Texte 148, année 1632, 6 juin, le maréchal d’Effiat à Richelieu

Le maréchal d’Effiat à Richelieu, Blieskastel, 6 juin 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 10, f° 356-357. Original de la main d’un secrétaire. Suscription au f° 357 v° : « à Monseigneur ».

Monseigneur,

La raison que j’ai d’appréhender que mes lettres ne vous soient importunes, celle-ci étant la troisième que je me suis donné l’honneur de vous écrire depuis hier, fait que je me remets à la dépêche de Monsieur Bouthillier, qui vous apprendra de nos nouvelles, me contentant de vous dire que La Saludie est arrivé à bon port sur le Rhin, que le comte d’Emden a passé la Moselle, et a eu si grande appréhension de nos troupes qu’il a abandonné son pain, et est allé passer à la vue des garnisons du roi de Suède, chargé de bagages, défilant et leur montrant le flanc, et si je n’apprends point qu’ils leur aient osé dire mot, cela m’a donné sujet d’en écrire à Monsieur de Charnacé, pour le prier d’en faire une espèce de reproche au chancelier Oxenstern, et envoie la copie de la lettre à M. Bouthillier.

J’ai cru qu’il n’était pas mauvais de le faire, cela étant une matière de le piquer, en cas qu’il fît quelque difficulté à la proposition qu’a porté Monsieur de Miré, d’autant que l’exemple qu’ils donneront d’une trop grande retenue pourrait allentier [sic] les efforts de Sa Majesté, dont ils se trouveraient plus mal que nous à la fin, comme vous pouviez mieux juger que moi. Je ne vous en importunerai pas davantage et reviendrai au principal sujet de cette lettre, satisfaisant à la prière que Monsieur, de nouveau, m’a envoyé faire jusqu’ici par ce porteur, de vous faire ressouvenir comme il est votre serviteur, que je sois sa caution comme il vivra et mourra en cette qualité. Ce que je fais volontiers, l’estimant homme d’honneur, aussi qu’il me semble qu’il est grand temps de finir son affaire, qu’il y a quatre mois qui est sur le bureau. Ce qui a achevé de ruiner absolument les postes, et l’expédiant au contraire, il les rétablirait, et si nous serions secourus de comptant dont nous aurons bientôt besoin, étant question de songer à une nouvelle montre tant à la cavalerie, qu’infanterie et la continuation des prêts aux soldats. L’honneur de vous entretenir m’est si cher que je m’aperçois trop tard de l’importunité de cette lettre que vous me pardonnerez s’il vous plaît puisque je suis comme je dois être, Monseigneur, votre très obligé et très fidèle serviteur,

d’Effiat

De Blieskastel, ce VIe juin 1632.

J’avais ici le sieur d’Aiguillon, procureur du Roi au bureau des finances de Châlons[-en-Champagne], que j’ai envoyé devant, au dit lieu de Châlons, pour tâcher de recouvrer des chevaux pour servir à ce que vous en pourriez avoir à faire. M. de Passavant est celui qui a fait le voyage de M. le comte d’Emden, qui s’en est très bien acquitté, nous ayant rapporté l’état des troupes qui sont dans cette armée, et compagnie pour compagnie, qui ne peuvent monter à plus de 8000 hommes de pied et 1500 chevaux.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (26 mai 2022). Texte 148, année 1632, 6 juin, le maréchal d’Effiat à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tptv


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.