Texte 133, année 1632, 31 mai, les maréchaux de La Force et d’Effiat à Louis XIII

Le maréchal de La Force et le maréchal d’Effiat, à Louis XIII, Hottviller, 31 mai 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 10, f° 323-326. Original de la main d’un secrétaire. Suscription au f° 326 v° : « au Roi ».

Sire,

Votre Majesté pourra peut-être trouver étrange que nous ayons pris un logis si avancé que Hottviller, qui est à huit heures de chemin plus proche que Sarrebruck du côté de Mayence, situé entre Trèves, Mayence et Spire.

Et bien que cela paroisse périlleux, il l’eut été davantage de faire barrière de la Sarre, laissant la campagne libre au dessein que les armées de Don Gonzalès et du comte d’Emden avaient de se joindre, qui toutes ensemble eussent fait plus de vingt-cinq mille hommes de pied et cinq à six mille chevaux, celle de Monsieur  y étant incorporée, et sa personne, dont ils font une grande parade, et les troupes de Monsieur de Lorraine si voisines, qu’il eut été impossible d’en empêcher la conjonction, ayant fait si grande diligence que le duc des Deux-Ponts [Jean de Wittelsbach] nous a mandé que vendredi l’armée du comte d’Emden, logea à Landau [-in-der-Pfalz], samedi à Annweiler [-am-Trifels], et le dimanche de la Pentecôte à deux lieues des Deux-Ponts, et que les gens de Monsieur de Lorraine, qui sont avancés vers ce côté-là, lui ont pris près de cent cinquante chevaux, ce qui lui a donné l’alarme de si près qu’il nous a envoyé prier de lui aider d’un régiment pour garder un passage, qu’il dit être si avantageux qu’il peut arrêter une armée, ce que nous avons envoyé reconnaître par le sieur de Beauregard, aide de camp, et destiné à cet effet le régiment de La Bloquerie1, comme le dernier de l’armée, et qui en était le plus proche, et qui étant étranger entend la langue et le pays. Et cependant, nous n’avons laissé de suivre notre chemin, portant notre tête droit à Saint-Wendel, qui est à Monsieur de Trèves, et que les Espagnols venaient gagner, y ayant déjà deux de leurs commissaires qui y faisaient faire le pain il y a trois jours, qui les ont engagés à fermer la porte à Monsieur le marquis de La Force, que nous y avions eu que leur armée était pour nous prévenir. Mais comme ils l’ont vu opiniâtrer et camper suivant son ordre à leurs portes, suivi des régiments de Champagne et de Normandie, et que le reste de l’armée marchait droit à eux, ils ont mis de l’eau à leur vin et ont ouvert leurs portes à deux heures après midi, le jour de la Pentecôte, ainsi le pain des Espagnols et les commodités qui se trouveront dans cette ville nous aideront à rafraichir les soldats de votre armée. Et incontinent, nous avons tiré des corps de la cavalerie et infanterie les hommes, suivant le commandement de Votre Majesté, pour former le corps que M. de La Saludie doit conduire à Ehrenbreitstein, faisant état de gagner demain de bonne heure Mezenheim, qui est à la douairière des Deux-Ponts2, et à quatre heures de chemin de Kreuznach, où est le principal logement de la cavalerie du roi de Suède. Ainsi, nous avons assuré Votre Majesté que le passage du dit sieur de La Saludie est hors de danger, le couvrant entièrement des troupes des ennemis, et marchant entre deux rivières qui le conduisent droit à Kreuznach, comme Votre Majesté pourra mieux connaître par la charte, si elle daigne prendre la peine de se la faire représenter. Et dès que le dit sieur de La Saludie a été parti, nous avons envoyé le sieur de La Garde, qui est avisé et affectionné à Trèves, pour porter la lettre à Don Gonzalès, que nous lui avons écrite, et dont nous envoyons copie à Monsieur Bouthillier, et essayer de connaître en même temps la contenance de ces Messieurs-là et les pénétrer autant qu’il se pourra. Et suivant la même intention, nous avons écrit une semblable lettre au comte d’Emden, par M. de Passavant, et avec le même dessein envoyé à Monsieur de Lorraine le sieur de Saint-Fons, avec une lettre dont Monsieur Bouthillier recevra aussi la copie, pour la faire voir à Votre Majesté, si elle le désire. Et exécutant ses ordres, nous faisons état de partir demain, pour acheminer vers le duché des Deux-Ponts, nous servant de l’occasion, nous ferons que l’injure du logement lui tiendra lieu de compliment, disant que c’est pour faire barrière au comte d’Emden, nous trouvant en nécessité de passer par là, les autres pays étant tellement ruinés que nous n’y saurions vivre, aussi que cela nous conduit au poste qu’il nous faut prendre pour savoir nettement les intentions de Monsieur de Lorraine, dès que celui que nous y avons envoyé sera de retour. Pour les autres nouvelles d’Allemagne, nous n’en manderons rien à Votre Majesté, n’en ayant aucune connaissance, ceux qui y sont pour son service ne nous en ayant point donné de part, bien que cela nous fût très nécessaire et fort facile, n’étant pas qu’à vingt heures de chemin de Mayence, n’y ayant que M. de Guron qui nous ait averti de jour à autre de ce qui se passait à Nancy, dont il vient d’arriver présentement. Voilà l’état des affaires de l’armée dont Votre Majesté nous a honoré du commandement, dont l’exécution duquel nous ne perdrons aucune occasion de le faire valoir autant qu’il se pourra pour son service, étant comme nous devons être de Votre Majesté, Sire, vos très humbles, très obéissants et très fidèles sujets et serviteurs,

Caumont La Force, d’Effiat

Du camp de Hottviller, ce dernier mai 1632.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Levé par le colonel Hermann de La Bloquerie []
  2. Née Madeleine de Clèves []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (26 mai 2022). Texte 133, année 1632, 31 mai, les maréchaux de La Force et d’Effiat à Louis XIII. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tptg


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.