Texte 1, année 1632, début, ou fin 1631, le duc de Chevreuse à Walter Montaigu

Claude de Lorraine, duc de Chevreuse, à Walter Montaigu, fin 1631 ou début 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 9, f° 57-58. Original autographe. Suscription au v° du f° 58 : « à Monsieur, M. de Montaigu ». 

Monsieur,

Le courrier que j’avais envoyé sur ce que vous m’aviez dit touchant Monsieur de Lorraine vient de revenir et m’a apporté la réponse de Son Altesse. Je n’ai pas voulu manquer de la vous dire à l’heure-même, afin que vous la fassiez savoir à Monsieur le Cardinal, qui sait qu’il y a quelque temps que Monsigot alla en Lorraine pour le sonder si il agréerait que Monsieur se retirât en ses États, auquel Son Altesse a fait connaître par sa réponse qu’il ne l’a désiré pas, témoignant qu’il ne voulait rien faire qui déplût au Roi, ni qui lui pût faire soupçonner qu’il eût contribué à la résolution qu’il avait prise de sortir de France. Cela n’a pas empêché Monsieur de renvoyer vers lui quelque temps après Le Frestoy lui demander ouvertement dans son pays où il peut demeurer quelque temps sur l’assurance qu’il lui donnait qu’il n’avait ni n’aurait aucune pensée de rien faire contre le service du Roi, ni qui lui pût déplaire, il a cru ne lui devoir ni pouvoir refuser sa demande, en rendant compte comme il a fait par Dally et par Couvonges au Roi de tout ce qui s’y s’est passé sur ce sujet, et offrant de servir Sa Majesté en cette occasion ainsi qu’il lui ordonnerait. Il en attend la réponse et celle de Monsieur le Cardinal, et me mande de plus qu’il est si résolu de demeurer ferme dans l’effet des paroles qu’il a données de son service au Roi et de son amitié à Monsieur le cardinal, qu’il me prie de savoir si l’on est content de ce qu’il a fait en cette occasion, et si on désire qu’il fasse quelque chose de plus. C’est ce que je vous supplie de dire à Monsieur le Cardinal et l’assurer que si j’étais assez heureux pour avoir autant d’occasions de le servir que j’en ai de volonté, ce serait par effet plutôt que par paroles que je lui témoignerais que je suis véritablement son très humble serviteur. Je finis ma lettre par cette vérité et vous conjure de me croire <…> à vous et votre serviteur très affectionné, Chevreuse.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (25 mai 2022). Texte 1, année 1632, début, ou fin 1631, le duc de Chevreuse à Walter Montaigu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tpps


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.