Texte 857, année 1632, 10 juin, mémoire de Richelieu pour Henri d’Escoubleau de Sourdis

Mémoire de Richelieu destiné à Henri d’Escoubleau de Sourdis, 10 juin 1632.

La transcription du document original a été publiée dans Denis-Martial-Avenel (éd.), Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, tomeIV, p. 304-306, d’après le manuscrit, de la main de Denis Charpentier, repéré par Avenel dans la collection Baluze, aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France.

Richelieu fait part de ses desiderata quant à la décoration qu’il souhaite donner à son château de Richelieu et évoque également les terrains de la ville de Richelieu, le long de la Grande Rue, offerts au comte de Chavigny et à Antoine Citoys.

Avenel souligne que de nombreuses descriptions du château de Richelieu ont été données, notamment par Jean Desmarets de Saint-Sorlin (1595-1676), dès 1637, dans sa comédie Les Visionnaires, parue à Paris, chez Jean Camusat, avec privilège du Roi ; et surtout celle du graveur Jean Marot (1619-1679), qui en propose d’imposantes planches gravées, dédiées à Armand Jean de Vignerot du Pont-de-Courlay (1629-1715), 2e duc Richelieu, petit-neveu du cardinal-ministre, dans Le Magnifique château de Richelieu en général et en particulier : ou les plans, les élévations et profils généraux dudit château…, paru sans lieu ni date, probablement avant 16601.

Le duc d’Orléans, grand amateur d’art et collectionneur, se rend sur place au printemps 1635, au retour d’un voyage à Loudun, où l’affaire des  possédées défraie la chronique. Le comte de Chavigny, qui l’accompagne, donne déjà un aperçu de l’avancement des travaux auquel on peut se rapporter, et écrit au sujet de statues admirées au château : « Son Altesse [le duc d’Orléans] m’a commandé de vous ressouvenir de sa part de l’offre que je lui ai faite de vos Césars de celle de Votre Éminence, il avoue qu’il n’a rien vu de plus beau que les statues de Richelieu et que les siennes après celles-là lui font mal aux yeux »2.

En 1663, Jean de La Fontaine, qui accompagne en exil, en Limousin, son oncle par alliance, Jacques Jannart, substitut du surintendant Nicolas Fouquet, disgracié en 1661, évoque aussi le château et la ville de Richelieu, dans une lettre qu’il adresse, de Châtellerault, à son épouse, née Marie Héricart, le 5 septembre. L’auteur des Fables écrit avec ironie : « Étant arrivés à Richelieu, nous commençâmes par le château, dont je ne vous enverrai pourtant la description qu’au premier jour. Ce que je vous puis dire en gros de la ville, c’est qu’elle aura bientôt la gloire d’être le plus beau village de l’Univers. Elle est désertée petit à petit à cause de l’infertilité du terroir, ou pour être à quatre lieues de toute rivière et de tout passage », puis il ajoute un peu plus loin ces quelques vers : « ce sont des bâtiments fort hauts / leur aspect vous plairait sans faute / les dedans ont quelques défauts / ce plus grand, c’est qu’ils manquent d’hôtes »3.

Du vivant même de Richelieu, plusieurs donataires des terrains le long de la Grande Rue sont dans l’incapacité financière de faire bâtir : tel est d’ailleurs le cas d’Antoine Citoys, comme en fait état Richelieu ici. Voir aussi Marie-Pierre Terrien, Richelieu : histoire d’une cité idéale (1631-2011), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011 ; [collectif] Richelieu à Richelieu, Milan, Silvana Editoriale, 2011 ; Marie-Pierre Terrien, La cité idéale et le château de Richelieu : un programme architectural savant, Tours, Conseil général d’Indre-et-Loire, 2003.

Voir aussi le courrier que l’archevêque de Bordeaux adresse à Richelieu, le 5 juillet 1632, transition publiée en ligne, texte 856.

Les peintures que je vois en tous les lieux où je vais, me font désirer que les miennes soient fort bien. Partant, je vous prie de prendre garde que la chambre de-dessus le portail soit peinte d’un beau dessein et assez richement. 

Le cabinet qui est à côté voûté doit être peint, en partie, par le peintre de Lyon en grisaille sur la voute et les côtés de pierre, et, en partie, par les autres peintres qui doivent enrichir la grisaille avec de l’or. Monsieur de Bordeaux les fera accorder ensemble de ce que chacun devra faire, étant sur le lieu. 

En ce cabinet-là il faut un lambris de six pieds de haut avec un relais bien fait pour mettre des raretés, et ledit lambris sera peint de grisaille camaïeux et or, revenant à la peinture de la voute. M. [Simon] Vouet fera fort bien le dessein des peintures. 

Le plancher de la chambre de dessus le portail ayant esté relevé, celle du-dessus demeurera sans doute trop basse, et partant il la faut relever et lui donner un bel exhaussement. 

J’estime qu’il faut faire un plafond en la chambre du corps de garde dont on veut faire le cabinet du grand appartement, et partant qu’il faut exhausser cette chambre plus que ne sera pas celle des maires, qui est tout contre, afin de donner lieu au plafond. Cependant parce qu’il se pourrait faire que si elle était beaucoup plus exhaussée que les autres, cela donnerait quelque difformité pour entrer au second étage dans les chambres, à la porte desquelles il faudrait monter. On remet à Monsieur de Bordeaux à juger de cela étant sur les lieux, mais il demeure constant que, dans ladite chambre du corps de garde dont on fait un cabinet, il faut un plafond et un lambris de six pieds, avec un relais beau et bien fait pour mettre aussi des raretés, le tout désigné par Monsieur Vouet

L’incommodité de monter au deuxième étage ne doit pas être considérable pour empêcher que l’étage d’en bas ne soit d’un bel exhaussement. 

Mon oncle [Amador de La Porte] m’a dit que le canal de Richelieu est tout plein d’herbe. Il faudra, à la fin de l’été, quand le pré sera relevé et les macçons n’auront plus à travailler au bord dudit canal, le vider tout à fait et arracher toutes les herbes pour en ôter les racines, puis les brûler dans le fond dudit canal, et comme il sera net à s’y promener, le remplir et y mettre un bateau, et faire marché avec un homme fort et puissant qui n’ait autre chose à faire à n’y laisser jamais une herbe, mais les arracher à mesure qu’elles viendront, ce qui se peut faire avec des instruments de fer qu’on fera exprès. Quand un homme aura de quoi gagner sa vie en ce pays-là, cela lui suffira, de façon que je crois que cent francs ou quarante écus m’en acquitteront. 

Le jeune Bouthillier s’est offert de bâtir une maison dans la ville de Richelieu. Dites à Desroches qu’il le fasse souvenir de le faire promptement. Je n’eusse eu garde de l’en prier, mais puisqu’il s’y est offert lui-même, il me fera plaisir d’y faire bientôt travailler. 

Mon oncle m’a dit que Citoys, mon sénéchal, ne se dispose pas à y en bâtir une si tôt ; vous me ferez plaisir de le hâter ; cela est nécessaire, parce que je désire que, le plus tôt qu’on pourra, on fasse la justice dans la ville et non dans Bray, parce que cela attirera les bâtisseurs. 

Il faut aussi, s’il vous plait, faire bâtir l’auditoire pour cette même cause. Vous verrez, s’il vous plait, avec Desroches, les moyens pour cet effet. 

Toutes choses dignes de recommandation sont recommandées à Monsieur de Bordeaux, qui me mandera, par articles, ce qui se fera. 

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. L’ouvrage a été numérisé par la Bibliothèque nationale de France et est disponible sur Gallica, consulté en ligne le 17/06/2024. []
  2. Le comte de Chavigny à Richelieu, de Blois, le 28 mai 1635, dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), “La raison de guerre” : correspondance du cardinal de Richelieu, année 1635, Paris, éditions L’Harmattan, 2016, lettre p. 276-278, citation p. 278, translation publiée en ligne, texte 864. []
  3. Ch. Marty-Leveaux (éd.), La Fontaine, œuvres complètes…, Paris, P. Jannet [puis] Pagnerre [puis] P. Daffis, 1857-1877, 5 volumes, voir au tome III, citations respectivement p. 335 et p. 336, l’ouvrage a été numérisé par la Bibliothèque nationale de France, disponible sur Gallica, consulté le 17/06/2024. Voir aussi Damien Fortin (éd.), Jean de La Fontaine, Relation d’un voyage de Paris en Limousin (1663), Paris, éditions Hermann, 2018. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (18 juin 2024). Texte 857, année 1632, 10 juin, mémoire de Richelieu pour Henri d’Escoubleau de Sourdis. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ukv


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.