Texte 4, année 1632, début, ou fin 1631, Richelieu à l’abbé du Dorat

Instructions de Richelieu à Gabriel de Maraud, abbé du Dorat, fin 1631-début 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 9, f° 64-65. Copie devenue minute. Au f° 65 v° : « copie de l’instruction du sieur abbé du Dorat s’en allant en Lorraine ».

Le Roi ayant appris par Monsieur le duc de Chevreuse, et par la lettre que Monsieur de Lorraine écrit au dit sieur duc, qu’il désire que Sa Majesté envoie vers lui le sieur abbé du Dorat pour lui faire entendre clairement ses intentions sur les présentes occurrences, Sa dite Majesté a commandé au dit sieur abbé de s’en aller trouver le dit sieur duc de Lorraine auquel il dira qu’il est envoyé pour entendre plus particulièrement que ce que le Roi se peut assurément promettre de lui s’il était attaqué dans ses États par des forces étrangères, s’il ne veut pas en ce cas joindre ses troupes à celles du Roi, les favoriser, et assister de ce qui dépendra de lui, et de son pays, et refuser toute retraite, support et assistance aux troupes ennemies de Sa Majesté.

Que si Monsieur de Lorraine pour s’excuser de répondre clairement sur cette demande dit qu’il s’en va servir l’Empereur et emmène toutes les troupes qu’il a levées bien loin de son pays, tellement qu’il ne lui sera pas possible d’en disposer pour le service de Sa Majesté, le dit sieur abbé lui doit dire que l’on a donné avis au Roi qu’il licencie partie des troupes qu’il avait levées en Lorraine afin qu’elles aillent servir Monsieur, que si le licenciement est véritable, Sa Majesté ne peut pas douter qu’il ne se face à mauvais dessein et contre lui.

De plus que ses États ne demeureront pas pour cela sans quelques gens de guerre, et que le Roi restera satisfait pourvu que Monsieur son frère effectue, avec ce qui lui restera de forces et face effectuer par le pays de Lorraine, ce qui aura été promis par le dit sieur duc.

Si les intentions de Monsieur de Lorraine sont telles qu’il a fait entendre de deçà, le sieur abbé du Dorat ne trouvera pas de difficulté à obtenir cette déclaration en forme de promesse par écrit, qui sera tenue aussi secrète que Monsieur de Lorraine voudra, moyennant quoi le Roi donnera aussi au dit sieur duc la sienne en pareille forme, par laquelle il lui promettra d’oublier tout le passé, et n’entreprendre jamais contre lui ni ses États, au contraire de le maintenir et assister envers et contre tous.

Que si le dit sieur abbé trouvait que l’on fît trop de difficulté en cette promesse, il se contentera de tirer ces mêmes assurances par lettres bien expresses de Monsieur de Lorraine au Roi, à quoi Son Altesse est bien obligée, puisque dès cette heure le dit sieur du Dorat lui porte de si grandes assurances de la bonne volonté du Roi, tant de bouche que par écrit.

Cette affaire étant tout à fait achevée, le dit sieur abbé, sur le temps de son départ et non plus tôt, mettra comme de lui-même Monsieur de Lorraine en discours du raccommodement de Monsieur, dont il a fait parler à Monsieur de Chevreuse, et témoignera que Monsieur le Cardinal a entendu cette proposition avec tous les contentements du monde, et un désir extrême qu’elle pût réussir à quelque bonne fin, mais que lui, ne sachant rien du particulier de cette affaire, il ne l’a pu approfondir, qu’il lui semble qu’il y aurait jour maintenant d’en parler, pourvu que Monsieur de Lorraine se pût faire fort de l’esprit de Monsieur, eût moyen, comme on le propose de sa part, de le séparer pour toujours des mauvais esprits qui l’ont conseillé jusqu’à présent, et l’y faire choisir une demeure telle qu’il a fait ce qu’<…> juger raisonnable, [« car d’espérer rien faire de bon par l’entremise du conseil dont Monsieur s’est servi jusqu’à présent se serait se tromper puisque l’on voit clairement qu’ils ne considèrent en la conduite de leur maître que leurs intérêts et non pas les siens » : barré].

Le dit sieur du Dorat dira qu’il proposera à son retour à Monsieur le Cardinal tout ce que Monsieur de Lorraine lui aura dit afin qu’il le rapporte au Roi.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (25 mai 2022). Texte 4, année 1632, début, ou fin 1631, Richelieu à l’abbé du Dorat. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tppv


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.