Texte 851, année 1632, 2 juillet, Louis Testu à Richelieu

Louis Testu à Richelieu, Paris, 2 juillet 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires &Documents  France, vol. 802, f° 253. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 302-303. Voir les textes 831, 839 et 844.

Monseigneur,

En suite de ce que je vous ai écrit par ma dernière, l’affaire a été, Dieu merci, si bien conduite que j’ai arrêté du Venant, avec son valet, lequel a jeté les placards. Et il peut être aisément convaincu, de quelques dénégations qu’il puisse en faire, de les avoir apportés de Bruxelles, et de les avoir fait distribuer. Le porteur, auquel je me suis confié de toute cette conduite vous en dira tout le détail, s’il vous plait de lui commander. J’en ai mandé à Monseigneur le garde des sceaux [le marquis de Châteauneuf] mon sentiment, car je crois que, de cette affaire-là, l’on en peut tirer foin, l’affaire étant bien conduite. Ensuite, je lui ai donné charge de vous parler de quelque chose, Monseigneur, à laquelle je vous supplie d’avoir égard, et de considérer les raisons qu’il vous pourra dire, ce que j’espère de votre bonté.

La nouvelle de l’accommodement de Lorraine a été ici reçue avec grand applaudissement, et jugée très avantageuse pour Sa Majesté. Cela fait toujours les effets de votre bonne conduite, et du soin que vous apportez au service du Roi et à l’honneur de l’État, pour lequel il n’y a homme de bien au monde qu’il [sic] ne soit obligé de prier Dieu pour votre prospérité et santé. Et il se peut dire avec vérité que le bonheur du Roi et le soin qu’il prend sous vos sages conseils ont fait effectuer des choses en France qu’on ne pouvait espérer. La harangue du seigneur de Botru [sic] faite au parlement sur ce sujet a été fort louée, et il y a eu jalousie des Enquêtes de ce qu’on ne les a point mandés, et même de MM. de la Tournelle, et ont blâmé M. le premier président [Nicolas Lejay],  et tout le monde croit que Monsieur [le duc d’Orléans] ne pourra faire aucun effet en France qui put porter préjudice au service du Roi et à l’État, et l’on dit si ce n’est celui qu’il a déjà fait en pillant est rançonnant tout le peuple, dont je vous assure qu’on en discute assez à son désavantage, comme du placard qu’il a fait jeter. 

Je prie Dieu qui [qu’il] nous préserve des mauvaises volontés qu’on peut avoir contre nous, vous assurant que pour ce qui me concerne j’y apporterai tout le soin et diligence qui me sera possible pour votre service comme celui qui est véritablement, Monseigneur, votre très humble et très obéissant serviteur, 

Testu

De Paris, le IIème jour de juillet 1632

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (7 juin 2024). Texte 851, année 1632, 2 juillet, Louis Testu à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11s79


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.