Texte 156, année 1632, 12 juin, Louis XIII aux maréchaux de La Force et d’Effiat

Instructions de Louis XIII aux maréchaux de La Force et d’Effiat, Laon, 12 juin 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 10, f° 386-387. Minute.

À Laon, le 12 juin 1632.

Ordre du Roi à Messieurs les maréchaux de La Force et d’Effiat.

On a reçu vos dépêches des 6 et 7e. Pour réponse, je vous dirai que vous n’avez plus rien à négocier avec M. de Lorraine, parce que Ville n’a rien fait, et que Monsieur est dans ses États, avec le secours qu’il lui peut mener, qui consiste en 2500 chevaux, avec M. de Lorraine qui peut avoir de son chef cinq ou six mille hommes de pied. On ne croit pas que Don Gonzalès se veuille mettre de la partie. Mais quand il le ferait, Sa Majesté a, grâce à Dieu, de quoi l’en faire repentir. Tant s’en faut que ce secours refroidisse le Roi au dessein qu’il a été forcé de prendre de tirer raison de M. de Lorraine, qu’au contraire cela l’anime de telle sorte qu’il n’est pas possible de l’exprimer. Il n’est donc plus question que de mettre la main à l’œuvre, vous d’un côté, et nous de l’autre. Je crois que vous aurez, auparavant que de recevoir cette lettre, exécuté le dessein de Philippsbourg, dont le Roi vous laisse l’entière conduite, et parce que vous mandez qu’il y aura de la difficulté de tirer mille hommes de pied du corps des régiments, Sa Majesté trouve bon que vous y envoyez Montauzier, s’il est catholique et s’il ne l’est, et dont vous lui parlerez en particulier, entre vous et lui, avec les raisons puissantes que vous avez, et au cas qu’il ne veuille pas se faire catholique, le Roi trouve bon que vous y envoyez Pesselière avec son régiment. Il ne faut pas s’arrêter sur ce que les régiments ne sont pas complets de 1000 hommes, lesquels vous essaierez faire bailler des autres régiments, parce que quand cela ne pourra être, on fera filer tout à loisir. Pour la cavalerie, il ne faut pas y envoyer deux compagnies, mais une qui sera celle de Crépy, en la fortifiant de trente ou quarante mestres, que vous tirerez des autres compagnies de l’armée, dont chaque capitaine ne refusera pas un mestre. Je ne doute pas que vous vous n’ayez maintenant assurance que la garnison qu’il faut envoyer dans Philippsbourg ne soit reçue, puisque vous vous êtes avancé à cet effet. Mais si vous deviez être longtemps devant que d’exécuter ce dessein, il ne faut pas vous y amuser. Mais en ce cas, il vaudrait mieux mander à M. de Trèves et à La Saludie d’y envoyer cinq cents hommes de ses mille, et cinquante chevaux des cent qui sont déjà à Ehrenbreitstein, lesquels puis après on fortifierait fille à fille. Ainsi vous pourvoirez à ces deux garnisons et vous viendrez promptement avec l’armée droit où vous aura dit Miraumont, pour aider à épousseter les ennemis du Roi comme il appartient. Il importe fort que vous ayez résolution d’Oxenstern sur l’assistance qu’il doit rendre aux armes du Roi, puisqu’elles ne sont avancées que pour avoir raison des ennemis communs de Leurs Majestés. L’on vous en a écrit particulièrement par Miraumont, mais si vous n’en avez réponse bien expresse, cela mérite bien que vous y envoyez exprès quelque homme d’esprit, afin que nous ne prenions point de fausses mesures. Cela n’empêchera pas néanmoins qu’ayant pourvu à l’affaire de Philippsbourg, par une voie ou par l’autre, vous ne vous en veniez promptement sans délai. Quoique Gaucher ait eu commission pour lever sa compagnie et l’argent, le Roi ne sera pas fâché qu’il ne fasse rien parce qu’en effet ce n’est qu’un coquin, partant, c’est à vous à conduire cette affaire à cette fin, à quoi vous êtes très propre.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (26 mai 2022). Texte 156, année 1632, 12 juin, Louis XIII aux maréchaux de La Force et d’Effiat. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tpu3


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.