Texte 854, année 1632, 4 juillet, Claude de Bullion à Richelieu

Claude de Bullion à Richelieu, Paris, 4 juillet 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 802, f° 256-258. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 304-306.

Monseigneur,

Étant hier aux Augustins réformés, j’ai vu M. le marquis de Mirabel, lequel me pria de faire un tour de jardin. Il me tint deux grosses heures et davantage. Je ne manquerai, Dieu aidant, de vous rendre compte de toutes les particularités lorsque j’aurai l’honneur d’être auprès de vous, ne m’étant voulu charger d’écrire, lui ayant seulement promis de vous faire entendre ce qu’il me disait lorsque je serai à la cour.

Je commencerai par le particulier dudit marquis. Il est extrêmement étonné de la résolution prise par le Roi de ne vouloir qu’il prenne congé de Sa Majesté. Il veut attribuer cette résolution sur ce qu’il estime n’être en vos bonnes grâces, lesquelles il dit avoir extraordinairement recherchées, et en appelle la Reine à témoin. 

Et me pressant de lui dire la cause de son malheur, je lui dit qu’il y avait deux mois que je n’avais été à la Cour et, partant, que je n’étais jamais d’aucune affaire, mais que j’avais autrefois ouÏ parler de ses déportements, et que le Roi estimait que lui, marquis, avait pris à tâche de faire rupture entre les deux couronnes, et que, par ses allées et venues, il avait donné beaucoup de soupçons de sa conduite, et que peut-être il n’y avait que trop de mauvais effets, mais que je lui voulais dire avec liberté que l’action de Mme du Fargis avait entièrement ulcéré l’esprit du Roi, laquelle étant criminelle, et condamnée par l’autorité de la justice de Sa Majesté, il l’avait, comme par bravade, protégée et conduite à l’Infante [Isabelle Claire Eugénie] contre le gré et l’intention de Son Altesse. 

Il s’excusa fort de cette action, et dit qu’au cas qu’il ne s’y fût opposé formellement et que ce ne soit Monsieur [le duc d’Orléans] qui, en audience publique, l’ait présentée. Il mérite la mort et un plus rude traitement que celui qu’il reçoit [de] Sa Majesté, n’ayant fait connaître par ses discours qu’il était résolu à l’obéissance, un de ses plus grand griefs est d’être privé de voir la Reine, ce qu’il désire avec passion.

Pour le regard des affaires publiques, il me fit de grandes protestations que le Roi son maître, ne commencerait jamais la rupture, et que l’on avait refusé à Monsieur des forces pour entrer dans le royaume. 

Je lui ai fait réponse que don Gonzalès de Cordova se trouverait donc criminel, puisqu’il a donné des compagnies de cavalerie qui sont à la solde du roi d’Espagne à Monsieur pour entrer en armes dans le royaume. 

Il fut empêché à me répondre et m’allégua que le Roi favorisait le siège de Maastricht et les troupes défaites dans le Luxembourg par le commandement de Sa Majesté. 

Je ne manquai de lui faire les réparties nécessaires, et qu’au fait de Maastricht il n’y avait rien de nouveau, et pour le regard des troupes de l’Empereur, qu’elles étaient logées dans des lieux de la sauvegarde de Sa Majesté, et que <…> la frontière, le Roi les avait taillées en pièces comme il ferait toujours en pareilles occasions. 

Ledit marquis fit une grande digression sur les affaires de la Reine mère et de Monsieur, et qu’on ne voulait écouter le Roi son maître, gendre de la Reine mère, beau-frère de Monsieur, afin de les remettre aux bonnes grâces du Roi. 

Je le priai de me reconnaître de bonne foi si don Carlos, ou le cardinal d’Espagne, s’étaient éloignés de la fidélité et de leur devoir, si le Roi son maître aurait agréable que Sa Majesté s’en mêlât. 

Il demeura court, et me proposa l’Infante. 

Je lui dis que le roi d’Espagne et l’Infante étaient même chose, que Sa Majesté l’estimait et honorait grandement, mais qu’il fallait que ceux qui s’étaient éloignés de leur devoir n’eussent autre entremise que la repentance et l’obéissance pour exécuter ce qui serait ordonné par Sa Majesté, qui ne veut capituler avec ses sujets, et que tout autre moyen lui sera suspect. 

Il me confessa qu’il serait plus à propos que d’eux-mêmes, ils se missent en leur devoir, et que le Roi son maître, et l’Infante, reconnaissent que Sa Majesté n’a agréable qu’ils s’en mêlent, qu’ils n’en ouvrent plus la bouche et s’accommodent aux intérêts du Roi. 

Il s’est fort étendu sur les troupes qui sont du côté de Barcelone. Et comme son maître s’est retiré à Madrid, et que jamais les troupes n’y ont été appelées, que pour mettre à la raison ceux de Barcelone, et que le cardinal d’Espagne y est demeuré pour mettre ordre aux affaires, et y tenir les États, il m’a assuré que le nouveau ambassadeur fera pour tout le mieux auprès du Roi.

Voilà, Monseigneur ce que j’ai appris de plus considérable, dont j’ai estimé vous devoir donner avis. Je prie Dieu de tout mon cœur qu’il vous conserve en santé longue et heureuse vie. Je désire demeurer, Monseigneur, votre très humble, très obéissant et très obligé serviteur, 

Bullion

J’oubliais à vous dire qu’il parle de M. de Lorraine comme d’un prince qui n’a point de conduite, lequel, sans considération et jugement de l’état présent des affaires, a été si hardi d’offenser un roi de France, lequel en peu de temps peut entreprendre sa ruine.

De Paris, ce IIII juillet

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (12 juin 2024). Texte 854, année 1632, 4 juillet, Claude de Bullion à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11swp


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.