Duval (Charles, seigneur de Coupeauville, dit “le chevalier de Coupeauville”)

Charles Duval (ou du Val) (1595-1673), seigneur de Coupeauville (aujourd’hui commune d’Épouville, département de Seine-Maritime), dit « le chevalier de Coupeauville », est le fils de Charles Duval, seigneur de Varengeville, l’Ormaye, Autigny et Manneville-en-Auge, conseiller en la cour des aides de Normandie, et le petit-fils de Raoul Duval, seigneur de Varengeville, l’Ormaye, Autigny et Manneville-en-Auge, conseiller en la cour des aides de Rouen avant son fils1. Il est aussi le frère de Raoul Duval († 31 octobre 1639), seigneur de Manneville et de Coupeauville, reçu au parlement de Rouen le 29 janvier 1614, chevalier de Malte le 7 juin 1631 ; et de Claude Duval de Coupeauville († 1676), prieur de Bourg-Achard, abbé de la Victoire, à Senlis, en 1639, « fort du grand monde » dans les années 1650, auquel Gédéon Tallemant des Réaux a consacré l’une de ses Historiettes2.

Chevalier de l’ordre de Malte le 23 juillet 1613, officier de marine, capitaine de vaisseau, il est pour la première fois évoqué dans la correspondance de Richelieu dans un courrier que le cardinal-ministre adresse au commandeur Amador de La Porte, le 4 juillet 1627, à propos de l’armement de vaisseaux au Havre3.

Pour 1628, le « compte des recettes et dépenses faites pour la citadelle du Havre-de-Grâce », le recense encore comme commandant de l’un des cinq dragons dont l’armement est prévu4.

Il commande la Salamandre, à Brouage au tout début des années 16305.

En 1635, il commande de l’Intendant6. Il fait alors partie des quinze capitaines dont Louis XIlI avalise les noms dans le cadre de la constitution d’une flotte destinée à la Hollande, en vertu du traité conclu avec les Provinces-Unies le 8 février précédent7.

À la fin avril ou début mai 1635, le chevalier de Coupeauville accède au grade de contre-amiral, en alternance avec Claude de Miraumont, de trois mois en trois mois, pour la flotte destinée aux Provinces-Unies8.

Il apparaît comme capitaine de la Renommée dans une revue du 9 juin 1636, avec un de ses frères pour lieutenant, puis est porté sur l’ « état des vaisseaux qui doivent repasser de Levant en Ponant », du 24 février 16379.

La même année, il commande une escadre pour l’attaque des îles Sainte-Marguerite et Saint-Honorat, à laquelle participe aussi le chevalier de Miraumont10.

En juillet 1638, le chevalier de Coupeauville se trouve à la tête des vaisseaux que Louis XIII fait venir de Hollande et du Havre pour l’attaque de Fontarabie : il arrive sur place au début du mois d’août, avec 10 navires11. Il est cité comme capitaine du Cardinal pour les campagnes maritimes de 1638-163912.

Il s’illustre particulièrement aux côtés du marquis de Maillé-Brézé lors de la bataille de Cadix, le 22 juillet 1640, au cours de laquelle, son lieutenant, Monsieur de Saint-Georges trouve la mort13.

Il est encore commandeur d’Ivry-le-Temple en 1667.

Il décède le 30 mai 1673.

Voir M. J. Boulard et M. A. Lechevalier, « Notice historique sur la commune d’Épouville », Recueil des publications de la Société nationale havraise d’études diverses, 1er trimestre 1901, p. 37-84, voir p. 60-62. La revue a été numérisée par la Bibliothèque nationale de France, disponible sur Gallica, consultée le 19/06/2024.

Texte 859,

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Selon l’étude de MM. Boulard et Lechevalier dont les références sont données au bas de la notice. Les auteurs indiquent que Raoul Duval décède en 1584, à l’âge de 89 ans, onze ans avant la naissance du chevalier de Coupeauville. []
  2. Antoine Adam (éd.), Tallemant des Réaux : Historiettes, Paris, Gallimard, 1960, 2 volumes, coll. Bibliothèque de la Pléiade, tome I, p. 521-522, citation p. 1071, et p. 1111 et 1153. []
  3. Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, tome II, p. 495 et Pierre Grillon, Les papiers de Richelieu, section politique intérieure, correspondance et papiers d’État. Tome II : 1627, Paris, éditions A. Pédone, 1977, tome II, p. 269. []
  4. Pierre Grillon (éd.), tome III, p. 594. []
  5. Selon le récit fait par Louis Leroux d’Infreville à la suite de son voyage d’inspection des ports du royaume, dont il a reçu mission en 1629, voir Eugène Sue (éd.), Correspondance de Henri d’Escoubleau de Sourdis…, Paris, imprimerie du Crapelet, 1839, 3 volumes, tome III, p. 205. []
  6. Eugène Sue (éd.), Correspondance de Henri d’Escoubleau de Sourdis…, ouvrage cité, tome III, p. 380. []
  7. Voir le courrier que Richelieu adresse au Roi, de Royaumont, le 14 mars 1635, annoté de la main du souverain, dans Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), tome IV, p. 676. Le traité intervenu en 1635, et signé, au nom du roi de France, par le baron de Charnacé, prend la suite d’une série d’accords conclus les 10 juin 1624 (à Compiègne), 17 juin 1630 et 15 avril 1634. []
  8. Voir la déclaration de Richelieu, en qualité de grand-maître, chef et surintendant de la navigation et du commerce de France, le 30 avril 1635, dans Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), ouvrage cité, tome IV, p. 737-740. []
  9. Voir l’étude de MM. Boulard et Lechevalier ; Eugène Sue (éd.), Correspondance de Henri d’Escoubleau de Sourdis…, ouvrage cité, tome I, p. 40 et p. 294. []
  10. Selon la « Seconde relation de l’attaque des îles Sainte-Marguerite et Saint-Honorat – 1637 », dans Eugène Sue (éd.), ouvrage cité, tome I, p. 323. []
  11. Eugène Sue (éd.), ouvrage cité, tome II, p. 15 note, p. 22 et p. 26. []
  12. Georges Lacour-Gayet, La marine militaire de la France sous les règnes de Louis XIII et de Louis XIV. Tome 1 : Richelieu, Mazarin, 1624-1661…, Paris, Honoré Champion, 1911, p. 93 et p. 102 ; M. de Courcelles, Dictionnaire universel de la noblesse de France, Paris, 1822, tome cinquième, p. 239, l’identifie comme Louis-Charles du Val de Coupeauville. []
  13. Eugène Sue (éd.), ouvrage cité, tome II, p. 241 et p. 243 ; Pierre Castagnos, Richelieu face à la mer, Rennes, éditions Ouest-France Université, 1989, p. 230. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (19 juin 2024). Duval (Charles, seigneur de Coupeauville, dit “le chevalier de Coupeauville”). Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11uod


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.