Texte 83, année 1632, 26 mars, Louis XIII au duc d’Orléans

Louis XIII à son frère, Gaston d’Orléans, 26 mars 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 802, f° 72-73. Minute de la main d’un secrétaire, abondamment corrigée par Claude Bouthillier et Richelieu lui-même. Au f° 73 v° : « brouillon de la lettre du Roi à Monsieur du 26 mars 1632 ».

Mon frère,

Pour réponse à la lettre que Briançon écrit, je vous dirai que je ne puis assez m’étonner qu’après avoir su les supplications et les instances que j’ai faites et fait faire plusieurs fois à la Reine, Madame ma mère, de rentrer dans mes Conseils et se réunir avec moi pour y vivre comme elle a fait par le passé sans qu’elle ait voulu entendre, vous vous serviez du mot de « détention » de la personne pour signifier la prière que j’ai été contraint de lui faire de s’en aller pour quelque temps en sa maison, à Moulins, pour y demeurer avec toute liberté.

C’est à mon grand regret que le bien de mes affaires m’a obligé de me séparer d’elle. Si vous en avez autant de plaisir que j’en ressens, vous n’êtes pas le même comme de vous-même, puisque votre départ de la cour sans mon su et sans mon congé en est la principale cause. Je lui rendrai toujours ce qu’un bon fils doit à sa mère. Rien ne m’en peut divertir, non plus que m’empêcher de satisfaire à ce que je dois à mon État et au bien et repos de mes sujets. C’est ce qui m’a fait partir de Paris, lorsque devais le plus y demeurer, porté à <…> pour tacher ne se prendre des résolutions qui vous fussent préjudiciables.

Ceux qui vous ont persuadé que je vous suivais avec une armée ont été ou mal informés ou bien malins, puisque je n’ai que ceux d’ordinaire avec moi pour la dignité et sûreté de ma personne, que j’emploierai toujours aussi volontiers à votre avantage, comme il me serait impossible de m’en servir à aucune violence contre vous.

Je suis bien résolu d’empêcher qu’il ne se fasse en mon royaume qui puisse troubler le repos que je veux conserver à mes sujets.

Vous avez grande raison de témoigner que ce qui vous a fait sortir de ma cour et de votre maison vous fera sortir de la France, puisqu’en effet ce sont les mauvais conseils que l’on vous a donnés, et les desseins cachés qu’on a fait sans mon su, et peut-être sans le vôtre, si c’est vous en chasser et vous persécuter de vous avoir rendu des preuves de ma bienveillance en toutes occasions et d’avoir apporté de très grands bienfaits aux vôtres.

Vous pouvez dire que j’use de persécution envers vous, et que je suis cause de votre perte, mais en effet relation [sic] si préjudiciable à votre personne, que comme je n’ai rien oublié de ce que j’ai peu pour vous obliger à demeurer auprès de moi, il n’y a rien que je n’eusse voulu faire pour vous détourner d’une si mauvaise résolution que celle que vous avez prise. Je tacherai, à la prière que vous me faites, de vous donner du temps pour traiter avec les Étrangers. Je ferai une aussi grande faute, comme ceux qui vous ont fait venir la pensée ont commis un crime notable. Je vous en donnerai toujours très volontiers pour revenir à nous, ce dont je vous en prie avec instance, mais non pas pour vous engager plus avant en vos intelligences dont il ne vous peut revenir que du mal. Mais il est inutile de vous détourner d’un dessein que vous avez déjà exécuté et que l’événement a fait voir que vous aviez résolu et formé auparavant que de m’en écrire.

Les préparatifs que vous avez faits devant que je pensasse à partir de Paris, l’amas de vos gens d’armes et des troupes qui vous sont venues de Limousin le témoignent assez. Je ne réponds pas aux calomnies qu’on a mises dans votre lettre contre ceux *** dont leurs actions y répondent assez. Je sais trop que c’est l’ordinaire de ceux qui veulent attaquer l’autorité des Rois et se plaindre de la conduite de leurs ministres pour estimer qu’il était besoin, les actions de ceux qui sont auprès de moi répondent assez à ce qu’on peut dire à leur préjudice, faisant voir clairement à tous ceux qui ne sont point aveugles de passion qu’ils n’ont jamais eu d’autres intérêts que les miens et ceux de l’État qui doivent être les vôtres. Mais ce n’est pas de cette heure que ceux qui veulent attaquer l’autorité du Roi ont de coutume de se plaindre de la conduite de leurs ministres. Les miens ne craignent pas la lecture de la justice puisqu’ils sont auprès de moi. S’ils ont des places, ce sont des marques de ma bonne volonté et de l’estime que je fais de leurs services et non des témoignages de leur crainte. Au reste, ils n’en ont pas qu’ils n’eussent, il y a cinq ans, devant les grands effets qui sont arrivés à l’avantage de cet État.

Aussi vois-je bien que ce n’est pas tant les places que je leur ai commises qui blessent ceux qui y trouvent à redire, comme la facilité qu’elles leur ont donnée de contribuer au bon succès des entreprises que j’ai faites depuis ce temps. Ceux qui sont auprès vous vous conseilleraient volontiers de vous plaindre non seulement de moi sur ce sujet, mais de mes prédécesseurs qui en ont commis des plus importantes du royaume entre les mains de personnes si fidèles qu’ils ont été à l’épreuve de toutes les sollicitations qu’il leur ont fait tant sous votre nom.

Je supplie Dieu qu’il me conserve les serviteurs dont vous vous plaignez, pour qu’ils continuent à suivre mes intentions, et me rendre des services aussi signalés qu’ils ont fait par le passé. C’est ce que désirent tous les gens de bien et que vous devez souhaiter vous-même, puisque non-seulement ne peuvent-ils être passionnés pour la personne sans désirer votre bien, mais qu’en outre ils n’ont perdu aucune occasion de vous servir quand ils ont peu faire sans sortir des bornes de ce qu’ils me doivent.

Vous aimant chèrement comme je fais, bien que les prières que je vous ai faites d’Étampes, par les sieurs de Chaudebonne et, d’Auxerre, par le sieur d’Amanzay, je ne laisse de vous en conserver encore, vous assurant que vous recevrez tout le bon traitement que vous pouvez attendre.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (25 mai 2022). Texte 83, année 1632, 26 mars, Louis XIII au duc d’Orléans. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tps2


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.