Texte 175, année 1632, 24 juin, Testu à Richelieu

Louis Testu, chevalier du guet, à Richelieu, Paris, 24 juin 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 802, f° 231. Original autographe.

Monseigneur,

J’ai rendu compte à Monsieur le garde des sceaux de tout ce qu’il s’est passé en [l’affaire de] la dame de Villeray pour ne vous en pas rompre la tête. Et en cela j’ai fait tout ce que j’ai [cru] être le plus à propos pour le service du Roi. Je crois que Monsieur de Laffemas, qui a été un des commissaires, aura envoyé tout son procès à la cour pour être vu premier que d’y donner arrêt. Je ne crois pas qu’en cette chambre-là ils feront état de cette affaire-là comme ils devraient. Et il paraît si peu d’intelligence entre eux que je ne crois pas que, s’il se présentait quelque occasion pour le service du Roi, qu’il en peut tirer le contentement qu’il en doit espérer.

Je fais toujours la guerre aux gens de la Reine et de Monsieur, de quelque qualité qu’il puisse être, bien qu’ayant eu avis qu’il lui en avait qu’ils allaient à Bruxelles pour leur courrier. Je les ai fait arrêter par-delà Senlis est les ai fait mettre prisonniers au Fort-l’Évêque, et ferai toujours tout ce qu’il sera en mon possible pour faire que le Roi soit servi en ce qui dépend de ma charge. Je vous remercie très humblement, Monseigneur, de l’assistance que M. de Frouville1 a reçue de vous en son affaire de grand maréchal des logis, et ceste occasion m’a fait résoudre de prendre l’enseigne de M. de Montreuil pour mon fils, de laquelle je paye dix-huit mille livres, qui n’est pas sans m’incommoder, espérant tant en votre bonté que vous me procurerez auprès du Roi une partie de cette somme-là, sur les considérations de mes services, et de ce que mon fils a l’honneur d’être son page, et aussi qu’il y a longtemps que je n’ai eu récompense de toutes les captures et courriers que j’ai faits, vous assurant, Monseigneur, que si j’avais assez de bien pour m’en passer, je ne vous en ferais aucune importunité, et prie Dieu qui me donne autant de forces pour vous servir comme j’en ai la volonté, et vous conserve en prospérité et santé, avec autant de passion, comme en qualité de celui qui est, Monseigneur, votre très humble et très obéissant serviteur,

Testu

De Paris, le XXIIIIe juin 1632.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Charles Testu ? []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (26 mai 2022). Texte 175, année 1632, 24 juin, Testu à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tpum


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.