ses États »1. Le traité de Liverdun fixe également sans équivoque l’attitude que Charles IV doit observer : le duc consent une participation financière et militaire aux combats du roi de France, lui laissant libre passage dans ses États. L’aide à fournir à Louis XIII est prévue en tous conflits, quels qu’ils soient, et sans limites. Louis XIII s’engage à évacuer les pays occupés et remettre Bar, Saint-Mihiel et Pont-à-Mousson, si symboliques de l’identité lorraine, à leur duc. En contrepartie, Charles IV laisse au vainqueur Stenay et Jametz pour quatre ans. Un article secret oblige le cardinal de Lorraine à se constituer otage si les places n’étaient pas livrées. Surtout Charles IV doit céder le bailliage de Clermont-en-Argonne en toute propriété, même s’il reçoit un dédommagement financier. En matière féodale, le territoire de Clermont relève de la suzeraineté impériale.

Il fait partie des réclamations formulées par la commission Le Bret. À la suite des travaux de 1625, le traité de Liverdun soulève à nouveau la question de la mouvance barroise et celle des usurpations commises par les ducs de Lorraine dans les Trois-Évêchés. Le traité prévoit la nomination de commissaires de part et d’autre afin de se concerter. Dans un délai d’un an, Charles IV est tenu de rendre hommage à Louis XIII, dans les formes réclamées par les juristes français. Le traité de Liverdun fait bien plus que confirmer celui de Vic. Ses clauses permettent l’implantation du royaume de France à l’angle nord-ouest des duchés de Lorraine et de Bar et offrent à Louis XIII le contrôle des routes et des étapes vers l’Empire. L’acquis stratégique sur les voies de communication est peut-être plus important que les gains territoriaux. Le jugement que porte Richelieu, dans ses Mémoires, sur le traité de Liverdun constitue une véritable curiosité après ses propos sur le principe de protection à appliquer en Lorraine. Le cardinal y présente de manière sincère la position de Charles IV : « la plus grande part du monde, jugeant de ce qui se passe, sans en considérer les raisons, blâmèrent le duc de Lorraine d’avoir fait ce traité, mais pour moi, je dirai franchement que, supposé les fautes précédentes où il s’étoit laissé aller, c’est la seule action de sagesse que j’ai remarquée en sa conduite. Il sera aisé de le concevoir, si l’on considère que ce pauvre prince avoit si mal pris son temps de se porter contre la France qu’il voyoit tous ceux qui le pouvoient secourir contre elle en état de ne pouvoir faire autre chose que le plaindre. L’impuissance de Monsieur, dont les armes n’avoient force que pour brûler des maisons et des villages entiers en France, faisoient que ses vœux lui étoient fort inutiles. Le roi de Suède avois mis une si grande barrière entre l’Empereur et lui, qu’à peine les souhaits de l’Empire pouvoient-ils venir jusqu’à ses Estats ; les Hollandois occupoient tellement les Espagnols qu’outre qu’ils jouoient de malheurs depuis quelques temps, il ne leur estoit pas de temps pour penser aux affaires d’autrui »2.

Monseigneur,

J’ai reçu la lettre qu’il vous a plu m’écrire du XXVI du passé, avec la très agréable nouvelle du traité de Lorraine. Ce sont des effets de la bénédiction de Dieu sur le Roi et de votre vigilance, prévoyance et très sage conduite, qui savez mieux châtier par effet les ducs de Lorraine et Savoie que les Espagnols, lesquels n’ont que des paroles. Jamais nouvelle n’a été mieux reçue, et a fait un merveilleux effet dans les esprits, dans la conjoncture du temps où chacun a représenté les grands services par vous rendus à la France, et les bonnes villes et places fortes que le Roi s’est acquis depuis peu d’années, à l’aide de votre très prudent conseil, et que les ennemis de Sa Majesté n’attaquent votre fidélité que pour une seule raison, que vous ne connaissez que le Roi et le bien de l’État. 

Je persiste toujours en l’avis que je vous ai mandé par ma dernière, et dans tout Paris il ne se parle d’autre chose que le Roi est obligé de faire une déclaration, quand même ce prétendu placard serait désavoué, puisque Monsieur est entré avec armes dans le royaume.

J’attendrai de vos nouvelles pour la route de la cour, suivant votre commandement, et aussitôt que je saurai le lieu où je me dois rendre, je ne manquerai de faire ce qu’il vous plaira m’ordonner. M. Bautru s’est très sagement acquitté de sa commission, et a été bien reçu et favorablement traité au parlement et partout3. Je vous supplie me continuer l’honneur de vos bonnes grâces, priant Dieu de tout mon cœur qu’il vous conserve. Je désire demeurer, Monseigneur, votre très humble, très obéissant et très obligé serviteur, 

Bullion

De Paris, ce 1er juillet

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Voir le texte complet du traité dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau, Richelieu et la Lorraine, Paris, éditions L’Harmattan, 2004, p. 375-376. []
  2. Claude-Bernard Petitot (éd.), Mémoires du cardinal de Richelieu, Paris, Foucault, 1823, 10 tomes, aux volumes XXI bis – XXX de la Collection des Mémoires relatifs à l’histoire de France, tome XXVII de la collection, p. 119. []
  3. Voir le courrier que Guillaume Bautru, chargé d’annoncer la signature du traité de Liverdun au parlement de Paris, adresse également le même jour à Richelieu, translation publiée en ligne, texte 850. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (3 juin 2024). Texte 849, année 1632, 1er juillet, Claude de Bullion à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rqv


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.