Texte 850, année 1632, 1er juillet, Guillaume Bautru à Richelieu

Guillaume Bautru à Richelieu, Paris, 1er juillet 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 804, f° 228-231. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 300-302. Voir aussi le texte 849.

Monseigneur,

La joie que Paris a reçue de la nouvelle que j’y ai apportée1 vous sera écrite par nombre de personnes plus intelligentes que moi, mais la façon dont je l’ai débitée ne vous peut être plus véritablement mandée que par moi-même. 

J’allai mercredi de grand matin au palais, où personne n’avait encore rien su du traité de paix. Mais, au contraire, on passait le jour d’auparavant pour ridiculiser ceux qui témoignaient d’ajouter créance à ceux qui disaient que M. de Lorraine offrait une place. L’ambassadeur d’Espagne [le marquis de Mirabel] assurait publiquement que le Roi n’oserait avoir regardé Nancy pour l’assiéger, et que c’était de la besogne pour plus de deux ans, que le roi d’Espagne perdrait plutôt ses États que de laisser opprimer un si grand prince. Ils me reçurent avec beaucoup d’honneur au parlement, me donnant place entre MM. Durant et de La Noue2. Je leur contai simplement la nue vérité de ce qui s’était passé, sachant que les maîtres du métier tiennent que, lorsque les actions sont au point où la valeur des armes du Roi et la vôtre les mettent, elles n’ont besoin d’aucun ornement que de ceux qu’elles tirent de la grandeur de ceux qui les ont faites. Ils remarquèrent qu’étant votre créature, je n’avais pas nommé votre nom, mais, qu’en déduisant les actions du Roi et celles du duc de Lorraine, j’avais dit que ce prince n’avait jamais pris conseil de personne, ni donné confiance privative à aucun de ses ministres. Je leur dis de plus que le Roi m’avait commandé de leur dire qu’il n’avait pas tant de joie de l’heureux progrès de ses armes, et de la bonne situation de ses affaires présentes que d’avoir appris de M. de Saint-Étienne que le roi de Suède n’apportait en sa considération aucun empêchement à l’exercice de la religion catholique.

La résolution d’assiéger Nancy a été difficile à persuader, mais j’en ai affirmé la vérité avec tant d’assurance qu’ils sont demeurés en un ébahissement étrange qu’une si vive et importante résolution eut été prise avec tant d’apparence de bon succès qu’elle avait amené le duc à des conditions si désavantageuses et si honorables et utiles au service du Roi et bien de cet État.

M. de Bernay m’a assuré que, lorsque ce beau et judicieux placard fut lu parmi eux, il demeurèrent d’accord que jamais rien ne vous pouvait tant servir ni nuire aux affaires de Monsieur [le duc d’Orléans] que cette infâme pièce d’impostures, jusque-là qu’il y en eut qui voulurent raffiner que ce pourrait bien être quelqu’un de vos serviteurs qui aurait, à dessein de vous servir, fait cette publication au nom de Monsieur, car à quel propos déclarer hostilité à un pauvre artisan ou marchand qui ne s’intéressa jamais que dans sa boutique ? Au reste, les brûlements ont aigri les esprits de toute la robe longue jusqu’à l’extrémité, et on parle tout publiquement de déclarations et autres témoignages d’indignation publique contre le propre seigneur qui a entré hostilement dans le royaume.

Vous auriez commisération d’ouïr ce qui se dit au mépris du duc de Lorraine, les uns disant qu’il ne devait point signer et traiter du nom de Charles, mais bien de celui de Nostradamus, parce qu’il a tout donné, les autres que s’il n’est meilleur pour les milieux que pour les extrémités, qu’il ne fera point d’héritier au peu d’État que le Roi lui laisse, ainsi qu’il n’a pas donné Stenay, Clermont et Jametz, mais que le Roi lui a donné Nancy et La Mothe. D’autre côté, les acclamations de louange que l’on vous donne sont telles qu’il faudrait emprunter les plus délicates paroles de la flatterie pour vous en dire les vérités. Ceux de la chambre des comptes et de la maison de ville ont reçu cette nouvelle avec applaudissement universel, et je vous puis assurer, Monseigneur, que la rage et l’envie se trouvent condamnées en la propre bouche des ennemis de votre vertu ou, pour mieux dire, du Roi et de l’État. J’ai été visité de grande partie des principaux officiers de Paris, qui m’ont tous assuré que la France serait punie de quelque horrible genre de punition, si on manquait à vous aimer, révérer et déférer par sur [sic] tous ceux qui ont jamais tenu la place dans les bonnes grâces du Roi que vous avez l’honneur d’y avoir acquise avec tant de mérite et justice. Monsieur le Comte [de Soissons] n’a omis aucun terme, non pas même ceux du bonhomme qui pût exprimer vos louanges.

Voilà, Monseigneur, la véritable relation de ce que j’ai appris depuis mon arrivée. J’ai apporté la nouvelle sans le prévenir et ai souffert de l’injure du temps, tout ce que la pluie et le vent en peuvent verser et souffler sur un pauvre chrétien. Mais j’ai tant reçu de joie de voir les lèvements [sic] d’épaules et les paroles d’admiration sur votre sujet que j’en ai eu de l’augmentation de santé et disposition, qui est et sera, comme elle doit, à jamais employée à vous témoigner que je suis incomparablement, Monseigneur, votre très humble, très obéissant, très fidèle et très obligé serviteur, 

Bautru

Paris, 1 juillet

Le seigneur Mazarin désire prendre aux Gobelins deux tentures de tapisserie de deux mille écus pièce, au lieu d’une de quatre à lui ordonnées. Vous me ferez, si vous plait, l’honneur de me commander ce qu’il vous plut. Je crois que c’est la même chose.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Celle de la signature, le 26 juin, du traité de Liverdun par le roi de France et le duc de Lorraine. []
  2. La mention du sieur Durant pourrait se rapporter à Ursin Durant. Celle du sieur de La Noue est plus difficile à établir. Pourrait-il s’agir de Guillaume de La Noue, conseiller au parlement de Bretagne ? []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (7 juin 2024). Texte 850, année 1632, 1er juillet, Guillaume Bautru à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11s78


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.