Lequeux (Jean)

Jean Lequeux est, selon l’expression utilisée par Denis-Louis-Martial Avenel à son propos, un « employé supérieur de la marine »1. Il seconde dès 1633 Henri d’Escoubleau de Sourdis2. Il reçoit 1200 livres de gages en 16353.  Les missions qui lui sont confiées sont à la fois d’ordre diplomatique et d’ordre logistique et militaire.

Au cours de l’été 1636, il est dépêché par l’archevêque de Bordeaux, Henri d’Escoubleau de Sourdis, et par le comte d’Harcourt, auprès du duc Victor-Amédée de Savoie4. Pendant son séjour turinois, Jean Lequeux transmet aussi à Michel Particelli d’Hémery, ambassadeur du roi de France auprès du duc de Savoie, des lettres de l’archevêque de Bordeaux5. On peut noter que c’est auprès de lui, auprès de Monsieur de Castellan, maréchal des camps et armées du Roi, et auprès de Monsieur de Frémicourt, capitaine au régiment de Brézé et aide de camp envoyé par Louis XIII en Provence pour hâter les renforts destinés au duc de Parme, que le comte Fabio Scotti, ambassadeur d’Édouard Farnèse en France, se plaint des lenteurs apportées à l’envoi de secours6. Et c’est toujours lui, qui, en 1641, est l’intermédiaire des échanges entre le duc de Parme et Henri d’Escoubleau de Sourdis7.

Au mois de mai 1637, il doit organiser la subsistance des vaisseaux de Théodore de Mantin qui assure la défense des îles de Lérins (Saint-Honorat et Sainte-Marguerite)8.

Le 30 avril 1638, Richelieu informe directement Jean Lequeux du passage de deux galères génoises chargées d’argent9.

Il se trouve toujours en Provence en mai 1639 et apporte, sur ordre de Richelieu, un concours logistique au comte d’Harcourt10. Vers la mi-août, le cardinal-ministre lui transmet les mémoires que lui a envoyés le chevalier Charles de Guitaut, en charge de la défense des îles de Lérins, afin de pourvoir à l’éventualité d’une nouvelle attaque espagnole11. En mars 1640, c’est Jean Lequeux qui est chargé de fournir du canon à Charles de Guitaut12. Henri d’Escoubleau de Sourdis indique à Richelieu, en juillet, qu’ « il fait bien ce qu’il peut », dans le contexte de relations difficile avec le gouverneur de Provence, Louis-Emmanuel de Valois, comte d’Alais, qui a remplacé le maréchal de Vitry fin 1637-début 163813.

Au cours de l’automne 1640, il est chargé des montres et des radoubs des vaisseaux de guerre14. Mais François Sublet de Noyers signale, à la fin de l’année, le « défaut de crédit de Monsieur Lequeux et de Monsieur le bailli de Forbin »,15. Lequeux se plaint lui-même du manque de moyens auquel il doit faire face en novembre 164116.

Parallèlement, Jean Lequeux poursuit ses activités diplomatiques. Au cours de l’été 1638, il mène des pourparlers avec Amurat, dey de Tunis17. Au printemps 1641, il transmet à Louis XIII les protestations de bonne volonté du nouveau dey de Tunis, après la mort de Murat-Dey18.

Texte 859,

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, tome VI, p. 31, note. []
  2. Voir le courrier que l’archevêque de Bordeaux adresse à Richelieu, de Jouy, le 10 juillet 1633, translation à venir, texte 859. []
  3. Eugène Sue (éd.), Correspondance de Henri d’Escoubleau de Sourdis…, Paris, imprimerie du Crapelet, 1839, 3 volumes, tome III, p. 377. []
  4. Voir le courrier que le duc de Savoie adresse, de Turin, le 30 août 1636, à Henri d’Escoubleau de Sourdis, accompagné d’un « avis de Monsieur le duc de Savoie à Monsieur l’archevêque de Bordeaux touchant l’armée navale », dans Eugène Sue (éd.), ouvrage cité, tome I, p. 104 et p. 105-108. []
  5. Voir le courrier que Michel Particelli d’Hémery adresse à Henri d’Escoubleau de Sourdis, de Turin, le 1erseptembre 1636, Eugène Sue (éd.), ouvrage cité, tome I, p. 108. []
  6. Voir le courrier que le comte Scotti adresse à l’archevêque de Bordeaux, de Toulon, le 24 janvier 1637, dans Eugène Sue (éd.), ouvrage cité, tome I, p. 260-261. []
  7. M. Bideau à l’archevêque de Bordeaux, Gênes, 28 mars 1641, dans Eugène Sue (éd.), ouvrage cité, tome II, p. 546. []
  8. Voir le courrier de Richelieu à Henri d’Escoubleau de Sourdis, 28 mai 1637, dans Eugène Sue (éd.), ouvrage cité, tome I, p. 393-394. []
  9. Voir dans Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), l’analyse du document, ouvrage cité, au tome VII, p. 187 ; voir aussi l’analyse d’un courrier que Richelieu adresse au comte de Chavigny, le 12 mai 1638, tome VI, p. 31. []
  10. Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), ouvrage cité, tome VII, p. 224. []
  11. Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), ouvrage cité, tome VII, p. 244. []
  12. Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), tome VII, p. 255. []
  13. Eugène Sue (éd.), ouvrage cité, tome II, p. 197-198. []
  14. Voir le courrier qu’Henri d’Escoubleau de Sourdis adresse à François Sublet de Noyers, de Candie, le 21 octobre 1640, dans Eugène Sue (éd.), ouvrage cité, tome II, p. 343-345. Jean Lequeux déclare la Licorne et la Fortune, « hors d’état de servir », les 12 et 16 octobre 1641, les deux certificats, rédigés à Toulon, ont été publiés par Eugène Sue, ouvrage cité, tome III, p. 86 et p. 90. []
  15. Voir le courrier du secrétaire d’État à la Guerre à l’archevêque de Bordeaux, à propos du secours militaire à envoyer en Catalogne, de Paris, le 18 décembre 1640, dans Eugène Sue (éd.), ouvrage cité, tome II, p. 356-357. []
  16. Eugène Sue (éd .), ouvrage cité, tome III, p. 29. []
  17. Jean Lequeux écrit à Henri d’Escoubleau de Sourdis, de Toulon, le 2 août 1638, à propos des négociations engagés avec Tunis et Alger, voir Eugène Sue (éd.), tome II, p. 413-414. []
  18. Voir le courrier du roi de France au dey de Tunis, de Chantilly, le 26 avril 1641, dans Eugène Sue (éd.), ouvrage cité, tome II, p. 436. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (20 juin 2024). Lequeux (Jean). Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11v2y


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.