Fumée (Martin, dit “le chevalier des Roches”)

Martin III Fumée, dit « le chevalier des Roches », est le fils cadet de Martin II Fumée, seigneur des Roches-Saint-Quentin, et de Madeleine de Crevant. Il est aussi le frère de François Fumée, seigneur des Roches-Saint-Quentin et de Louis Fumée, seigneur des Roches-Saint-Quentin, aumônier du Roi († 1657).

Chevalier de l’ordre de Malte en 1616, officier de marine, il se trouve sous les ordres d’Henri d’Escoubleau de Sourdis, archevêque de Bordeaux, en 16301.

En mars 1635, indice de la proximité de la famille Fumée-des Roches avec celle de Richelieu, François de Vignerot, marquis du Pont-de-Courlay, neveu du cardinal-ministre, demande à son oncle que le chevalier des Roches puisse le seconder dans la charge de général des galères qui lui est alors dévolue2.

Vers la même époque, Richelieu l’envoie cependant en mission auprès du grand-maître de l’ordre de Malte, Antoine de Paule, « sur le sujet du siège de Malte »3.

En 1636, il commande le navire la Cardinale, et prend part à son bord à l’attaque des îles de Lérins, aux côtés du chevalier de Coupeauville (mars)4.

Le chevalier des Roches est tué le 1er septembre 1638, lors de la bataille de Vado, au large de Gênes, au cours de l’engagement pourtant victorieux des galères du roi de France, placées sous le commandement du marquis du Pont-de-Courlay, contre celles du roi d’Espagne. Richelieu annonce son décès au comte de Chavigny le 15 septembre et précise qu’il charge sa nièce, Madame de Combalet, sœur du marquis de Pont-de-Courlay, d’annoncer la nouvelle à la mère du défunt5.

Voir aussi François Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire de la noblesse…, seconde édition, tome VI, Paris, chez Antoine Boudet, 1773, p. 739.

Texte 859

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Voir les instructions fournies par Richelieu à Henri d’Escoubleau de Sourdis, le 5 juillet 1630, dans Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, tome III, p. 731. []
  2. Richelieu à Louis XIII, Royaumont, 14 mars 1635, dans Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), ouvrage cité, tome IV, p. 677. []
  3. Voir le courrier que Richelieu adresse à Antoine de Paule, le 21 avril 1635, dans Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), ouvrage cité, tome IV, p. 715. []
  4. Eugène Sue (éd.), Correspondance de Henri d’Escoubleau de Sourdis…, Paris, imprimerie du Crapelet, 1839, 3 volumes, tome I, p. 53, 63, 232, 328. []
  5. Richelieu au comte de Chavigny, de Saint-Quentin, 15 septembre 1638, dans Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), ouvrage cité, tome VI, p. 175-176. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (21 juin 2024). Fumée (Martin, dit “le chevalier des Roches”). Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11vby


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.