Texte 852, année 1632, 2 juillet, l’archevêque d’Arles à Richelieu

Jean de Jaubert de Barrault, archevêque d’Arles, à Richelieu, 2 juillet 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 802, f° 254-255. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 303-304.

Monseigneur,

Sitôt que j’eus appris le passage de Monsieur [le duc d’Orléans] en Bourgogne, je vous dépêchai un courrier nommé <…>, le 28 du mois passé, afin de vous rendre compte des avis que j’avais eus de bonne part, et que je croyais importer au service du Roi. Maintenant, je fais courir cette dépêche par la voie de la poste pour vous avertir que je sais que Monsieur a mandé à un de ses principaux arcboutoirs [sic] du Languedoc qu’il s’en allait en Guyenne et faisait venir en Vivarais M. d’Elbeuf avec force gens de pied. 

J’ai appris encore qu’un nommé Vinesac, qui a acheté du sieur de Montreul [sic, pour Montréal] le gouvernement de Villeneuve-de-Berg, est en Cour, donne des avis à ceux qui servent Monsieur. Le comte de Saint-Remèse a voulu engager un gentilhomme qualifié au service de Monsieur, dont je me donnai l’honneur de vous écrire il y a 7 ou 8 mois, et lui offrait de prendre une partie de vingt mille écus qui sont entre les mains de M. de Modène le père. J’ai assuré ce gentilhomme que si Sa Majesté venait de-deçà, qu’il ne serait point oublié, et que cependant, il arrêtât ses amis de peur qu’ils ne prissent parti ailleurs, ce qu’il m’a promis de faire. J’ai cru, Monseigneur, que vous auriez agréable mon procédé.

Il y a 15 jours que je me défendis d’une importunité qu’on voulait que je vous donnasse pour faire continuer le président Calvière, l’année qui vient, en la chambre de Castres, à cause qu’il n’a servi, cette année, que six mois, dont il y a un exemple en la même Chambre. Mais ayant depuis été averti que ledit président a grande créance tant parmi les catholiques que parmi les huguenots, et sachant d’ailleurs qu’il est fort affectionné au service du Roi, j’ai cru que peut-être vous seriez bien aise de le faire continuer, à quoi je ne prends autre intérêt que le service du Roi et le vôtre, quoique d’ailleurs ledit président vous sera fort obligé, s’il est continué. 

Le seigneur de Candiac, conseiller en la chambre de Castres, et qui a l’honneur d’être connu de vous, m’est venu dire ici qu’au lieu de s’en aller à la cour, où ses affaires l’appelaient, il a cru devoir rebrousser chemin vers Millau pour tâcher d’y servir le Roi, estimant que cette place sera attaquée par Monsieur pour être en un lieux avantageux à cause de la difficulté de l’accès, et qu’aussi elle est entre la Guyenne, les Cévennes et le Vivarais, où Monsieur a beaucoup d’intelligences. Il m’a promis qu’il me tiendrait averti de ce qu’il apprendrait d’important au service du Roi, et je ne manquerai, Monseigneur, à vous en donner incontinent avis, vous suppliant très humblement de me pardonner si je vous suis importun, et en rejeter la faute sur le zèle ardant que j’ai à vous témoigner que je suis toujours, Monseigneur, votre très humble, très obéissant et très obligé serviteur, 

l’archevêque d’Arles

Ce 2 de juillet 1632

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (11 juin 2024). Texte 852, année 1632, 2 juillet, l’archevêque d’Arles à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11spw


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.