Texte 858, année 1633, 24 mai, mémoire d’Henri d’Escoubleau de Sourdis

Mémoire de l’archevêque de Bordeaux, Paris, 24 mai 1633.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 807, f° 202. L’original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), Richelieu à la conquête de la LorraineCorrespondance : 1633, Paris, éditions L’Harmattan, 2010, p. 255-257.

Monseigneur,

Le compte des fortifications est fait, j’en ferai faire l’extrait pour vous le porter. Celui de votre domaine est aussi arrêté à part. On travaille à celui des garnisons. Tout ce qu’il y aura à faire maintenant, ce sera de le conférer avec celui de M. Desroches, ce qui se fera devant vous, ou bien où vous l’ordonner.

Ces Messieurs de votre marine se sont assemblés aujourd’hui et ont vidé plusieurs affaires. M. Foucquet travaille après les papiers qui nous sont arrivés de Provence, M. de Lauson après <…>, et puis l’on vous ira rendre compte de tout.

Monsieur Dupont et tous ses gens s’assemblent demain céans, et après-dîner, M. Le Barbier avec des experts, allons voir sur les lieux quels moyens il y aura de donner pente ailleurs aux fossés de la ville, qui causent ces puanteurs. Par le premier traité, il était obligé de les faire passer par le fossé rouge, qui est l’enceinte de la nouvelle ville, mais par celui de Monsieur de Bullion, il n’y est non plus obligé qu’à faire un conduit par-dessous les terres.

L’on me promet dans demain LXXM livres comptant pour les fortifications du Havre. Nous aurons aussi comptant les IIIC LXM livres de remboursement de l’année 1632. L’on me promet aussi de nous faire payer de toutes les garnisons de l’année passée, dont il vous est dû plus de LXXM livres encore. Nous aurons XXXM livres comptant pour le travail de la ville, en attendant le reste qui viendra à la fin de l’année. En un mot, Monsieur Desnoyers fait l’impossible pour votre service et Monsieur de Bullion s’y rend plus favorable qu’à l’accoutumé1. Si vous avez agréable de lui témoigner que vous le savez ou m’ordonner de l’aller remercier, peut-être qu’il recevra cela plus favorablement que mes demandes. 

Monsieur Desnoyers fait état de partir lundi, mais nous avons besoin auparavant de votre petit livre de fortification de Picardie, parce que tous les mémoires que vous leur avez envoyés se rapportent audit livre selon les différentes lettres qu’ils ne feront que marquer sur les plans d’Argencourt, et puis vous les renvoyer. Monsieur le maréchal de Brézé m’a envoyé la commission de commissaire des guerres, le nom en blanc : vous m’ordonnerez, s’il vous plait, si je ne la donnerai pas à La Borde remplie de son nom. Je vous envoie les mémoires que nous avons faits avec Monsieur le procureur général de la cour des aides [Nicolas Le Camus] sur quoi vous nous honorerez de vos commandements. 

L’argent de l’ancrage est dans l’état de Richelieu, par conséquent il n’en faut point faire état pour les bâtiments. Je vous envoie l’ordonnance pour les 500 écus, mais que vous l’ayez signée, je remplirai le nom, s’il ne vous plait de la remplir. Les premières enchères de Fronsac ont été faites aujourd’hui2. Vous nous enverrez, s’il vous plait, votre résolution pour Brest, et les mémoires que vous désirerez être exécutés tant pour cela que pour Le Havre, pour ce que je n’en ai point retenu de copie.

Monsieur le marquis de Boisy parle toujours en galimatias et M. du Bellay se tient à quatre-vingts mille écus3.

C’est, Monseigneur, votre très humble et très obéissant et très obligé serviteur,

Sourdis, archevêque de Bordeaux

À Paris, ce 24e mai 1633

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Gédéon Tallemant des Réaux évoque aussi des frictions entre François Sublet de Noyers et Henri d’Escoubleau de Sourdis à propos des dépenses des armées. Voir Antoine Adam (éd.), Tallemant des Réaux : Historiettes, Paris, Gallimard, 1960, 2 volumes, coll. Bibliothèque de la Pléiade, t. I, p. 376 et 1043. []
  2. Voir le courrier que Nicolas Le Camus adresse à Richelieu, le 24 juin 1633, à propos du duché de Fronsac, dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), Richelieu à la conquête de la LorraineCorrespondance : 1633, Paris, éditions L’Harmattan, 2010, p. 295-296. []
  3. Richelieu a chargé l’archevêque de Bordeaux d’acquérir en son nom la terre de Monts, qui appartient à l’ancien évêque de Bellay-Ars, Jean-Pierre Camus. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (18 juin 2024). Texte 858, année 1633, 24 mai, mémoire d’Henri d’Escoubleau de Sourdis. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ul0


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.