Texte 25, année 1632, début, mémoire de Richelieu

Mémoire de Richelieu, début 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 9, f° 126-130. Minute. Au f° 130 v° : « avis sur l’état présent des affaires de Lorraine ».

Journal du second voyage du Roi en Lorraine en 1632, lorsque l’on fit le traité de Liverdun pour le dépôt de Stenay, Clermont et Jametz, pour joindre à celui de Monsieur de la même année fait à Metz auparavant le traité de Vic.

Avis sur les affaires de Lorraine :

Il était certain qu’en l’état où le duc de Lorraine s’était mis, il n’y avait que le Roi qui, après Dieu, puisse le protéger et empêcher qu’il ne fût dépouillé de ses États. L’état présent des affaires du monde faisait trop connaître cette vérité pour qu’il fût besoin de la prouver. La misère de l’Empereur, la faiblesse de l’Espagne, la ruine des électeurs de la Ligue catholique, la perte que le dit duc avait faite de toutes ses forces, en faisaient une démonstration évidente, principalement si l’on considérait les prodigieux progrès du roi de Suède, et le mal qu’il lui voulait, et les prospérités du Roi, et le juste sujet qu’il avait de se plaindre de sa conduite.

Si l’on considérait que présentement il n’y avait rien en terre qui puisse résister à ces deux puissances jointes ensemble en un même dessein, ni qui put arrêter le cours de l’une que l’opposition de l’autre, il y avait beaucoup à dire pour savoir si le Roi devait entreprendre la protection du duc de Lorraine. Plusieurs raisons l’en pourraient détourner, sa mauvaise conduite en son endroit, le juste sujet qu’il lui avait donné d’entreprendre contre lui et l’occasion qu’il avait d’augmenter l’étendue de son royaume sans rien commettre à la fortune, la considération qu’il devait faire du roi de Suède avec lequel il faudrait peut-être convertir l’intelligence qu’on y avait en une ouverte rupture dont il pouvait arriver beaucoup d’inconvénients n’étaient pas de faibles motifs à cette fin. Mais le cardinal représenta à Sa majesté que comme la générosité est le plus puissant aiguillon des grands rois, plus il y avait de difficulté en ceste affaire et moins de raison en certain sens, plus semblait que le Roi la dut entreprendre, que cependant, comme il y avait gloire très grande à faire une telle entreprise, il y aurait faiblesse si celui qui en recevra le fruit n’y conviait le Roi par tous moyens convenables et ne faisait connaître qu’il en veut avoir à jamais la reconnaissance qu’on en devait attendre, que pour cela deux choses étaient requises : La première est qu’il se départe de tout ce qui offense et déplaît justement au Roi et de toutes les raisons qu’il a eues jusqu’à présent contre son gré et ses intérêts et qu’il s’attache à Sa Majesté contre qui que ce puisse être.

La seconde consistait à donner des preuves non douteuses d’une telle affection et liaison et de la durée d’icelle, ce qui se peut faire par deux voies, et par quelque action extraordinaire qui le rende irréconciliable avec les ennemis de la France et du règne du Roi, et par le dépôt de quelques places, que Monsieur de Lorraine ne peut refuser sans dessein de tromperie, tant parce qu’il ne lui en peut arriver d’inconvénient, étant clair que Sa Majesté ne saurait désirer un tel dépôt pour s’agrandir, puisque s’il avait ce dessein, il ne devrait se contenter d’une petite partie par dépôt, lorsqu’il peut avoir le tout, et a droit de le faire, et qu’il sait bien que le Roi ne peut par autre voie s’assurer que le péril étant passé, il ne se portât pas de nouveau à suivre les desseins de Monsieur et de l’Espagne, avec qui il a liaison très étroite comme il a déjà fait par deux fois.

Il y avait plus : qu’un tel dépôt n’était pas seulement nécessaire au Roi pour son assurance, mais il l’était pour que Sa Majesté la puisse donner au roi de Suède, qui ne s’assurant pas même de ses plus proches parents par autre voie, comme ce qu’il a fait avec l’électeur de Brandebourg, son beau-frère, dont il tient les meilleures places, le justifie, croira toujours que Monsieur de Lorraine favorisera ses ennemis quand il aura le dos tourné, si le Roi, qui est son allié, ne le tient en bride et n’en veut répondre avec des précautions autres que des paroles, auxquelles on ne se fie point en matière d’États.

Outre ces deux conditions requises pour un tel dessein, le Roi en doit désirer une troisième qui est que s’il se fait quelque chose entre lui et Monsieur de Lorraine, il se fasse si promptement que Sa Majesté ait temps d’envoyer vers le roi de Suède devant qu’il ait commencé l’attaque des États qu’il veut défendre, tant par ce qu’il est raisonnable de tacher d’arrêter son cours par négociation devant que rompre avec lui, que par ce, aussi, qu’au cas que Sa Majesté s’engage de parole au duc de Lorraine, dès cette heure, il se disposera à vingt mille hommes de nouvelles levées pour rendre sa défense infaillible, que si Monsieur de Lorraine se pouvait garantir sans l’assistance du Roi, il ne lui conseillerait pas d’entrer en ces conditions, mais s’il jugeait que la protection du Roi lui fut nécessaire, il lui devait avoir grande obligation de n’en désirer pas d’autre, puisque c’étaient les moindres que se pussent proposer, et qu’il n’y avait rien qui intéressât son honneur et ses États et dont il n’eut les exemples devant les yeux, et de nouveau celui de Monsieur de Savoie qui avait sauvé ses États par moyen, et qui se repentait tous les jours de ne l’avoir pas fait plus tôt.

Si Monsieur de Lorraine n’acceptait ces conditions, il faut conclure ou qu’il était aveugle et insensible en ses intérêts, ce qu’on ne pouvait croire avec raison, ou qu’il avait quelque secrète révélation qui lui promettait un secours du ciel, ou que la mauvaise volonté qu’il avait pour la France était extraordinaire, auquel cas ceux qui lui seraient le plus affectionnés jugeraient si la prudence du Roi ne l’obligeait pas à y pourvoir et s’il en devait perdre l’occasion, principalement puisque ce prince est d’autant ulcéré de la prise de Moyenvic, où il n’avait pas d’intérêt, et de ce que le Roi ne souffrait pas les entreprises qu’il voulait faire sur ces droits comme si l’on lui avait pris tous ses États, qu’il était à désirer qu’il se mit à la raison avec le Roi mais il était certain que si l’on ne reprenait le temps de lui contraindre au cas que volontairement il ne le fit, on s’en repentirait et mériterait-on d’être blâmé d’avoir perdu une occasion qui ne se recouvrirait une autre fois. Si l’on disait que quand on s’était avancé pour l’entreprise de Moyenvic, on avait mandé à Monsieur de Lorraine qu’on n’avait aucun dessein contre lui et partant qu’on ne devait pas entreprendre contre ses États.

La réponse était aussi aisé que raisonnable qu’on avait nul dessein de rien faire contre lui, pourvu qu’il voulut se désister d’offenser le Roi, se séparer des liaisons contraires et en donner assurance, mais que quatre choses faisaient voir clairement qu’il n’était pas en ces termes.

La première, le secours que le gouverneur de Marsal avait donné en ce qu’il avait pu à Moyenvic par bateaux, et le déni d’assistance qu’il avait fait à Monsieur le maréchal de La Force en termes insolents, ce qui ne se pouvait dénier que des ennemis déclarés.

La seconde, la lettre du commissaire qui faisait reconnaître au gouverneur de Moyenvic que c’était à Monsieur de Lorraine qu’il devait avoir recours.

La troisième, qu’il avait joint ses troupes avec celles des Espagnols.

La quatrième, qu’il ne voulait faire aucune action ouverte qui le rendît irréconciliable avec ceux qui en voulaient au règne du Roi, ce qui montrait bien que son dessein était d’éviter l’occasion présente et conserver sa mauvaise volonté pour une autre fois.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (25 mai 2022). Texte 25, année 1632, début, mémoire de Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tpqg


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.