Texte 856, année 1632, 5 juillet, Henri d’Escoubleau de Sourdis à Richelieu

Henri d’Escoubleau de Sourdis à Richelieu, Richelieu, 5 juillet 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 804, f° 237. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 307-308.

L’archevêque de Bordeaux rend compte ici des travaux qu’il supervise pour le cardinal-ministre en la ville de Richelieu et à Brouage, où Richelieu fait également aménager une demeure1. Il est à noter que le ou les séjour(s) de Richelieu en sa ville de Richelieu, pour constater l’avancement des chantiers de la ville elle-même et du château qu’il fait ériger, restent très incertains.

Françoise Hildesheimer fait état d’un séjour de Richelieu à Richelieu en 1632, sans en préciser la date, et de « trois jours seulement »2. Alexandre Gady indique que Richelieu aurait séjourné trois fois à Richelieu pour visiter le chantier de son château : en mai et en novembre 1632 et en mai 16333. L’historien reprend une étude ancienne de Louis Batiffol4, et un courrier manuscrit que Fouqueteau de La Coindrie adresse à Denis Charpentier, secrétaire de Richelieu, de Poitiers, le 1er juin 16335. Fouqueteau de La Coindrie écrit en effet : « Lorsque Monseigneur le Cardinal était à Richelieu, Monsieur de Sainte-Marthe allant avec Monsieur le lieutenant de Poitou présenter ses œuvres imprimées, eut agréable de se charger d’une centurie spirituelle de ma façon pour vous l’offrir de ma part, avec une lettre qui témoignait comme fait celle-ci, le bonheur que je recevrais si elle vous était mise en main propre, dont il m’a assuré à son retour… ».

Si le document atteste en effet d’un séjour de Richelieu à Richelieu, sa date ne peut être fixée : le signataire ne la précise pas. Selon le catalogue de la Bibliothèque nationale de France, Abel I de Sainte-Marthe (1566-1652), garde de la bibliothèque du Roi, père d’Abel II de Sainte-Marthe (1626-1707) et fils du trésorier du Poitou Scévole de Sainte-Marthe (1536-1623), ou Scévole II de Sainte-Marthe (1571-1650), généalogiste et historiographe, fils de Scévole de Sainte-Marthe et frère jumeau de Louis de Sainte-Marthe, font paraître plusieurs ouvrages en 1632-16336

Cependant, pendant les mois de décembre 1631 et janvier 1632, Richelieu se trouve auprès de Louis XIII, d’abord à Château-Thierry puis à Metz. C’est là que des propos « à bâtons rompus » sont tenus, lors du séjour d’une délégation du parlement de Paris, convoquée en Lorraine en raison de l’attitude rétive des parlementaires à l’enregistrement d’édits portant création de commissions extraordinaires7. Par ailleurs, le traité de Vic-sur-Seille est imposé au duc de Lorraine le 6 janvier 1632. Richelieu s’y trouve encore le 138. Et le 7 février 1632, c’est encore de Metz qu’il adresse un courrier à Monsieur Robin9. Il est de retour, à la mi-mars, à Saint-Germain-en-Laye, d’où il écrit encore à la duchesse douairière de Bouillon le 28 mars10. Le mois d’avril s’avère plus difficile à appréhender : Richelieu a pu se rendre sur ses terres au début de ce mois, la seule certitude concerne la date du 25 avril, à laquelle Richelieu écrit au parlement de Bretagne, de Saint-Germain-en-Laye11

Sa correspondance atteste ensuite que le cardinal-ministre se trouve à Paris le 4 mai 1632, puis à Laon le 1112. Le 15 mai 1632, le cardinal-ministre écrit à René Potier, comte de Tresmes, de Clermont, aujourd’hui dans le département de l’Oise, puis au prince de Condé, de Calais, le 29 mai13. L’hypothèse d’un séjour de Richelieu à Richelieu en mai 1632 peut donc être écartée. On trouve en revanche un mémoire de Richelieu, de la main de Denis Charpentier, du 10 juin, destiné à l’archevêque de Bordeaux à propos du château et de la ville de Richelieu14. Durant les tout premiers jours de juin 1632, Richelieu aurait également pu se rendre sur place et recevoir Monsieur de Sainte-Marthe. 

Pour le mois de novembre 1632, ses papiers indiquent que le cardinal-ministre, après la campagne militaire en Languedoc, pour mâter la révolte fomentée par le duc d’Orléans et le duc de Montmorency, quitte le Roi et se rend à Bordeaux, où il tombe gravement malade et s’y trouve totalement immobilisé pendant une dizaine de jours15. Denis Charpentier indique à Claude Bouthillier le 22 novembre, de Mirambeau, que l’état de santé de Richelieu commence à s’améliorer16. Dès son entrée en convalescence, Richelieu se fait en effet transporter de Bordeaux vers Brouage17. Le 26 novembre, Denis Charpentier écrit à Claude Bouthillier, de Cozes, en Saintonge :18. Le cardinal-ministre a recouvré suffisamment de force pour dicter, de Saujon, deux courriers, le 30 novembre, l’un au prince de Condé, l’autre au marquis de Brézé19. Début décembre, il se trouve à Brouage, d’où il écrit au Roi, le 920. Richelieu quitte le port pour regagner Paris vers le 10 décembre21. Puis il écrit de Mauzé, le 15 décembre, et de Niort, le 1622. Il n’y a, en réalité, nulle trace de séjour de Richelieu à Richelieu en novembre 1632. Reste encore un possible séjour en mai 1633 : mais le 1er, Richelieu écrit de Juvisy-sur-Orge, puis de Fleury-en-Bière les 9, 22 et 24 mai23

Monseigneur,

La lettre qu’il vous a plu me faire l’honneur de m’écrire de Saint-Mihiel a extrêmement servi en ce pays pour les détromper de l’imagination qu’ils avaient que les affaires du Roi allaient mal, et que les gardes de M. le maréchal d’Effiat, et plusieurs autres corps, avaient été taillés en pièces, ce qui faisait qu’avec l’entrée de Monsieur [le duc d’Orléans] que quelques-uns devenaient insolents, même qu’il y en a 4 ou 5 d’autour Châtellerault qu’on m’a dit s’en être allés depuis ces nouvelles. De quoi j’ai chargé le lieutenant du prévôt d’informer. Si vous trouvez bon qu’on travaille aux procès de ceux qui iront trouver Monsieur et qu’on rase les maisons des coupables, vous verrez bientôt beau jeu et belle appréhension à ceux qui projetteraient d’y aller. 

Vous verrez, s’il vous plaît, par le mémoire séparé que je vous envoie l’état de tous vos bâtiments et l’ordre que je laisse pour iceux24.

Je pars pour Brouage. Je mène avec moi M. Mercier [Jacques Lemercier], tant pour me dire son avis de la bonté des travaux faits, que pour faire le plan et le devis de votre petite maison de Brouage, comme aussi pour voir ce qui sera nécessaire à Saujon, en cas que nous nous en accommodions le maître et moi.

M. de La Trimouille [Henri de La Trémoille, duc de Thouars] m’a fait reparler de Taillebourg, qu’il ne prise pas peu comme vous savez, et désirant y attacher la permission de récompenser la lieutenance du Roi en Bretagne, à quoi j’ai répondu que je ne savais si vous étiez ni de volonté ni de commodité d’acheter des terres.

J’ai appris ce jourd’hui le traité fait avec M. de Lorraine25, dont je me réjouis infiniment et prie Dieu, Monseigneur, qu’il fasse continuer vos heureuses prospérités et me donne les moyens de vous pouvoir aussi dignement servir que j’en ai de passion, étant, Monseigneur, votre très humble, très obéissant et très obligé serviteur, 

Sourdis, archevêque de Bordeaux

De Richelieu, ce 5e juillet 1632

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Concernant la ville de Richelieu, voir les travaux de Marie-Pierre Terrien, Richelieu : histoire d’une cité idéale (1631-2011), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011 et La cité idéale et le château de Richelieu : un programme architectural savant. Tours : Conseil général d’Indre-et-Loire, 2003. []
  2. Françoise Hildesheimer, Richelieu, Paris, Flammarion, 2004, p. 289. []
  3. Alexandre Gady, « Le grand château de Richelieu, chef d’œuvre de Jacques Lemercier », dans collectif, Richelieu à Richelieu, Milan, Silvana Editoriale, 2011, p. 39-53, voir p. 39. []
  4. Louis Batiffol, Autour de Richelieu : sa fortune, ses gardes et mousquetaires, la Sorbonne, le château de Richelieu, Paris, Calmann-Lévy, 1937, p. 160. []
  5. Le document manuscrit est conservé à la Bibliothèque nationale de France, coll. Baluze, vol. 333, f° 104. []
  6. Abelii Sammarthani Scaevolae F. Daphne, sive de Cauro liber ad Christianus agem Henricum IIII, Paris, 1632 ; Abelii Sammarthani… Poemata, Lutetiae Parisiorum, apud J. Villery, 1632 ;  Divers discours français… présentés au Roi, sans lieu, 1632 ; Opera quae extant latina et gallica…, Lutetiae Parisiorum, apud J. Villery, 1633 ;  Scaevolae et Abelii Sammarthanorum, patris et filii, Opera latina et gallica… Lutetiae Parisiorum, apud J. Villery, 1633. []
  7. Richelieu réaffirme alors la nécessité du recours aux commissions extraordinaires et exhorte le Parlement à enregistrer l’édit. Voir les « points de ce que le cardinal de Richelieu a dit à bastons rompus sur le sujet de la vérification des édits au Parlement »janvier 1632, le document sous forme de mise-au-net devenue minute, avec quelques corrections de Richelieu, est conservé au Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 799, f° 340. []
  8. Voir Louis-Denis-Martial Avenel (éd.), Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, tome IV, p. 251. []
  9. Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), ouvrage cité, tome IV, p. 254-255. []
  10. Ibidem, p. 263-264 ; Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 137, translation publiée en ligne, texte 600. []
  11. Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), Richelieu au faîte du pouvoir…, ouvrage cité, p. 168. La translation a été publiée en ligne, texte 630. []
  12. Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), ouvrage cité, tome IV, p. 291 et p. 308. []
  13. Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), p. 214 et p. 241. Les translations des documents ont été publiées en ligne, texte 736, et texte 778. []
  14. Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), ouvrage cité, tome IV, p. 304-306, translation publiée en ligne, texte 857. []
  15. Voir le courrier que le marquis de Châteauneuf adresse à Louis XIII, de Bordeaux, le 12 novembre 1632, translation publiée en ligne, texte 424 ; le mémoire que le père Joseph destine à Claude Bouthillier, le 13 novembre, translation publiée en ligne, texte 427 ; le courrier que Claude Bouthillier adresse à Louis XIII, de Bordeaux, le 15 novembre, translation publiée en ligne, texte 431 ; le courrier que Claude Bouthillier adresse au Roi, conjointement avec le maréchal de Schomberg, le 16 novembre 1632, veille du décès dudit maréchal, transcription publiée en ligne, texte 432. []
  16. Le document est conservé au Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 803, f° 313. []
  17. Voir à ce sujet Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), ouvrage cité, tome IV, p. 413 note. []
  18. Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), ouvrage cité, tome IV, p. 470-471. []
  19. Voir les transcriptions publiées en ligne, textes 441 et 442. []
  20. Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), ouvrage cité, tome IV, p. 412-413. []
  21. Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), ouvrage cité, tome IV, p. 413. []
  22. Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), ouvrage cité, tome IV, p. 415-418. []
  23. Voir Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), Richelieu à la conquête de la LorraineCorrespondance : 1633, Paris, éditions L’Harmattan, 2010, p. 223, 238, 252, 257. []
  24. Le signataire supervise la construction de la ville de Richelieu, ainsi que les travaux du château de Richelieu. Voir la lettre que l’archevêque de Bordeaux adresse au cardinal, le 10 juin 1632, dans Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, t. IV, p. 304, translation à venir, texte 857. []
  25. Il s’agit du traité de Liverdun. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (16 juin 2024). Texte 856, année 1632, 5 juillet, Henri d’Escoubleau de Sourdis à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11u1y


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.