Texte 29, année 1632, 3 janvier, Bullion à Richelieu

Claude de Bullion à Richelieu, Paris, 3 janvier 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 802, f° 3. Original autographe. 

Monseigneur,

J’écris particulièrement à Monsieur le maréchal de Schomberg, afin de ne vous importuner sur tout ce qui m’a été commandé pour l’armée d’Italie. J’ai vu le Roi, lequel m’a témoigné un extrême déplaisir de votre absence, et que la seule chose qui lui soulage l’esprit est l’espérance de vous revoir bientôt, et que les affaires se puissent terminer suivant le projet qu’en avez fait et que vous prenez tellement vous-même que tous veulent à point nommé.

Sa Majesté est allée faire un tour à Versailles du jour d’hier et tout résolu d’être ici samedi, la veille du 1er jour de l’an. Il prit résolution de prendre un lavement, et fait faire mardi 1er de l’année. Il se porte mieux, Dieu merci, ayant néanmoins quelque démangeaison, qui lui est causée par une ébullition de sang qui l’obligea à la saignée et au lavement.

Hier, Monsieur le garde des sceaux lut au Roi l’extrait de la dépêche de M. de Baugy, lequel mande qu’il y a apparence que la trêve ne se fera point avec l’Espagne, que Messieurs les élus étaient sur le point de lui donner des commissaires pour traiter. Le dit sieur de Baugy se plaint de l’ambassadeur de Venise [Alviso di Tommaso Contarini], lequel a découvert le secret de la négociation, et notamment l’augmentation du secours des cinq cents mille livres par an. Il espère néanmoins faire quelque chose avec ces Messieurs de Hollande. M. de Canysac est <…> car, par le retour de son courrier, il a découvert quelque chose de la charge de M. de Baugy. Je lui ai dit qu’on lui avait écrit la même chose dont il avait eu connaissance et que peut-être Messieurs les élus aimaient mieux traiter avec lui que de faire traiter de-deçà. Je ne me suis ouvert davantage. J’estime que M. Ardier n’aura manqué depuis envoyer l’extrait de la dépêche de M. de Baugy. S’il survient quelque chose à ma connaissance, je ne manquerai de vous en informer, estimant que le meilleur conseil qu’en puisse donner au Roi est celui que Sa Majesté a prise de vous envoyer toute chose par courriers exprès, afin de savoir vos intentions, lesquelles doivent être fixes et ponctuellement.

Le Roi a eu très agréable ce que je lui ai dit de votre part touchant l’emploi de M. du Plessis-Joigny.

J’ai vu la Reine, à laquelle je n’ai manqué de dire tout ce qu’il vous avait plu me commander. Je suis près d’une heure auprès d’elle et vous assure que je suis le plus ignorant du monde, ou il faut être très assuré que son esprit est entièrement au point que le pourrez souhaiter, ce que, pendant votre absence, il sera très facile d’entreprendre rien auprès d’elle à votre préjudice. Elle fut plus d’un quart d’heure sur vos louanges et sur le désir qu’elle avait de votre retour.

Leurs Majestés attendent samedi prochain M. Boutillier, mais cette nouvelle n’est bien assurée.

Il est encore incertain si Monsieur s’accommodera aux volontés du Roi. Monsieur le garde des sceaux dit au Roi que Monsieur le maréchal son frère lui avait écrit pour savoir jusqu’où il devait accompagner à son retour mon dit seigneur et juge par cette lettre qu’il y a grande apparence que cette affaire va au contentement de Leurs Majestés. Celui qui vous rendra cette lettre est M. <…>, neveu de Monsieur Coulon, lequel va servir auprès de vous. J’estime que vous en aurez contentement, étant entendu en ceste charge.

J’attendrai l’honneur de vos commandements en ce qu’il vous plaira m’ordonner et prie Dieu qu’il vous conserve en santé longue et heureuse vie, vous suppliant me continuer l’honneur de vos bonnes grâces comme étant, Monseigneur, votre très humble, très fidèle et très obligé serviteur, 

Bullion.

De Paris, le III janvier.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (25 mai 2022). Texte 29, année 1632, 3 janvier, Bullion à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tpqk


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.