Texte 155, année 1632, 12 juin, le maréchal d’Effiat à Richelieu

Le maréchal d’Effiat à Richelieu, Albestroff, 12 juin 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 10, f° 384-385. Original autographe.

Monseigneur,

J’ai été ravi de joie quand j’ai appris par Lespine le retour de votre santé, dont j’étais extraordinairement en peine car, outre le malheur commun que cela apporterait à toutes les affaires du Roi, en mon particulier, je n’ai mouvement qui ne soit touché d’un sentiment très sensible des choses qui vous incommodent, comme l’homme du monde qui est le plus obligé à ce devoir-là, et la crainte que j’avais que vous ne fussiez pas à la cour a fait que je n’avais écrit qu’à M. Bouthillier les raisons de notre prompt retour, dont je ne vous importunerai pas, jugeant que le courrier vous aura trouvé à la cour. Néanmoins, craignant qu’il ne lui soit arrivé accident, j’ai baillé un duplicata à celui-ci, dans lequel, et dans la lettre du Roi, est contenu tout ce que je vous pourrais dire de ce côté-là.

Et en attendant les ordres de Sa Majesté, nous marchons droit à M. de Lorraine, suivant ce que je lui en ai écrit, afin qu’il n’en prétendit cause d’ignorance, et espérons, mardi, avoir pris le logement de Momesme1, et étendre nos troupes jusques dans Pont-à-Mousson afin d’assurer tout le passage jusques à la Moselle. Je crois que si le Roi, partant de Reims, tirait droit à Verdun, il y serait aussitôt qu’à Sainte-Ménehould. Et l’on dit que le chemin est encore plus beau passant par Grandpré, et par ce moyen il serait aisé de faire que son armée occuperait tout ce qui est entre la Meuse et la Moselle, et que nous nous tiendrons par les mains, et couperions toute la communication qui peut venir de Luxembourg. C’est le moyen de porter l’alarme jusqu’au cœur de tous côtés, devant que s’attacher à rien, ou bien nous pourrons prendre cette poste-là, passant la Moselle, si le Roi veut demeurer libre pour le dessein qu’il a de votre côté, étant nécessaire d’en user ainsi pour couper la communication du Luxembourg. Tout le monde croit que rien ne peut tant incommoder M. de Lorraine que la prise de Pont-à-Mousson, qu’il ne peut garder en l’état qu’il est. Mais la place est fort aisée à fortifier. Nous verrons ce que c’est, et puis nous vous en manderons des nouvelles. Je crois que M. de Lorraine mettra de l’eau dans son vin, s’il est vrai que le passage de Monsieur ne lui serve qu’à augmenter son crime, comme il y a de l’apparence, ayant avis assuré qu’il a fort peu de troupes, et qu’il a passé vers Toul, et tiré le long de la frontière droit du côté de la Bourgogne.

Le comte d’Emden a été assez bien <épousseté>, comme vous verrez par la lettre que M. le chancelier Oxenstern en a écrit à M. de Charnacé, et ce que le neveu de La Saludie vous en pourra rapporter. M. de Charnacé me mande en mon particulier qu’il ne croit pas qu’il y en ait quantité qui puisse repasser la Moselle. En ce cas, Don Gonzalès sera bien empêché à se garder, et à donner secours à la Flandre, où l’on dit qu’il a ordre de marcher. Pour M. de La Saludie, les affaires sont à souhait. Il est arrivé, comme je vous ai déjà mandé, à bon port. Son neveu nous a rapporté une lettre de M. de Trèves pleine de compliments, par laquelle il nous mande qu’ils ont été conduits si à propos que, s’ils eussent tardé d’un jour, ils perdaient toute l’occasion, et les Espagnols nous gagnaient de la main. Le neveu du dit sieur de La Saludie vous en dira plus de particularité que je ne vous en saurais écrire. J’envoie à M. Bouthillier la lettre qu’il m’a écrite, et un billet, avec celle de l’électeur, ensemble la copie d’une patente qu’il a écrite en latin et en allemand, pour faire ouvrir toutes les portes de son obéissance causée sur le séjour de Monsieur à Trèves. Je lui envoie aussi une lettre que le chancelier Oxenstern écrit à M. de Charnacé, par laquelle vous verrez ce qu’ils ont fait au combat, et quels avantages ils ont tiré des ennemis, suivant ce que nous leur avons écrit, dont j’ai aussi envoyé copie des lettres à M. Bouthillier, à qui j’adresse encore une lettre de M. de Mazan, avec la relation du sieur Persode, où vous trouverez des nouvelles d’Allemagne. Je lui envoie aussi une lettre que je viens de recevoir de M. de Feuquières, et une autre de La Boulaye2, qui est dans Toul, par lesquelles vous verrez que Monsieur a passé avec une poignée de gens, qui ne marchent que la nuit, tant ils ont de peur. De sorte qu’il n’y a rien à craindre qu’une surprise sur quelque place de la frontière. M. de Noyers a reçu une lettre de M. de Mortières, pleine de ravissement de la beauté de la place d’Ehrenbreitstein, dont il nous doit envoyer un plan que nous vous ferons tenir après. Nous attendons là-dessus l’honneur de vos commandements, et la résolution que vous prendrez de ce que nous aurons à faire, sans nous engager à rien puisque dans trois jours nous pouvons recevoir les ordres de Sa Majesté, demeurant, cependant, comme vous devez croire par les obligations que j’ai à Votre Éminence qui me lient, à être toute ma vie, Monseigneur, votre très humble, très obéissant et très obligé et fidèle serviteur,

d’Effiat.

Au camp d’Albestroff, le 12e juin 1632.

Monseigneur, j’envoie aussi à M. Bouthillier la copie de la lettre que j’ai écrite à M. de Charnacé sur l’avis de l’arrivée de Monsieur à Nancy pour hâter la conclusion de Miré. Nous écrivons une lettre au Roi que nous adressons à M. de La Vrillière, comme une affaire de guerre touchant un différend d’entre les maîtres de camp des régiments nouveaux et les lieutenants colonels de Champagne et Normandie, qu’il est très nécessaire de faire juger, et commander, s’il vous plaît, que les mémoires en soient lus au Roi, et que le commissaire Sabatier soit oui là-dessus, car cela serait capable de faire périr l’armée en un jour de combat, tant il est important s’il n’y était pourvu. Puisque Sa Majesté et Votre Éminence se portent bien <…> le Roi et <Lazequille> qui ne vous honore comme moi. C’est ce que je souhaite à M. de Nogent quand M. de Bordeaux sera en bonne humeur. Monseigneur, vous trouverez bon que je vous donne cette raillerie en paiement du reproche que vous me faites de ne vous avoir point écrit, puisqu’il n’y a aucun point dans mon instruction, ni ne s’est rien passé digne de remarque, dont je ne vous ai écrit pour le moins trois fois.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Momerstroff ? []
  2. Peut-être s’agit-il du capitaine ou du marquis de La Boulaye. Voir le texte 804. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (26 mai 2022). Texte 155, année 1632, 12 juin, le maréchal d’Effiat à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tpu2


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.