Texte 159, année 1632, 13 juin, les maréchaux de La Force et d’Effiat à Louis XIII

Les maréchaux de La Force et d’Effiat à Louis XIII, Château-Voué, 13 juin 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 10, f° 395-398. Original de la main d’un secrétaire. Suscription au f° 398 v° : « au Roi ».

Sire,

Sans la venue de M. de Miraumont, nous n’aurions rien à mander à Votre Majesté, lui ayant écrit hier tout ce que nous avions cru utile à son service. Ce qui nous console le plus est d’avoir marché dans les sentiments de Votre Majesté, en telle sorte que quand nous aurions vu les ordres que le dit sieur de Miraumont nous a apportés, nous ne pouvions ni plus tôt ni plus droit aller que suivant la route que nous avons commencée, que nous continuons comme le chemin le plus court et le plus propre à exécuter les commandements de Votre Majesté, et si, en même temps, nous essaierons de couper toute la communication qui est entre la Lorraine et le Luxembourg, et approcherons tellement l’armée de Votre Majesté que les deux corps se soutiendront l’un l’autre par le voisinage, et par ce moyen Votre Majesté en tirera non seulement de la cavalerie mais aussi de l’infanterie pour en faire tout ce qu’elle jugera le plus utile pour son service, soit que les occasions présentes ne la divertissent point de ses desseins, soit qu’elle les veuille changer par le passage de Monsieur, qui est si extraordinaire qu’on ne sait qu’en penser, car s’il donne dans la France, c’est un voyage bien vague s’il n’est assuré de quelques places. En ce cas, il semble que les courriers y donneront plus de remède que les troupes qu’on enverrait après. Néanmoins, si Votre Majesté le veut faire, nous osons prendre la liberté de lui dire que les troupes qui sont près d’elle étant déjà avancées dans la Champagne y sont plus propres que celles-ci, qui en ce cas en prendraient la place, croyant bien que tout ce qui se peut est de détacher un corps de mille chevaux, qui, étant libre de bagage, ira plus vite et plus gaiement que lui (ayant toutes les villes pour lui). Ce que Monsieur n’ayant point, il se trouvera bientôt embarrassé dans la continue d’un si grand chemin comme celui qu’il a à faire pour éviter le passage des rivières, Votre Majesté écrivant à tous les gouverneurs et aux personnes les plus qualifiées des provinces, tant pour prendre garde aux passages que pour assembler des gens de guerre, leur mandant qu’ils aient à se tenir sur leurs gardes et appeler leurs amis près d’eux, et qu’ils n’auront pas longtemps à soutenir, Votre Majesté les suivant de près avec toutes ses forces, afin de les fortifier d’abord dans ce dessein, croyant que cette manière de parler assurera beaucoup les bons et donnera crainte à ceux dont l’humeur serait chancelante de châtiment s’ils manquaient à leur devoir. Ainsi tous conspirant à ce qu’ils doivent, nous ne croyons pas que Monsieur puisse passer par-dessus tant de barrière qu’il trouvera à son chemin, car bien qu’il passe sur les sources de Marne et Seine, si se trouvera-[t]-il toujours arrêté par les rivières de la Saône et du Rhône qui sont à sa gauche, et par celle de Loire qui est à sa droite. Il sera contraint (n’ayant autre chemin) de passer par Roanne, pour de là donner dans le Forez, et retournant à gauche par le Gévaudan, il entrera dans le Languedoc, où passant outre au Rouergue, il tombera dans Guyenne, où l’on nous veut faire croire que sont ses intelligences, comme Votre Majesté verra par deux avis que nous venons de recevoir, l’un nous ayant été envoyé par le sieur de Saint-Fargeu, lieutenant dans Moyenvic, et l’autre par le sieur Persode, de Metz, qui contient tout plein d’autres choses, entre autres un mauvais dessein contre la personne de Monseigneur le Cardinal, ainsi que Votre Majesté le verra par lesdits mémoires que nous lui envoyons, et s’ils sont vrais nous croyons bien que Votre Majesté ne perdra pas de temps de s’assurer de tous les lieux qui y sont contenus, et d’écrire à ceux qui sont sur le chemin, envoyant à leurs charges ceux qui n’y sont pas, comme M. le comte du Lude en sa charge et M. de Noailles en la sienne, et M. le maréchal de Schomberg écrivant à M. de Pompadour d’assembler tous ses amis en Limousin, et M. de Saint-Chamond en Lyonnais. Nous croyons que ces quatre personnes peuvent, en dix après qu’ils seront dans le pays, faire plus de quinze cents chevaux. À quoi il faut croire que M. d’Alincourt et de Créqui tenant la main, les régiments de Tonneins, Phalsbourg et Navailles qui sont loin de là, avec les compagnies de cavalerie qui sont en garnison vers l’Auvergne, les troupes de Dauphiné barrant le Rhône, tout cela ferait un corps qui les arrêterait bientôt. C’est pourquoi nous pensons que si Votre Majesté met des troupes après, il est bon qu’ils n’en aient l’alarme, jusqu’à ce qu’ils soient embarqués huit ou dix jours dans le royaume, les laissant par ce moyen écarter de la frontière. Votre Majesté nous pardonnera si nous lui disons si librement nos sentiments, puisque c’est en obéissant à ses commandements, et que nous devons tant à son service que nous croirions être extrêmement coupables si nous omettions à lui donner avis de la moindre chose qui peut être utile, comme Votre Majesté le pourra plus amplement apprendre de M. de Miraumont, à qui nous avons fait connaître tout ce que pouvait et devait faire cette armée, auquel elle ajoutera, s’il lui plaît, croyance et Votre Majesté nous tiendra s’il lui plaît, Sire, vos très humbles, très obéissants et très fidèles sujets et serviteurs,

Caumont La Force, d’Effiat

Du camp de Château-Voué, ce XIIIe juin 1632.

Nous envoyons à Votre Majesté les copies des trois dépêches que nous avons écrites à Votre Majesté, mêmes celles de M. de Charnacé de peur que les premières n’aient été perdues par les chemins.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (26 mai 2022). Texte 159, année 1632, 13 juin, les maréchaux de La Force et d’Effiat à Louis XIII. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tpu6


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.