Texte 126, année 1632, 26 mai, les maréchaux de La Force et d’Effiat à Louis XIII

Le maréchal de La Force et le maréchal d’Effiat, à Louis XIII, Courcelles, 26 mai 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 10, f° 308-311. Original de la main d’un secrétaire. Suscription au f° 311 v° : « au Roi ».

Sire,

Le sieur de La Saludie s’étant rendu en ce lieu le XXIIIIe de ce mois, et nous ayant fait entendre la bonne disposition en laquelle il a trouvé et laissé l’électeur de Trèves, touchant les places qu’il doit remettre ès mains de Votre Majesté, le sieur maréchal d’Effiat, comme celui de nous qui étant venu le dernier d’auprès de Votre Majesté et plus particulièrement instruit de ses intentions, a été d’avis de ne perdre un moment pour les exécuter, et afin d’y parvenir plus facilement, a fait ouverture de quatre moyens, dont nous suivrons celui que nous trouverons le plus sûr à mesure que nous avancerons.

Le premier est d’avancer l’armée jusques à Sarrebruck, et de là, si nous découvrons qu’il y ait sûreté, faire partir en diligence le dit sieur de La Saludie avec les mille hommes et cent chevaux destinés pour Ehrenbreitstein. Et en même temps, nous dépêcherons à Trèves vers Don Gonzalès de Cordoue pour lui faire entendre que l’électeur de Trèves, cherchant son salut de toutes parts, aurait fait instance près de Votre Majesté pour obtenir quelques mille hommes de pied et cent chevaux pour lui aider à conserver ce qui lui reste entre les mains, et se garantir des armes du roi de Suède, que la piété de Votre Majesté et son zèle envers les prélats de l’Église ne lui aurait permis de refuser une si juste demande, laquelle étant pour le bien de la religion catholique, nous croyons que le dit Don Gonzalès en aura contentement, et commandera aux troupes de son armée de favoriser le passage de celles que Votre Majesté envoie au dit électeur, nous envoyant à cet effet tous passeports nécessaires.

Le second expédient est que, en cas qu’étant à Sarrebruck l’on juge qu’il y ait trop de danger de faire avancer le dit sieur de La Saludie et sa troupe sans escorte, nous ferons avancer l’armée jusqu’à <Linpack>, qui est une journée au-delà de Sarrebruck, et en ce cas ne dépêcherons vers ledit Don Gonzalès que dudit lieu afin que tandis qu’il consultera, s’il favorisera ou empêchera le passage du dit sieur de La Saludie, il gagne cependant les terres où sont les garnisons du roi de Suède.

Le troisième est qu’en cas que notre armée étant en ce logis avancé, nous croyons que le comte d’Emden demeure à Spire et Don Gonzalès à Trèves, l’armée de Votre Majesté subsiste en ce lieu, ayant assuré le passage de Sarrebruck pour son retour, estimant qu’il sera facile par ce moyen au dit sieur de La Saludie de gagner Kreuznach, n’y ayant plus que dix ou douze heures de chemin à faire, et de là passer à Bingen, où il doit trouver les bateaux de l’évêque de Trèves pour descendre sur le Rhin jusqu’audit lieu d’Ehrenbreitstein, passer au-delà du Rhin, ainsi que le dit sieur de La Saludie le mande plus particulièrement à Votre Majesté, et qu’elle le pourra connaître par la carte que nous lui envoyons.

La dernière ouverture est que si les troupes du comte d’Emden, et celles de Don Gonzalès, se sont jointes à Kaiserlautern, dont le bruit qu’ils se sont saisis, en ce cas ne hasarder le passage du dit sieur de La Saludie et de ses troupes que par l’aveu du dit Don Gonzalès, ou en mandant au chancelier Oxenstern de se venir loger si près d’eux que la jalousie les oblige à lâcher le pied s’ils ne se voulaient résoudre au combat.

Ces ouvertures faites par le dit sieur maréchal d’Effiat ont eté approuvés par le sieur maréchal de La Force. Mais comme il a une parfaite connaissance de tout ce pays, il croit qu’il y a plus à craindre que Monsieur de Lorraine se trouvant pressé, n’eut convié Monsieur et le dit Don Gonzalès à joindre leurs troupes aux siennes, et vint à les placer sur les passages et postes les plus avantageux qui sont tous à sa dévotion, pour couper le chemin à la retraite de l’armée de Votre Majesté, la laissant vaguer dans un pays ruiné, où elle périrait indubitablement faute de vivres, pour à quoi remédier, nous aurons l’œil tellement ouvert à toutes choses que nous espérons avec l’aide de Dieu d’exécuter nos ordres dans le service de Votre Majesté. Le sieur de La Saludie est d’avis, pour tenir le dessein d’Ehrenbreitstein d’autant plus secret, de faire partir sa troupe de corps de l’armée, comme s’il la conduisait vers Strasbourg, sous prétexte de l’assistance que chacun sait qu’ils ont ci-devant demandée à Votre Majesté. L’armée de Votre Majesté, ayant fait hier revue et monstre générale, se rend aujourd’hui avec nous à Saint-Avold, où nous avanceront l’exécution de ses commandements par les voies les plus utiles pour le bien de son service avec la diligence et affection que doivent, Sire, vos très humbles, très fidèles et très obéissants serviteurs et sujets.

Caumont La Force, d’Effiat.

Du camp de Courcelles, ce XXVIe mai 1632.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (26 mai 2022). Texte 126, année 1632, 26 mai, les maréchaux de La Force et d’Effiat à Louis XIII. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tpt9


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.