Texte 173, année 1632, 22 juin, le maire et les échevins de Dijon à Louis XIII

Les maire et échevins de Dijon à Louis XIII, 22 juin 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 802, f° 217. Copie de la main d’un secrétaire.

Lettre des maire et échevins de Dijon écrite au Roi, du XXII juin 1632.

Au Roi,

Sire,

Par nos lettres précédentes, nous avons fait entendre à Votre Majesté les approches de Monseigneur le duc d’Orléans, et lors nous n’étions que dans les appréhensions du mal, maintenant nous en sentons les effets. Son Altesse s’étant logée aux environs de votre ville de Dijon avec ses troupes, qui commettent toutes sortes d’hostilités par le feu, rançonnements violemment, et tout ce que la haine peut permettre aux plus grands ennemis de l’État. La plupart des villages ont été brûler, nos métairies pareillement et un de nos principaux faubourgs, où le feu fût mis hier, sur environ les sept heures du soir. Ce qui nous avait donné sujet par une légitime défense de tirer sur les ennemis, dont quelques-uns ont été tués. Nous nous sommes resserrés dans l’enclos de votre ville, résolus d’y mourir pour votre service, comme étant, Sire, de Votre Majesté, les très humbles, très fidèles et très obéissants sujets et serviteurs.

Les vicomte, majeur et échevins de Dijon et plus bas <Jassau>.

Le tambour dira pour réponse des paroles qu’il a apportées au quartier de M. le duc d’Elbeuf, de la part de tous les ordres convoqués de la ville de Dijon, que Monseigneur le duc d’Orléans, justement indigné contre ceux qui, abandonnant les intérêts de l’État les premiers de toute la France, ont perdu le respect dû à Son Altesse, consentant à des déclarations injustes et sans exemple au préjudice des siens, et depuis ayant même raison d’indignation contre quelques partisans de la dite ville qui, abandonnant les intérêts de leur propre conscience, ont été ministres du sacrifice qui s’est fait depuis peu du sang innocent à la passion et vengeance du tyran de l’État, le cardinal de Richelieu, Son Altesse s’était comme résolue de laisser vivre l’armée qu’il commande pour le service du Roi hostilement, et passant sur la juridiction dépendante de la dite ville, n’eut été les instantes prières qui lui ont été faites par des personnes qui ont l’honneur de l’approcher de plus près, et en particulier sur M. le duc d’Elbeuf et M. de Puylaurens, en suite desquelles, Son Altesse s’était disposée d’user plutôt de sa clémence et douceur naturelle que de la rigueur à quoi il pouvait être convié pour les dites raisons, et encore que le défaut que son armée peut avoir des choses nécessaires à sa subsistance, lesquelles ont été retirées en la dite ville, et s’était contenté pourvu que les choses nécessaires à la nourriture de tenir mille chevaux lui fussent fournies par la dite ville, et pour le temps de douze ou quinze jours seulement que le bien de ses affaires requises de séjour en cette province. Au défaut de quoi, il faudra nécessairement l’abandonner à la licence des gens de guerre, puisque ceux qui sont les plus intéressés à empêcher ce désordre et malheur contribuent plutôt à le faire avancer par leur rébellion et opiniâtreté qu’à y remédier comme ils devraient, tant pour la considération publique que <…>.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (26 mai 2022). Texte 173, année 1632, 22 juin, le maire et les échevins de Dijon à Louis XIII. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tpuk


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.