Texte 162, année 1632, 14 juin, les maréchaux de La Force et d’Effiat à Louis XIII

Les maréchaux de La Force et d’Effiat à Louis XIII, Nomeny, 14 juin 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 10, f° 408-409. Original de la main d’un secrétaire. Suscription au f° 409 v° : « au Roi ».

Sire,

Le plaisir que Votre Majesté prend à ouïr parler de son armée nous fait croire qu’elle ne se tiendra pas importunée d’en savoir tous les jours des nouvelles, ce qui nous donne la liberté de lui dire que, suivant ce que nous lui avons mandé par Sabathier et le neveu de La Saludie, nous n’avons rien à lui répondre touchant l’affaire de Philippsbourg, parce qu’elle aura vu que cela n’est pas en état, et que nous aurons le loisir de recevoir ses commandements avant que d’être prêts à cette exécution.

Pour les affaires de deçà, nous avons, suivant ce que nous avons dit au sieur de Miraumont, pris le logis de Nomeny, et demain espérons prendre celui de Pont-à-Mousson, dont nous avons donné l’avis à M. de Lorraine, nous servant en cela de la lettre qu’il nous a écrite, de laquelle nous envoyons copie à Votre Majesté, et de la réponse que nous lui avons faite, par lesquelles elle verra que, sans nous engager à rien, ni manquer de foi, nous usons avantageusement de sa civilité en observant les commandements de Votre Majesté. Mais, pour ne lui donner aucun sujet de défiance, nous n’avons pas cru lui devoir refuser la conférence qu’il a désirée avec M. le maréchal d’Effiat, pour laquelle il avait envoyé homme exprès sans en parler. Néanmoins, dans sa lettre, sachant bien que cela ne gâtera rien, le mettra toujours dans son tort, et nous donnera le loisir d’attendre jusqu’au vingtième, comme Miraumont nous a prescrit de la part de Votre Majesté, et si nous pourrons, par ce moyen, avoir sans contrainte ce passage, qui abrège fort notre chemin, et qui est celui que nous avons à tenir suivant la résolution prise avec le sieur de Miraumont, en laquelle nous sommes aussi confirmez, par les avis que nous venons de recevoir de Nancy, dont nous envoyons l’extrait à Votre Majesté, avec un autre que nous avons eu présentement de Trèves par un trompette, que nous y avions envoyé pour des marchands, qu’ils avaient fait difficulté de rendre jusqu’à cette heure, mais à la fin, la fermeté de nos lettres, jointe à l’autorité de vos armes, leur a fait faire justice et notre trompette les a ramenés avec la meilleure partie de leurs marchandises, ce qui a donné grande joie aux pauvres marchands de Metz et réputation à la protection de Votre Majesté, laquelle verra aussi ce que le trompette a dit touchant l’armée du comte d’Emden, qu’il a vu arriver au-dessous de Trèves si mal menée et si délabrée que c’est fort peu de chose.

Il y a encore un extrait de ce que nous a rapporté le maréchal des logis de M. de Bussy, qui a suivi les troupes de Monsieur jusques à Ligny [Ligny-en-Barrois], où il dit qu’ils ont tourné tout court vers la main gauche, droit à Gondrecourt [Gondrecourt-le-Château], suivant la Meuse et tirant à Langres. Nous lui avons aussi fait mettre son rapport par écrit, afin que Votre Majesté en puisse plus facilement faire son jugement, croyant bien par tous ces avis que Don Gonzalès ne tiendra pas ce qu’il leur a fait espérer, et que Monsieur ne donnera pas l’alarme qu’il voulait que l’on prît, s’il est vrai qu’au lieu de passer outre, il revient sur ses pas et s’arrête tout court, ce qui sera en peu de temps grandement préjudiciable à sa réputation. Et si nous croyons bien que c’est le meilleur parti qu’il saurait prendre, n’y ayant pas d’apparence qu’il ait aucun dessein formé, puisqu’il publie si librement – comme nous l’a rapporté Saint-Thou – les intelligences dont il pourrait faire état, tant en Guyenne qu’en Languedoc, encore que pour les mieux persuader ils en fassent des confidences, cela fait croire qu’ils menacent de trop loin pour frapper. Mais ce qui nous assure le plus, c’est que nous savons que Votre Majesté a les yeux si ouverts à toutes les choses importantes que rien ne se trouve en péril. Et ce qu’elle nous ordonne est si propre à remédier à tout, que nous ne doutons pas qu’elle n’en ait toutes sortes d’avantages, et que Dieu bénissant comme il a toujours fait ses saintes intentions, la fin ne soit à son contentement, à quoi nous ne manquerons de contribuer tout ce qui sera de nous, étant comme nous sommes obligés d’être jusqu’au tombeau, Sire, de Votre Majesté, les très humbles, très obéissants et très obligés sujets et serviteurs,

Caumont La Force, d’Effiat

Du camp de Nomeny, le 14e juin 1632.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (26 mai 2022). Texte 162, année 1632, 14 juin, les maréchaux de La Force et d’Effiat à Louis XIII. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tpu9


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.