Conventions de transcription, de translation et d’indexation

Conventions de transcription, de translation et d’indexation

 La transcription des documents originaux manuscrits ne peut plus, désormais, s’effectuer que d’après les microfilms établis pour une conservation pérenne, ou d’après la duplication numérique de ces derniers.

Les images qui en résultent ne peuvent avoir la lisibilité du support primaire, déjà amoindrie par le regroupement des feuillets sous reliure et par l’application fréquente du tampon institutionnel de leur lieu de conservation. Des difficultés de lecture peuvent en résulter. Les mots figurant entre < > sont ceux dont la lecture est restée incertaine. Le symbole <…> évoque des termes illisibles, en raison d’une tâche ou d’un trou sur le support originel, du cachet de l’organisme de conservation malencontreusement placé, d’une reliure serrée, de sa rotondité, et/ou d’une graphie difficile. Les mentions figurant entre [ ] ont été ajoutées au texte original ou à une référence bibliographique pour en faciliter la compréhension ou signaler quelque anomalie ou curiosité. 

Les documents proposés ici ont été, dans leur immense majorité transcrits en texte intégral. Dans les rares cas où un passage a été tronqué, il est renseigné par le symbole […]. L’insertion du symbole *** indique une lacune volontaire du texte manuscrit, où un espace laissé en blanc figure. 

La ponctuation, l’accentuation et l’orthographe ont été modernisées pour faciliter la lecture des textes et leur exploitation. Le s devant consonne a été remplacé par la voyelle accentuée en usage aujourd’hui. Le “y” souvent utilisé en fin de mots (ainsy, voicy, celuy…) a été remplacé par le “i”. Les terminaisons des conjugaisons ont aussi été modernisées : à l’imparfait de l’indicatif, la diphtongue “oi” a été modernisée en “ai”. La graphie “eu” est remplacée dans les verbes au passé simple de l’indicatif ou au subjonctif par la graphie “u” : nous fûmes remplace par exemple nous fusmes. L’adverbe “jusques” employé devant un autre adverbe ou une préposition (essentiellement “ici” ou “à”) a été remplacé par “jusque” ou “jusqu'”. Les participes passés ont été accordés pour la bonne compréhension de la phrase, lorsqu’ils ne l’étaient pas dans le texte original. L’orthographe des noms propres figurant en titres et sous-titres, en particulier celle des toponymes, est celle qui est utilisée aujourd’hui.

Les noms de personne ont été indexés pour constituer les entrées d’un dictionnaire biographique. Les appellations des membres de la noblesse y figurent sous la forme la plus complète possible, le nom de naissance a été retenu comme entrée d’index et de dictionnaire. Choix a été fait de n’indexer ni Richelieu, ni Louis XIII : leur nom figurerait dans chacun des articles postés…

Il est à noter que les phrases et mots soulignés sur les manuscrits ne peuvent être reproduits en ligne de la même manière. Les termes apparaissant soulignés ici correspondent aux marqueurs de liens hypertextes.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (14 mars 2022). Conventions de transcription, de translation et d’indexation. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tphd


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.