Texte 154, année 1632, 12 juin, les maréchaux de La Force et d’Effiat à Louis XIII

Les maréchaux de La Force et d’Effiat à Louis XIII, <Albestroff>, 12 juin 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 10, f° 379-380. Original de la main d’un secrétaire. Suscription au f° 280 v° : « au Roi ».

Sire,

Votre Majesté aura pu apprendre par le courrier que nous lui dépêchâmes hier les occasions de notre prompt retour, ce qui nous empêchera de l’en importuner par la présente, nous contentant de lui dire ce que nous avons appris depuis divers endroits, qui est que Monsieur n’est point suivi de Don Gonzalès, qui n’a été avec lui que jusqu’à Conflans[-en-Jarnisy], que Monsieur n’a couché que deux nuits à Nancy, et n’a que quatorze ou quinze cents chevaux, ou deux mille tout au plus, et va droit le long de la frontière vers Langres comme s’il tendait vers la Franche-Comté.

L’on ne parle point de son infanterie, le baron de La Gardelle, sergent-major au régiment de Meillards, arriva hier qui dit les avoir vus, et passa à travers eux sans qu’ils lui dissent rien, et la plupart avaient des écharpes rouges. Il assure qu’ils ne sont pas tant. Nous espérons en savoir dans deux jours de plus certaines nouvelles, ayant pour cet effet renvoyé la garde vers Don Gonzalès pour s’enquérir de quelques marchands de Metz, et Saint-Ou pour tirer la réponse de M. de Lorraine, comme Votre Majesté aura peu voir par la dépêche d’hier, aussi que, nous approchant, nous serons mieux informés s’il est vrai que Monsieur soit déjà passé. Nous voudrions n’avoir pas tourné si court, bien que nous croyions que cela ne sera pas inutile, leur faisant connaître que les armes de Votre Majesté ne s’étonnent pas pour le bruit, puisque l’armée que l’on disait qu’ils avaient composée de vingt-quatre mille hommes de pied et de quatre à cinq mille chevaux, au lieu de nous faire lâcher le pied, nous a fait tourner tête droit à eux, et s’il faut que M. de Lorraine parle français, nous en serons plus promptement informés. Il ne coûtera que quatre ou cinq journées d’armée qu’il eût fallu donner ailleurs et plus inutilement, sans nous engager, que nous n’ayons nouvelles de M. de Charnacé, pour voir ce qui reste à faire du côté du Rhin. Et cependant, nous trouvant à cinq lieues de Nancy, nous sommes à bout portant pour exécuter les commandements de Votre Majesté, dès que nous les aurons reçus, ayant estimé ne devoir point publier jusqu’alors l’ordonnance de Votre Majesté que M. de La Vrillière nous a envoyée, parce qu’il faut être dans le voisinage de leurs troupes pour qu’elle ait effet, aussi que de ce jour-là toutes les négociations seront rompues, et lors nous dirons aux capitaines de chevau-légers qu’ils aient à les recevoir et faire leur effort pour mettre leurs compagnies jusqu’à soixante-dix, croyant que c’est le service de Sa Majesté que nous exécuterons avec tout le soin et la fidélité que nous devons, étant comme nous sommes, Sire, de Votre Majesté, les très humbles, très obéissants et très fidèles sujets et serviteurs,

Caumont La Force, d’Effiat.

Au camp d’<Albestroff>, le XIIe juin 1632.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (26 mai 2022). Texte 154, année 1632, 12 juin, les maréchaux de La Force et d’Effiat à Louis XIII. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tpu1


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.